VOTE | 265 fans

#201 : The contingency


Personne d'intérêt : Leon Tao

Flashbacks : Harold Finch
Titre VO : The contingency
Titre VF : Libérée du mal
Diffusion USA : 27/09/2012 sur CBS
Diffusion FR : 21/01/2014 sur TF1
Guest Stars : Ken Leung (Leon Tao), Amy Acker (Root), Terry Serpico (Byron), Robert Mukes (Titus), Bill Sage (Reddy)
Captures

Résumé Court : John est à la recherche de Finch toujours entre les mains de Root. En plus des détectives Carter et Fusco, John va trouver en la machine un allié de taille qui ne va pas faillir à sa mission en lui donnant un nouveau numéro d'une personne à aider, en plus de Finch.

Il s'agit de Leon Tao et John fera aussi la connaissance d'un chien.

Popularité


4.67 - 3 votes

Vidéos

Promo 2

Promo 2

  

Promo 3

Promo 3

  

Promo 4

Promo 4

  

Promo 5

Promo 5

  

Dog scene (VO)

Dog scene (VO)

  

Diffusions

Logo de la chaîne TF1

France (inédit)
Mardi 21.01.2014 à 20:50
5.70m / 20.4% (Part)

Logo de la chaîne CBS

Etats-Unis (inédit)
Jeudi 27.09.2012 à 21:00
14.28m / 2.9% (18-49)

Plus de détails

Audiences USA : 14.28 M
Audiences FR : 5.7 M
Ecrit par : Jonathan Nolan & Denise Thé
Réalisé par : Richard J. Lewis

1er Janvier 2002 (Jour 1 de la machine)

Harold active la machine par un scan de lui puis la machine le confirme en tant qu'administrateur principal.

10 Juin 2002 (Jour 161 de la machine)

Harold rappelle à Nathan Ingram le but de la machine : arrêter les terroristes avant qu'ils passent à l'acte.

08 Février 2005 (Jour 1135 de la machine)

Alicia Corwin met en garde Nathan des conséquences (la prison à vie) si jamais le congrès apprenait l'existence de la machine.

16 Septembre 2011 (Jour 3546 de la machine)

Harold propose à John Reese un travail.

20 Septembre 2011 (Jour 3550 de la machine)

Harold prévient John que tôt ou tard ils seront retrouvés mort.

16 Mai 2012 (Jour 3789 de la machine)

Le numéro de Caroline Turing sort.

18 Mai 2012 (Jour 3791de la machine)

John découvre que c'est Caroline Turing qui s'est mis un contrat sur sa tête pour faire sortir Harold de sa cachette. Caroline tue Alicia Corwing, kidnappe Harold et lui révèle qu'elle est Root.

Rue de New york

John demande à la machine (en s'adressant à une caméra de la ville) de l'aider à retrouver Harold, directement après le téléphone d'une cabine téléphonique sonne. John décroche et entend une voix métallique lui dire neuf mots.

Un restaurant dans les environs de Delaware

La machine retrouve Harold dans un restaurant en compagnie de Root. Le voyant peu coopératif elle le prévient que si il crie, pour attirer l'attention du policier qui est a proximité, elle tirera sur une personne dans le restaurant car le bien-être des autres personnes est la faiblesse de Harold. Harold lui demande alors où il vont et Root lui répond vers le futur même si on y est grâce à lui. Quand Harold nie et la traite de voleuse et de meurtrière Root lui révèle qu'elle la attendu toute sa vie et qu'elle est au courant pour la machine et qu'il est son créateur. Cependant elle se demande pourquoi la machine n'a pas protégé son créateur.

Appartement de Carter

Carter trouve John chez elle, ce dernier lui annonce que Taylor (le fils de Carter) étudie chez un ami. Il lui annonce que Root a enlevé Harold. John refuse de révéler les raisons de l'enlèvement de Harold. De même il s'oppose à la volonté de Carter d'émettre un avis de recherche pour personne disparu sur Harold car il lui explique que Harold est sorti du système pour une raison. Carter lui demande alors comment il va retrouver Harold et ce qu'elle peut faire pour l'aider. John lui dit qu'il va suivre une piste et veut qu'elle s'occupe des autres notamment de la piste sur le meurtre d'Alicia Corwin comi par Root. Elle accepte.

La bibliothèque de Harold

John essaye de décoder les mots que la machine lui a donnés grâce à un livre sur le décodage. Au moment où il décide de changer de livre il remarque sur la base de la reluire qu'il y a deux lettres ainsi qu'un numéro à trois chiffres. Il décide de chercher le nom d'un livre d'appelant par le premier mot donné par la machine. Quand il trouve ce livre John se rend compte que les deux lettres sont les initiales des deux mots suivant que la machine à donné. Il décide donc de prendre le mot numéro et découvre la même chose. De même pour le septième mot. John se retrouve avec trois livres et quand il les met côte à côte il se rend compte que les chiffres donnent un numéro social. Il découvre donc que Finch utilise la classification décimale de Dewey pour obtenir les numéros de sécurité sociale.

John appelle Fusco pour avoir le nom du propriétaire du numéro de sécurité sociale que la machine lui a sorti. Il apprend que ce numéro appartient à Léon Tao, un homme sans casier judiciaire. Fusco la localisé (grâce à l'antivol de la voiture de Leon) dans un bar. Fusco espère que cette personne pourra aider à retrouver Harold car il ne sait pas ce que John serait capable de faire si Harold n'était plus là.

Dans un Bar

John s'approche de Leon qui est entrain de discuter avec un homme. Quand John se présente comme inspecteur l'homme le laisse discuter avec Leon. John lui montre les photos de Harold et de Root à Léon, ce dernier dit ne pas les connaître. Malgré l'insistance de John Leon continu à dire qu'il ne connaît pas Harold et Root, John se rend compte qu'il ne ment pas. Quand il se demande pourquoi la machine lui a donné ce numéro il se rend compte que cette dernière la envoyé pour sauver Leon et que Harold a configuré la machine pour que John continu seul le sauvetage des personnes d'intérêts si jamais il lui arrivé malheur.

John demande à Leon ce qu'il a fait pour mettre en colère les personnes dans le bar, Leon nie avoir mis en colère quiconque. C'est alors que l'homme qui discutait avec Leon s'immisce dans la conversation et révèle que Leon leur a volé de l'argent. Quand John explique qu'il veut partir du bar avec Leon car il n'a pas de temps à perdre. L'homme lui propose un pot-de-vin pour qu'il parte mais John décide de se les neutraliser, pendant que Leon se réfugie sous la table, puis il dit à Leon de le suivre ce que ce dernier fait.

16 Février 2002 (Jour 47 de la machine)

Dans les rues de New York, via une caméra de sécurité, Harold s'adressent à la machine en lui demandant si elle le voit, de faire sonner son téléphone une fois pour oui et deux fois pour non. Il lui annonce qu'il va jouer à cache-cache. Harold se rend compte que la machine peut accéder à tous les caméras qu'elle appartient à la ville ou qu'elle soit liée à une web cam d'un particulier. Cela rend fier Harold.

18 Mai 2012 (Jour 3792 de la machine)

Dans la rue

John s'adresse à la machine via une caméra, et lui dit qu'il sait qu'elle ne l'aidera pas car Harold la programmé pour que cette dernière continue à lui donner des numéros sans se préoccuper de Harold. Leon qui le suit le prend pour un fou et décide de partir quand il s'aperçoit que sa voiture est conduite à la fourrière, il demande alors l'aide de John car ce dernier à interrompre les négociations qu'il effectuait. John lui dit que les négociations étaient finis car les aryens (que John a reconnus a cause de leur tatouage) avaient sorti les armes à feu. Leon révèle alors qu'il leur a volé huit millions de Dollar quand il s'est aperçu que les aryens se servaient de lui pour blanchir leurs argents. John décide de l'attacher au volant d'une voiture de police car il n'a pas le temps de s'occuper de lui. Il appelle Fusco pour que ce dernier s'occupe de Leon. Fusco est contrarié de devoir s'occuper de Leon alors que Carter ne fait rien. John lui annonce que Carter est occupé sur une affaire de meurtre et il lui rappelle à Fusco, qu'en tant que Flic, il a prêté serment de servir et protéger. Donc il doit être un flic. Pendant ce temps Carter se renseigne à la balistique sur Alicia Corwin.

Dans un bureau à Washington

Un conseiller spécial derrière un bureau parle à Denton Week de la mort d'Alicia Corwin et que si jamais son venait à remonter à eux ils finiraient au minimum à Guantanamo. Il lui annonce que son groupe va maintenant s'occuper de la sécurité. Son homme de main entre et le conseiller spécial lui demande de s'assurer que l'enquête sur le meurtre d'Alicia Corwin finit dans une impasse. Puis il annonce qu'Alicia était en contact avec un dénommé Henry Peck avant de se faire tuer et que lorsqu'il a essayé du kidnappé ce dernier a été secourue par une personnes qui est possiblement l'une ou l'autre dès leur. L'homme de main dit, en regardant la photo de John, qu'il lui demandera qui il est avant de le tuer.

La bibliothèque de Harold

John s'aperçoit en regardant les photos de Root que le permis de conduire au nom de Caroline Turing est vrai et qu'elle a dû payer quelqu'un pour pouvoir l'avoir. Il appelle Carter pour la mettre au courant. L'homme de main dit, en regardant la photo de John, qu'il lui demandera qui il est avant de le tuer.

Poste de Police 

Fusco après avoir surpris Carter appelle John par son prénom appelle le commissariat où a était amené Leon pour prendre de ses nouvelles, il apprend que Leon a fui en simulant une crise cardiaque. Fusco prévient immédiatement John.

La fourrière

Fusco retrouve Leon à la fourrière et au moment où il s'apprête à le ramener en prison un groupe d'aryens arrivent et demande leur argent. Fusco convainc Leon de leur rendre l'argent mais lorsque les aryens recomptent l'argent ils aperçoivent qu'il ne reste plus qu'un million sur les huit. Leon leur dit que le reste a disparu. Fusco tente de partir avec Leon mais les aryens l'assomment.

6 Septembre 2003 (Jour 614 de la machine)

Harold décide de tester la capacité de prédiction de la machine en allant jouer au black jack dans un casino. La machine lui dit de piocher ou non en lui envoyant un message. La première partie elle se trompe puis après avoir analysé le visage de Harold elle comprend ce qu'elle doit faire et permet à Harold d'enchainer les victoires montant jusqu'à un quart de million de Dollar. Harold se rend compte que ce qu'il fait est mal et décide donc de perdre l'argent qu'il a gagné en allant à l'opposé de la machine. Ce que la machine reconnaît comme une erreur de la part de Harold.

18 Mai 2012 (Jour 3792 de la machine)

Dans un magasin

Root et Harold sont dans un magasin pour faire des courses. Harold la menace que si elle blesse quiconque elle devra le tuer. Elle lui assure qu'elle ne blessera personne sauf lui et lui coupe à la main. L'infirmier vient voir Harold qui lui dit qu'il s'est blessé. Pendant ce temps Root contourne le comptoir destiner à la vente de produit pharmaceutique et vole un flacon d'antidouleur.

poste de police

Carter est au téléphone avec John pour savoir si il a retrouvé l'homme qui a vendu le permis de conduire à Root. John lui annonce que Fusco à lui aussi disparu et qu'il le cherche.

Dans un entrepôt

Byron, l'aryen qui a capturé Fusco et Leon, interroge Leon sur l'argent disparu et lui annonce qu'il va lui couper les couilles comme il la fait à l'ancien propriétaire du chien qui est avec lui et qui aboie avant que Titus son patron arrive. Les hommes de Byron amènent John. John annonce qu'il est venue récupéré Fusco et Leon et qu'il n'a pas de temps à perdre car il doit retrouver son ami car c'est son seul ami puis avant la tête de Fusco il rectifie en disant que Fusco est son second ami. Quand les hommes de Byron le mettent à genoux John lui expliquent que le chien, Butcher, est un malinois belge, qu'il aboie parce qu'il est anxieux signe qu'il ne respecte pas Byron et que dans John avait l'habitude d'avoir des chiens de la même race quand il était à Tikrit. Il lui explique que les gars qui dressent ce genre de chien n'utilisent que le Néerlandais pour les ordres. Après avoir soumis le chien John se débarrasse de Byron et de ses hommes. En partant avec Leon et Fusco il appelle le chien qui se met à le suivre.

7 Septembre 2003 (Jour 615 de la machine)

On reprend au moment où Harold quitte la table de jeu. En sortant du casino la machine suit un autre joueur tout en suivant Harold. Elle envoie sur le portable d'Harold de ne pas bouger. Harold pense qu'elle bug, cependant la machine le prévient de nouveau à deux autres reprise dont une au passage piéton. Au moment où il s'engage sur le passage la machine le prévient de nouveau forçant Harold à s'arrêter lui permettant d'éviter d'être percuté par la voiture de l'autre joueur qu'elle suivait qui s'était endormi au volant de sa voiture et qui est allé s'encastrer dans une autre voiture. Harold comprend que la machine la protégée. En rentrant à son bureau il annonce à la machine qu'elle ne doit pas le protégé mais protégé tout le monde, il décide que la machine et lui devront discuter de quelques règles.

18 Mai 2012 (Jour 3792 de la machine)

Dans un restaurant près d'une plage

Root explique à Harold qu'elle n'aime pas tuer les gens mais que pour autant elle n'a pas de remords à le faire. Elle lui explique que quand elle était enfant les ordinateurs avaient plus de sens pour elle que les gens et qu'elle est persuadée que pour lui c'était pareil. Tout en discutant de la femme se trouvant à la table d'à côté qui est accro aux antidouleurs Root commence à écraser, dans son assiette, un caché qu'elle a volé et le met dans son tube à rouge à lèvres. Puis en créant une diversion elle vide le caché dans le verre de la femme en question, au moment où Harold va pour la prévenir Root lui dit qu'elle s'en remettra d'ici un ou deux mois mais que si il intervient elle peut le faire de manière plus salissante. Harold lui demande pourquoi elle fait ça, Root lui répond que quand elle était jeune elle a réalisé que les gens étaient simplement des mauvais codes par rapport à ce qu'il a construit. Harold insiste sur le fait que ce n'est qu'une machine ce que Root réfute en lui disant qu'il a peut-être trompé Nathan mais qu'elle sait la vérité qui est que pour que la volonté de Harold de construit quelque chose qui comprend le comportement humain la machine ne pouvait pas être un simple programme mais une intelligence, une vie qui est au moins aussi maligne que l'être humain. Elle lui dit qu'après l'avoir créé il la fait taire cette Intelligence, la enfermé puis la donné aux personnes les plus corrompues. Pendant ce temps la femme droguée par Root s'effondre ce qui permet à Root de prendre le téléphone de cette dernière afin d'envoyer un message à quelqu'un pour lui donner un rendez-vous. Elle annonce ensuite à Harold qu'ils n'ont plus rien à faire ici.

Dans une voiture

John parle à Butcher en lui disant qui faut lui trouver un meilleur nom. Leon veut savoir ce qu'il compte faire de lui. John lui indique qu'il a l'intention de l'amener à l'aéroport, lui faire dépenser un peu de l'argent qu'il a volé et lui faire quitter le Pays. Leur conversation est interrompue par Carter qui appelle John pour lui dire qu'elle a une nouvelle piste sur Root qui est une facture de stockage au nom de Caroline Turing. John décide de s'y rendre en amenant Leon avec lui.

Dans l'entrepôt de tout a l'heure

Titus trouve chaos Byron et après l'avoir réveillé lui demande ce qui s'est passé. Titus lui explique que c'est l'homme en costume qui a pris Leon. Titus lui ordonne de les trouver et de les tuer tous les deux.

Unité de stockage

Après avoir convaincu Leon de l'accompagner dans l'unité de stockage John trouve le propriétaire mort tué par Root. Il demande à Leon de fouiller l'ordinateur pour retrouver Root car c'est elle qui retient son ami. Pendant que Leon fouille l'ordinateur John lui demande ce qu'il a fait avec le reste de l'argent volé, Leon prétend l'avoir investi puis perdu. Finalement Leon trouve le payement de Root qui provient du compte de Reynold (le mort dans la pièce), il annonce que Root payait le type avec son propre argent créant ainsi une boucle intraçable. Dépité John sort de l'unité de stockage avec Leon.

Le Commissariat

Carter appelle John pour lui dire que le fichier de données sur Alicia Corwin est endommagé et que le dossier balistique a disparu (nous apercevons dans le commissariat l'homme de main qui était dans le bureau avec Denton Week), que par conséquent elle n'a plus aucune piste pour retrouver Harold. Pendant la conversation nous voyions des aryens à moto retrouver Leon et John est ouvert les feux sur eux ce que Carter entend.

Dans la rue

John et Leon fuient les aryens. Après les avoir semés John croise une caméra et s'arrête ce qui surprend Leon qui veut continuer à fuir. Au moment où John s'adresse à la caméra Leon pense que John recommence une crise de folie et veut s'enfuir mais John le retient. John lui menace la machine de n'aller nulle part tant qu'elle ne lui donne pas un moyen de retrouver Harold, et que si elle veut qu'il continue à sauver des personnes elle doit lui donner quelque chose sinon il arrête. Quand Leon, en voyant John regarde la cabine téléphonique située derrière eux, lui demande ce qu'il fait John lui répond qu'il négocie. John annonce a la machine qu'il est conscient qu'elle a des règles mais que c'est règle ne compte pas sur la mort de tout le monde, que s'il arrête il n'y aura plus personne pour répondre à ses appels et pour sauver des gens. Leon commence à paniquer et lui propose tout l'argent des aryens qu'il a volé. John l'ignore est continu à s'adresser à la machine en lui demandant de faire le calcul si il ne l'aide plus et de trouver un moyen de contourner ses propres règles car Harold est son ami, qu'il lui a sauvé sa vie et qu'il n'a pas l'intention de continuer sans Harold. Alors que les aryens se rapprochent le téléphone de la cabine téléphonique sonne et transmet à John un nouveau groupe de neuf mots. Durant toute la dernière parti de la conversation Leon est surpris au point de demander à John ce qui se passe, bien attendu il refuse de parler. Ils échappent de justesse aux aryens.

Un bureau à Washington.

Le conseiller spécial est au téléphone avec Denton Week qui se trouve dans sa voiture. Le conseiller spécial lui annonce que son homme de main s'occupe d'étouffer l'affaire concernant Alicia Corwing, et il lui demande d'être prudent car il ne voudrait pas perdre une autre personne. Denton annonce qu'il sera hors d'atteinte pendant quelque temps ce qui pousse le conseiller spécial de lui répondre que personne n'est hors d'atteinte.

Dans un parking

John et Leon se refuge dans un parking alors que Titus et ses hommes les ont retrouvés. John s'occupe des aryens pour pouvoir permettre à Leon de s'enfuir. Malheureusement Leon tombe nez à nez avec Titus qui lui demande ou est son argent, Leon réitère le fait que l'argent est parti. Au moment où Titus va pour achever Leon John arrive, s'ensuit un combat que John perd de par le gabarit de Titus. John saura sauvé par Carter qui tirera, du toit opposé, une grenade fumigène sur Titus. John la remerciera.

Carter lui remettra son sac avec ses armes. Quand John ouvrira la porte de la voiture Leon découvrira que Butcher a dévoré son argent, c'est à ce moment que John décidera d'appeler dorénavant le chien Bear. John Relachera Leon en lui disant que maintenant que l'argent est détruit il ne risque plus d'avoir de problème à moins qu'il soit encore les sept millions de Dollars manquant ce que Leon niera à soixante quinze pourcents. Au moment où John s'éloignera de lui avec Bear Leon l'interpellera et lui dira que son ami a de la chance de l'avoir.

La bibliothèque de Harold

John a découvert que le numéro que la machine lui a donné correspond celui d'une fille de quatorze ans, Hanna Frey, qui a disparu il y a plusieurs années.

L'appartement de Carter

Carter sera surpris de trouver Bear chez elle mais elle se rendra compte de la présence de John qui lui annoncera qu'il a une nouvelle piste sur Harold lui montrant l'article sur Hanna Frey. Il demandera à Carter de se préparer car ils partent au Texas.

Dans l'appartement de la femme que Root a droguée

Root dit à Harold que leur ami sera bientôt là. Harold annoncera à Root qu'il n'a aucun moyen d'accéder à la machine car il s'en est assuré, Root lui répondra que toute chose à un défaut et qu'elle est douée pour les trouver. Harold lui demandera alors pourquoi elle s'intéresse à la machine et ce qu'elle veut en faire. Elle lui répondra qu'elle veut la machine pour les mêmes raisons pour lesquelles il la construit, non pour sauver des vies, mais parce que le monde est ennuyeux car les Etres humains ont fini d'évoluer et qu'elle veut voir ce qui se passera ensuite. Harold Admetra à Root que même si c'est difficile pour lui de le dire qu'elle a raison qu'ils sont pareils : qu'ils ont passé des années à se demander comment les gens peuvent être si cruel, si petit et tellement égoïste et qu'il s'est demandé comment il pourrait les changer, les réparer. C'est la raison pour laquelle il a scellé la machine pas pour la protéger des personnes à qui il la donné mais des personnes comme Root et lui à cause des choses qu'ils pourraient faire avec la machine. C'est la raison pour laquelle il n'aidera jamais Root à la contrôler ce à quoi elle lui répond qu'elle le sait mais qu'il n'aura pas à le faire car elle ne veut pas la contrôler mais la libérer. Denton week entrera dans la maison (on apprend que c'est chez lui) et Root le neutralisera avec une piqure.

FLASH-BACK – 1er janvier 2002Jour 1

Finch : (Via un micro.) Bien allons-y. Alors, est-ce que tu me vois ? (La Machine fait un scan visuel, ce qui ravit son créateur.) Excellent. Question suivante : qui je suis ? (Elle le reconnaît en tant qu’administrateur.)

Les jours s’accélèrent jusqu’à arriver au 161ème jour.

Finch : (Hors cadre ; via un micro.) Tu sais ce que nous avons créé. Cette machine a été conçue pour repérer les conspirateurs et arrêter les terroristes avant qu’ils ne passent à l’acte.

 

Jour 1135

Alicia Corwin : (Via un micro.) Si le Congrès venait à savoir que vous construisez cette Machine, vous iriez en prison.

Nathan Ingram : (Via un micro.) Est-ce qu’ils nous laisseraient partager la même cellule.

 

Jour 3546

Finch : (Via un  micro.) Je suis parfaitement renseigné mais pour mettre à profit tout ce que je sais, il faudrait quelqu’un comme vous.

 

Jour 3550

Finch : (Via un micro.) Tôt ou tard, ça finira par nous coûter la vie. (La Machine intercepte une communication.) Si jamais il m’arrive quelque chose, j’ai une alternative.

 

Jour 3789

Finch : (Via un micro.) Nous avons un nouveau numéro, Caroline Turing.

 

Jour 3790

Zoe Morgan : (Via un micro.) Elle a mis un contrat sur elle-même. Elle voulait simplement vous faire sortir du bois.

 

Jour 3791

Reese : (Via un micro.) Celui qu’elle vise, ce n’est pas moi, c’est Harold.

Root : (Après avoir tiré sur Alicia Corwin ; via un micro.) Ravie de faire enfin votre connaissance, Harold. Vous pouvez m’appeler Root.

Reese : (Via un micro.) Sa vie est en danger parce qu’il travaillait pour toi. Alors tu vas m’aider à le sortir de là.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Un téléphone d’une cabine téléphonique se met à sonner. John prend le combiné et plusieurs voix se font entendre.

La Machine : Uncertainty. Romeo. Kilo. Family. Alpha. Mike. Reflections. Juliet. Oscar.

John redépose le combiné.

 

SÉQUENCE – Angle de la 47ème et 7èmeSud-OuestCaméra 212 heures 05 minutes 45 secondes

La Machine tente de repérer son administrateur. Elle l’a localisé dans un restaurant du Delaware « The Gas and Crub ».

SÉQUENCES – EntréeCaméra B20 heures 22 minutes 20 secondes ; Zone 2Caméra A ; 20 heures 20 minutes 26 secondes

La Machine les a reconnus car ils ont un carré jaune autour d’eux. Ils se trouvent à une table sur le point de manger.

Root : Vous avez l’air affamé, Harold. Qu’est-ce qu’il vous ferait plaisir ?

 

INTÉRIEUR – Dans un restaurantDans le DelawareSoirée

Root : (Regardant une carte.) Surtout ne le prenez pas mal, mais pour un milliardaire de génie, vous n’êtes pas de bonne compagnie. (N’obtenant pas de réponse, elle voit qu’Harold regarde un policier qui s’installe au bar.) Il n’y a pas de système sans faille et moi je trouve toujours la faille. Vous, vous vous souciez de votre prochain, c’est ça votre faille. (À voix basse.) Alors, si vous tentez d’alerter ce policier juste à côté, ce n’est pas vous que je tuerai, ce sera n’importe qui d’autres. (Avec une voix normale.) Ne m’y obligez pas, s’il vous plaît. (Refermant la carte.) OK, j’ai compris. Si vous ne dites rien, c’est parce que vous vous demandez ce que je sais exactement. J’en sais assez. Assez pour que vous soyez en droit de vous demandez ce que je veux et où tout ça nous mène.

Finch : (L’air abattu.) Et où tout ça nous mène ?

Root : Dans le futur, Harold. Même si grâce à vous, le futur est déjà là. Mais ça, vous ne l’avez dit à personne.

Finch : Je ne sais pas pour qui vous me prenez, mais vous vous trompez.

Root : Non, ne me traitez pas comme eux. Leur parler, ça serait comme s’adresser à des insectes. Ils ne comprendraient rien, (Harold regarde toujours sur le côté vers le bar) même si on leur expliquait ce que vous avez fait. Je suis différente, moi j’ai passé ma vie entière à vous attendre. Nous avons des tas de choses en commun.

Finch : Je ne crois pas. Non seulement vous êtes une voleuse mais aussi une meurtrière.

Root : Ma mère disait qu’il fallait exploiter son talent, je n’y peux rien, je suis douée. Sauf cette fameuse fois où quelqu’un m’a stoppée avant. Quelqu’un qui, je ne sais comment, connaissait mon plan. Comment vous avez su, Harold ? J’ai passé des mois à essayer de comprendre. Je n’ai jamais cru à la magie. Je savais que depuis longtemps, le gouvernement cherchait un moyen de protéger tous ses chers petits citoyens terrorisés. Je croyais qu’il n’y était jamais parvenu. Je ne vous connaissais pas encore. Hmm. Vous y êtes parvenu. Vous l’avez créé, ce système capable de veiller sur chacun de nous. La seule chose que je ne comprends pas, c’est pourquoi il n’a pas veillé sur vous.

 

SÉQUENCE – TrottoirCaméra 420 heures 42 minutes 06 secondes

INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Joss CarterSoirée

Carter : (Ouvrant la porte.) Taylor ? (Elle referme la porte.) Taylor !

Reese : Il n’est pas là. (Pendant que Joss pointe son arme vers lui.) Il révise chez un copain.

Carter : (Allumant la lumière, elle pointe son arme vers John puis la baisse. Il se trouve à la fenêtre.) Je vous en prie, John, entrez chez moi, faites comme chez vous.

Reese : Finch a disparu. Elle l’a enlevé.

Carter : Quoi, qui l’a enlevé ?

Reese : Turing. Elle n’a jamais été psy. Elle nous a baladés. En fait, elle s’appelle Root, en tout cas, c’est le nom qu’elle se donne.

Carter : Qu’est-ce qu’elle essaie d’obtenir de lui ? (N’obtenant pas de réponse.) D’accord, je peux lancer un avis de recherche. Faire diffuser sa photo au bureau des Sheriffs, au FBI.

Reese : Ce n’est pas pour rien que Finch s’est fait oublié. On va devoir le trouver seul. J’ai un début de piste. Mais je vais avoir besoin de vous pour étudier toutes les autres. Avant de disparaître avec Finch, Root a tué un ex-agent des renseignements (donnant la  photo) nommée Alicia Corwin.

Carter : Très bien, je vais faire en sorte de récupérer l’enquête.

Reese : Merci.

Carter : Et vous, qu’est-ce que vous allez faire ?

Reese : Oh, je ne sais pas vraiment, me remettre aux maths.

 

SÉQUENCE – Sud-EstCaméra 1223 heures 11 minutes 34 secondes

John écrit tous les noms qu’il a entendu à la cabine téléphonique.

Reese : Uncertainty. Romeo. Kilo. Family. Alpha. Mike. Reflections. Juliet. Oscar. (Il regarde un livre sur les codes standard. Il ouvre à une page.) « Je vous ai offert un boulot, monsieur Reese. Je ne vous ai jamais dit que ce serait facile. » (Retournant à la vitre.) Aidez-moi, Finch. Aidez-moi à vous retrouver. (En feuilletant le livre, il se met à écrire sur la vitre. Il regarde sur la tranche et voit un titre avec des initiales et des chiffres.) Le titre et les initiales de l’auteur. (Il court tout de suite vers la bibliothèque et prend les livres correspondant aux noms donnés par la Machine.) Uncertainty, RK. Family, AM. Reflections, JO. (Mettant les trois livres dans l’ordre et voit une suite de chiffres.) Finch, vous êtes un petit malin. Classification décimale. C’est comme ça que la Machine vous communique les numéros.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée

Le numéro de sécurité sociale donne une personne de sexe masculin et né le 13 février 1979.

Fusco : J’ai balancé le numéro dans le fichier. Le gars s’appelle Leon Tao. Il est titulaire d’un MBA, pas de casier, il a une jolie petite voiture avec un traceur GPS antivol que je me suis permis…

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Fusco : (Au téléphone.)… d’activer. Je t’ai envoyé les coordonnées.

Reese : Je les ai eues.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée

Fusco : Tu crois que ce Tao va te permettre de localiser notre ami binoclard ?

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Reese : Tu as presque l’air inquiet, Lionel.

Fusco : (Au téléphone.) Franchement…

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Lionel FuscoJournée

Fusco : …je n’ai pas envie de te voir à l’œuvre s’il est plus là pour te cadrer.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Reese : Espérons qu’on en arrive pas là.

 

INTÉRIEUR – Dans un barJournée

John entre dans un bar et voit Leon Tao en train de discuter avec un homme.

Leon Tao : Il faut que vous compreniez, ce fric, moi je ne l’ai pas. Alors, je ne vais pas le sortir de ma poche.

Reese : (Montrant le badge de Stills.) Vous permettez ? Il faut que je parle à Leon.

Reddy : (Se levant.) Je vous le laisse, lieutenant. (Les autres hommes présents restent sur leur garde.)

Reese : (Sortant deux photos.) Je suis à la recherche d’un ami. (Montrant les photos de Root et Finch.) Et d’après une de mes sources, vous serez susceptibles de m’aider.

Leon Tao : Jamais vu, ni l’un ni l’autre.

Reese : Regardez encore. Ma source est infaillible.

Leon Tao : Je vous dis que je n’ai jamais vu ces gens-là, jamais de ma vie, vous entendez ? Reese : (Après une pause.) Vous ne mentez pas. (Leon Tao ne comprend pas et fait non de la tête. John range les photos.) Alors, qu’est-ce que je viens faire là ?

Leon Tao : Ça, j’en sais rien, vieux, franchement.

Deux hommes commencent à se parler entre eux à voix basse. John voit dans une glace qu’un homme est armé.

Reese : (Commençant à comprendre.) Oh, non, dites-moi que c’est une blague. (Leon Tao est dubitatif.) Laissez-moi deviner, je parie que vous avez de gros ennuis, le genre qui peuvent vous coûter la vie. Non, je n’arrive pas à le croire. Il a parlé d’une alternative mais en fait, c’est moi.

Leon Tao : Quoi ?

Reese : Il n’a jamais compté sur moi pour le retrouver, ce qu’il voulait c’était que je continue à sauver des gens comme avant. Des types comme vous. C’est quoi l’histoire, vous avez fait je ne sais pas quoi pour foutre ces gars en rogne et du coup, ils comptent vous descendre dès que j’aurais passé la porte.

Leon Tao : (Gêné.) Non, non…, non, ça va, on discutait. (Reddy se met à rire et s’approche de Leon et s’assoit.)

Reddy : Non, non, vous avez raison, lieutenant. Il se trouve que Leon nous a volés un sacré paquet de blé. Et j’avais décidé de mettre un terme à la discussion quand vous êtes entré.

Reese : Je vous explique, là je n’ai pas vraiment le temps, il faut que je retrouve mon ami. Alors, Leon et moi, on va se lever et on va sortir d’ici.

Reddy : (Il pose son arme sur la table et sur sa main se trouve un tatouage d’une croix gammée.) Leon nous a volés tellement de blé qu’on n’hésitera pas à tuer un flic. Alors, peut-être qu’on peut trouver un moyen de s’entendre. Vous partez, vous nous laissez Leon, argh, et vous pouvez continuer à chercher votre ami.

Reese : Vous savez, le flic à qui j’ai volé cette plaque aurait vraisemblablement accepté votre offre. Mais je ne suis pas ce flic.

Reddy : Et vous êtes qui, alors ?

Reese : Celui qui l’a flingué avant de lui piquer sa plaque.

Reddy et Leon se regardent et ne comprennent pas. John utilise l’arme de Reddy et tire vers lui et tous les hommes présents dans le bar. Leon s’est caché sous la table.

Reese : Vous venez ou vous restez, Leon. (Leon quitte sa cachette et part rejoindre John.

 

La frise chronologique passe de 2012 à 2002.

SÉQUENCE – Delancey et EssexEMédianeCaméra 0115 heures 33 minutes 19 secondes

16 février 2002

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Finch : (À la Machine.) Est-ce que tu me vois ?

 

SÉQUENCES – Delancey et EssexEMédianeCaméra 0115 heures 33 minutes 24 secondes ; Angle de Delancey et EssexNord-OuestCaméra 0315 heures 33 minutes 25 secondes

La Machine reconnaît son administrateur car elle affiche un carré jaune autour de lui. Harold est en train de regarder une caméra.

Finch : On va jouer à cache-cache, une sonnerie de portable pour oui, deux pour non, est-ce que tu as saisi ? (Le portable fait une vibration.)

 

SÉQUENCES – 40ème étageSud15 heures 34 minutes 34 secondes ; Porte Caméra 215 heures 34 minutes 38 secondes

Finch : Est-ce que tu me vois ? (Elle met un carré jaune et fait vibrer le téléphone.)

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Harold voit une caméra de vidéosurveillance. Il se décide de rentrer dans un magasin où il n’y a pas de caméra.

INTÉRIEUR – Dans un magasinJournée

Homme : Merci, bonne journée.

Finch : Et maintenant ? (Le téléphone se met à vibrer, Harold a l’air étonné.) Non, c’est vrai ? Combien j’ai de doigts ? (Il montre trois doigts et le téléphone se met à vibrer trois fois. Il regarde dans la salle et voit qu’il n’y a pas de caméra. Il regarde vers une cloche en verre et voit un ordinateur. Il se retourne et regarde vers un homme qui travaille sur son ordinateur, une web-cam sur l’écran.

 

SÉQUENCE – WebCam15 heures 36 minutes 11 secondes

La Machine reconnaît son administrateur en mettant un carré jaune autour de sa tête.

INTÉRIEUR – Dans un magasinJournée

Finch : Joli, très joli.

 

SÉQUENCE – WebCam15 heures 36 minutes 19 secondes

Harold quitte le magasin.

 

La frise chronologique passe de 2002 à 2012.

SÉQUENCES – Clôture ECaméra 113 heures 01 minute 05 secondes ; Porte 2Caméra 213 heures 01 minute 07 secondes

Reese : Alors, vous ne m’aiderez pas à le retrouver.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Leon Tao : Vous êtes sourd ou quoi, je vous l’ai dit, votre pote je ne le connais pas.

Reese : (Regardant une caméra de vidéosurveillance.) Il t’a programmé pour continuer, c’est ça ? (Leon regarde aussi vers la caméra.) Pour me donner des numéros.

Leon Tao : Quels numéros ? (Regardant de nouveau vers la caméra.) À qui vous parlez ? Non, non, une seconde, ça me revient je n’ai rien à cirer. Adieu. (Voyant sa voiture avec une dépanneuse.) Hey, hey, ma caisse !

Reese : (Se tournant vers un autre trottoir.) Je crois que l’on va devoir marcher.

Leon Tao : Vous êtes quoi, un ex-Marine ? Genre opération clandestine ?

Reese : Ça change quoi ?

Leon Tao : Écoutez, vous avez l’air secoué, mais euh, super efficace en même temps, hein. Et tout ce que je vous demande, c’est de m’emmener à ma voiture. Vous me devez bien ça.

Reese : Comment ça, je vous le dois ?

Leon Tao : Vous vous pointez alors qu’on était en pleine négociation.

Reese : Une négociation, ça finit rarement à coups de balles. Et vos amis appartiennent à la Fraternité Aryenne. Vous aurez dû y penser avant de leur voler leur fric. Et au fait, combien vous leur avez volés ?

Leon Tao : Huit millions. (Arrêtant John.) Mais, hey, hey, je, je n’ai jamais eu l’intention de les voler, en tout cas, pas au début. J’avais un job, de tout ce qui a de plus légal chez Bear Sterns, la crise est arrivée, on s’est tous fait jeter, alors j’ai accepté un boulot dans une petite start-up. J’ai mis six mois à comprendre que je bossais pour le financement de la Nation Aryenne. En fait, je blanchissais l’argent de leur trafic de meth. Vous, vous appelez ça du vol ? J’appelle ça un dédommagement. S’il vous plaît, il faut que je quitte la ville rapidos, sinon, je suis mort. Ramenez-moi à ma voiture. (Voyant John brisant une vitre d’un véhicule de police.) Mais pas celle-là. (John attrape des menottes qui se trouvaient sur un siège et prend la main de Leon pour lui mettre et l’attacher sur le volant.) Eh, vous faites quoi ?

Reese : Je vous mets à l’abri, je vous l’ai dit, je dois retrouver un ami, je n’ai pas le temps de jouer les baby-sitter.

Leon Tao : Eh, attendez, vous n’allez pas me laisser tout seul !

Reese : (Prenant son téléphone.) Rassurez-vous, vous allez vite vous faire des amis. (John croise un policier. Il appelle Lionel.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans le bureau de Lionel Fusco - Journée

Fusco : Hmm. Je vais finir par demander des heures sup.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Reese : Leon Tao.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans le bureau de Lionel Fusco - Journée

Fusco : Il a des infos sur l’enlèvement de mister Maboo ?

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Reese : Je crains que non, mais il s’apprête à avoir quelques ennuis avec la police. Je compte sur toi pour qu’il ne lui arrive rien pendant qu’il sera en taule.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans le bureau de Lionel Fusco - Journée

Fusco : Je commence à en avoir assez de laver ton linge sale. Demande à Carter.

Reese : (Au téléphone.) Carter…

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Reese… a déjà de quoi s’occuper. Elle enquête sur un meurtre pour moi.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans le bureau de Lionel Fusco - Journée

Fusco : (Regardant vers Carter, il se met à parler à voix basse.) Hmm. Qu’est-ce que je disais, elle, elle a droit à une vraie affaire et moi je dois me coltiner ton Leon.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Reese : En tant que flic, tu t’es engagé à protéger et servir ?

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans le bureau de Lionel Fusco - Journée

Fusco : Oui et alors ?

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Reese : Alors, tu vas respecter ton serment. (John s’en va tout en raccrochant.)

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans le bureau de Joss Carter - Journée

Lionel raccroche à son tour.

Carter : Ici, le lieutenant Carter, j’ai besoin d’un rapport de balistique au plus vite. (Hors cadre.) Nom de la victime : Corwin, prénom : Alicia.

 

INTÉRIEUR – Dans le bureau du Conseiller Spécial – WashingtonJournée

Conseiller spécial : (En prenant la photo d’Alicia Corwin décédée, dans sa main.) Notre projet pourrait être contrecarré. Alicia Corwin.

Denton Weeks : Aux dernières nouvelles, elle se serait retirée en Virginie.

Conseiller spécial : Un homme comme vous, avec toutes vos relations, je pensais que vous seriez mieux informé. (Il passe la photo à Weeks.) Elle a été abattue hier, à New York.

Denton Weeks : Abattu par qui ?

Conseiller spécial : C’est ce que j’aimerai savoir. Vous êtes bien conscient que si on commence à répandre le moindre bruit sur notre activité, nous irons croupir à Guantanamo jusqu’à la fin de nos jours. Et encore, dans le meilleur des cas. (Il appelle quelqu’un, la porte s’ouvre.) À partir de maintenant, mon groupe se chargera de la sécurité. (À l’homme qui vient d’entrer.) Occupez-vous de l’enquête sur la mort de Corwin, je veux qu’on classe l’affaire.

Hersh : Aucun problème.

Conseiller spécial : (Voyant Weeks se lever.) Euh, une dernière chose Weeks, Corwin a été en contact avec un analyste de la NSA nommé Peck, c’était très peu de temps avant sa mort. Nous avons tenté d’enlever Peck mais quelqu’un l’a aidé, (montrant la photo de John dans l’ombre) je pencherai pour quelqu’un de chez nous. Il a réussi à neutraliser trois hommes de l’ISA, à lui tout seul.

Denton Weeks : Qui est-ce ?

Hersh : Je n’oublierai pas de lui demander avant de l’éliminer.

 

INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée

John regarde les photos de Root ainsi qu’une photocopie de son permis de conduire. Il comprend que c’est un vrai.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans le bureau de Joss Carter - Journée

Reese : (Au téléphone ; alors que le téléphone de Carter se met à sonner.) Le permis de conduire…

 

INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée

Reese :…établi au nom de Caroline Turing est un vrai.

Carter : (Au téléphone.) Vous en êtes sûr ?

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans le bureau de Joss Carter - Journée

Reese : (Au téléphone.) Finch avait tout vérifié.

 

INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée

Reese : Une personne travaillant au service des immatriculations a dû le vendre sous le manteau.

Carter : (Au téléphone.) D’accord, John. Je vais chercher…

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans le bureau de Joss Carter - Journée

Carter :… le nom du fonctionnaire qui l’a établi.

 

INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueJournée

Reese : Rappelez-moi dès que vous l’avez.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans le bureau de Lionel Fusco - Journée

Fusco : John, vous en êtes au prénom ?

Carter : Ben toi, tu l’appelles comment ?

Fusco : (Enlevant ses lunettes et les met sur son bureau.) Mon boulet quotidien. (Il passe un coup à un autre commissariat.) Oui, lieutenant Fusco, je veux vérifier que vous avez bien un détenu nommé Leon Tao.

 

INTÉRIEUR – Dans un commissariatJournée

Leon Tao se trouve bien au commissariat entouré par deux autres détenus.

Leon Tao : (Semblant souffrir.) Ow ! Ow ! Ow !

 

SÉQUENCE – Hall A0315 heures 02 minutes 27 secondes

Leon Tao : (Se mettant au sol.) Mon cœur, j’ai le cœur qui s’emballe. Vite…

 

INTÉRIEUR – Dans un commissariatJournée

Leon Tao :… appelez quelqu’un.

Un policier arrête de faire ce qu’il fait et va au téléphone pour appeler du secours.

Policier : OK, OK. Ici, Central du 116 Bay, Steed, demande urgence véhicule pour transfert immédiat, prisonnier en état… (Voyant que Leo s’est fait la malle, il raccroche et court après.) Oh non, ce n’est pas vrai.

 

SÉQUENCE – Hall A0315 heures 02 minutes 40 secondes

Le policier court après Leon pendant que les hommes présents se mettent à rire.

 

SÉQUENCES – MTA Broadway et la 79ème(2)16 heures 09 minutes 26 secondes ; Avenue APoste 37116 heures 09 minutes 28

Reese : (Via un micro.) Un souci, Lionel ?

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans le bureau de Lionel Fusco - Journée

Fusco : Ce cher Leon a simulé la crise cardiaque et a mis les voiles. Évite de confier les gens à n’importe qui la prochaine fois.

 

SÉQUENCE – Trottoir nordCaméra 416 heures 09 minutes 35 secondes

Reese : (Il passe devant une caméra et un carré jaune est autour de sa tête ; via un micro.) C’est à toi que je l’ai confié.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeDans le bureau de Lionel Fusco - Journée

Fusco : Je dois le chercher, oui ou non ?

Reese : (Au téléphone.) Je te le dirai où le trouver. Et cette fois Lionel, évite de le laisser filer.

 

SÉQUENCES – Vue du cielCaméra F16 heures 50 minutes 53 secondes ; Rangée 4Caméra D16 heures 51 minutes 15 secondes

EXTÉRIEUR – Dans une fourrièreJournée

Leon, les mains encore menottées, prend de l’argent pour payer la taxe afin de récupérer sa voiture.

Leon Tao : (Voyant l’homme qui regarde vers ses menottes.) J’aime qu’on m’attache au lit, ça pose un problème ?

Il s’en va pour rejoindre sa voiture lorsque Lionel l’intercepte.

Fusco : Eh, doucement, n’oubliez pas que vous avez le cœur fragile. Lieutenant Fusco, je vous conduis en taule.

Leon Tao : (Il se dégage et se met à s’énerver.) Attendez, je suis un comptable, je ne suis pas un criminel ! De quoi vous allez m’accuser ?

Fusco : À part de vol de biens publics, de blanchir de l’argent pour le Troisième Reich.

Leon Tao : Si vous m’enfermez, je suis mort. Ces types contrôlent les prisons. Jamais, jamais je ne tiendrai une seule nuit.

Byron : T’inquiète pas pour la taule, tu n’auras pas le temps d’arriver. (Regardant Lionel.) Ton copain là, c’est qui ? Ce n’est pas lui qui a séché nos hommes, on m’a dit qu’il était grand et plutôt classe.

Fusco : Je suis flic.

Byron : Ah oui, c’est aussi ce qu’a dit l’autre. (À Leon Tao.) Leon, où est notre blé ?

Leon Tao : Vous fatiguez pas, autant me buter tout de suite.

Byron : Eh bien, il n’y avait qu’à demander. (L’homme derrière lui prend son arme et la pointe vers Leon.)

Fusco : (À Leon.) Ça ne mérite pas d’y laisser sa vie, et encore moins la mienne.

Leon Tao : (Montrant vers la voiture derrière lui.) Il est dans le coffre.

Byron a ouvert le coffre et regarde dans le sac, une partie de l’argent est à l’intérieur.

Byron : Il y a peut-être un million là-dedans, le reste où il est ?

Leon Tao : C’est tout ce qui reste, tout est là.

Byron : On l’embarque.

Fusco : (Pointant son arme contre Byron, il prend le bras de Leon.) Eh, franchement, j’aurais plutôt envie de vous le laisser, votre Leon, c’est une vraie plaie. Mais il nous a déjà échappé une fois, il n’est pas question que je reparte sans lui, j’en fais une question de principe.

Byron : Comme tu voudras.

Lionel se prend une crosse de fusil sur son visage, il s’écroule au sol, assommé, sous le regard inquiet de Leon.

 

La frise chronologique passe de 2012 à 2003.

 

6 septembre 2003 – Jour 614

La Machine reconnait son administrateur, l’identifiant par un carré jaune.

Finch : (Via un micro.) Très bien, nous allons voir ce que tu sais faire, c’est l’heure du test.

 

SÉQUENCES – EntréeCaméra 5 B21 heures 20 minutes 15 secondes ; Aile 14Caméra 48 A21 heures 21 minutes 47 secondes ; Table 72Caméra 52C21 heures 22 minutes 06 ; Table 72Caméra 51A21 heures 22 minutes 06 secondes

Harold se trouve dans un casino et arrive à une table, il met de l’argent dessus pour récupérer des jetons.

INTÉRIEUR – Dans un casinoSoirée

Croupière : 150. (Elle donne des jetons.) Bonne chance. Misez.

Harold regarde discrètement vers la caméra de vidéosurveillance.

 

SÉQUENCES – Table 72Caméra 54B21 heures 22 minutes 15 secondes ; Table 72Caméra 15021 heures 22 minutes 16 secondes

La croupière commence à mettre les cartes sur la table.

INTÉRIEUR – Dans un casinoSoirée

La croupière met deux cartes là où Harold a misé 125 dollars.

 

SÉQUENCES – Table 72Caméra 51A21 heures 22 minutes 21 secondes

La Machine tente de trouver une bonne stratégie pendant que la croupière met des cartes. Elle préconise, grâce aux cartes déposées, de prendre une carte avec un pourcentage de succès de 59%.

INTÉRIEUR – Dans un casinoSoirée

Croupière : Carte ou reste ? (Sur le téléphone d’Harold, il est écrit « tirer ».)

Finch : Oh, veuillez m’excuser. Carte, s’il vous plaît.

Croupière : 22, désolée. (Harold regarde vers la caméra.)

 

SÉQUENCE – Table 72Caméra 55021 heures 22 minutes 39 secondes

La Machine a échoué dans sa tentative de trouver la bonne stratégie.

INTÉRIEUR – Dans un casinoSoirée

Homme : Quand on touche le fond, on ne peut que remonter.

 

SÉQUENCES – Table 72Caméra 52021 heures 23 minutes 58 secondes

La Machine, grâce aux cartes, trouve comme stratégie et préconise de rester à 65%.

INTÉRIEUR – Dans un casinoSoirée

Croupière : Carte ou reste ? (Le téléphone vibre et il est noté « resté ».

Finch : (Regardant les cartes.) Reste.

Croupière : (Faisant bouger les cartes.) Vingt-cinq, tout le monde y gagne.

Homme 2 : Ouais, on a gagné.

La croupière lui donne les jetons.

 

SÉQUENCE – Table 72Caméra 55021 heures 24 minutes 27 secondes

La Machine a un succès grâce à sa stratégie, ce qui a permis à Harold de gagner 2000 dollars, donc elle continue sur sa lancée.

 

SÉQUENCE – Table 72Caméra 52A22 heures 45 minutes 23 secondes

Ses chances de succès pour rester augmentent puisqu’il est maintenant de 70%, ce qui est le cas.

 

SÉQUENCE – Table 72Caméra 48A23 heures 52 minutes 46 secondes

La Machine réussit encore avec cette fois, elle choisit de rester, à 79%.

 

SÉQUENCE – Table 14Caméra 52B1 heure 40 minutes 33 secondes

Sa nouvelle stratégie optimale est couronnée de succès, car elle choisit de rester avec 82% de chances.

INTÉRIEUR – Dans un casinoNuit

Croupière : (Voyant Harold demander une autre carte.) Vingt-et-un, bravo monsieur.

Harold regarde vers la caméra.

 

SÉQUENCE – Table 72Caméra 52B1 heure 52 minutes 18 secondes

La stratégie est de nouveau payante et ça permet à Harold d’avoir 150 000 dollars.

INTÉRIEUR – Dans un casinoNuit

Croupière : Carte ou reste ? (Le téléphone d’Harold vibre et il y est noté « tirer ». Elle met une carte et cela fonctionne.) Encore 21. (Tout un groupe de personnes sont venus assister au succès d’Harold.)

 

SÉQUENCE – Table 72Caméra 51B1 heure 55 minutes 15 secondes

Harold mise 250 000 dollars sur la table, soit toutes ses mises.

INTÉRIEUR – Dans un casinoNuit

Croupière : (Pendant que les gens se demandent si Harold ne prend pas un gros risque.) Bonne chance.

Homme : (À Harold.) Vous devez avoir un ange-gardien au-dessus de votre tête.

Croupière : (Mettant une carte.) 15.

Le téléphone vibre et il est noté « rester ».

Croupière : Carte ou reste ? (N’obtenant pas de réponse.) Monsieur ?

Finch : Carte.

La croupière ajoute un valet de pique et ça fait vingt-cinq, donc Harold a tout perdu.

Croupière : Désolée, monsieur.

 

SÉQUENCE – Table 72Caméra 5501 heure 58 minutes 34 secondes

La Machine reconnaît que son administrateur a fait l’erreur alors que c’était la bonne stratégie. Harold sourit à la caméra, montrant que le test est réussi.

Homme : Tôt ou tard…

 

INTÉRIEUR – Dans un casinoNuit

Homme :… la chance finit toujours par tourner. Mieux vaut à une table de jeu que dans la vie tout court.

 

SÉQUENCE – Table 72Caméra 55C1 heure 58 minutes 46 secondes

Harold donne un jeton de 100 dollars à la croupière.

Croupière : Merci, monsieur.

 

La frise chronologique passe de 2003 à 2012.

 

2012

SÉQUENCE – Intersection 43Caméra 217 heures 22 minutes 36 secondes

Root : (Via un micro.) Allez, Harold, ne trainez pas.

 

INTÉRIEUR – Dans une pharmacieJournée

Finch : Si vous faites à l’une de ces personnes, j’arrête de coopérer, vous serez obligée de me tuer.

Root : (Prenant une boîte de lame à rasoir, elle l’ouvre et en prend une.) Du calme, Harold, il me faut deux-trois choses en vue d’un voyage, rien de plus. (Prenant la main d’Harold.) Et je ferais aucun mal à ces gens. (Coupant la paume de la main d’Harold.) Et maintenant, vous restez là.

Root s’en va et la main d’Harold est en sang.

Pharmacien : Vous êtes blessé ? (Pendant qu’il va rejoindre Harold, Root en profite pour aller dans l’arrière-boutique.)

Finch : Je ne sais pas ce que j’ai fait, j’avais la tête ailleurs. J’ai glissé dans la rue.

Pharmacien : Je vais mettre un pansement. (Root est en train de prendre une boîte de comprimés.) Venez, asseyez-vous. (Harold regarde vers l’arrière-boutique. Root le regarde.)

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Joss CarterJournée

Carter : (Au téléphone.) Vous avez retrouvé notre employé aux immatriculations ?

Reese : (Au téléphone.) Je suis passé chez lui, il n’y a pas mis les pieds depuis un bout de temps.

 

EXTÉRIEUR – Dans une fourrièreJournée

Reese : Vous avez eu votre coéquipier ? Il ne répond pas sur son portable.

Carter : (Au téléphone.) Il allait faire je ne sais pas quoi pour vous.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Joss CarterJournée

Carter : Me dites pas que vous avez aussi perdu Fusco.

Reese : (Au téléphone.) Lionel est comme de la mauvaise herbe…

 

EXTÉRIEUR – Dans une fourrièreJournée

Reese : …il finit toujours par réapparaître. Je vais voir si je peux le retrouver.

 

SÉQUENCES – PistesCaméra 5318 heures 03 minutes 15 secondes ; ClôtureSécurité D18 heures 04 minutes 27 secondes

INTÉRIEUR – Dans un bâtiment de la Nation AryenneJournée

Byron : Bon, Titus ne va pas tarder. (Il arrive vers Lionel et Leon qui sont tous les deux dos-à-dos, attachés et bâillonnés.) Et tu sais comme moi qu’il n’aura pas ma patience. (Un chien est en train d’aboyer.) Alors, pour la dernière fois Leon, qu’est-ce que tu as fait du reste du blé ? (Leon tente de parler mais n’y arrive pas à cause du bâillon. Un homme lui enlève.) (Au chien.) Assis.

Leon Tao : Récession à double creux, mon pote, c’est comme ça. Vous auriez préféré que j’utilise votre fric pour parier contre l’économie américaine. (Le chien continue d’aboyer, il s’assoit et se calme.)

Byron : Brutus était un chien de guerre entraîné à flairer l’ennemi. (Il passe la laisse à un autre homme, il semble aller chercher quelque chose.) Son ancien maître n’avait pas non plus notre pognon. Alors, il a payé avec son chien (amenant une grande pince) et ses burnes. Il faut reste quelque chose pour le chef, mais il ne m’en voudra pas si je t’entame un peu. (Il essaie d’attraper Leon mais ce dernier se débat pendant que le chien s’est remis à aboyer.)

Leon Tao : Non !

La porte s’est mise à ouvrir et deux hommes amènent John.

Homme : On a trouvé un autre camarade de jeu dehors.

Byron : Ah, le grand mec sapé classe. (Un homme donne l’arme de John à Byron.)

Reese : (Voyant le bâillon de Lionel.) Ah, tu sais que ça te va très bien, Lionel.

Byron : Pour se pointer ici, il faut porter autre chose qu’un simple flingue.

Reese : Je l’ai dit à votre associé, je veux juste retrouver mon ami. La vérité, c’est que je n’ai pas beaucoup d’amis, c’est même le seul, en fait. (Voyant Lionel pousser un grognement pour dire qu’il est là.) Bon d’accord, j’en ai peut-être deux. Alors voilà l’idée, vous me laissez Leon et le lieutenant Fusco, avec leurs bâillons SM si vous voulez, et moi je m’en vais sans faire d’histoire.

Byron : Et si je ne suis pas d’accord ?

Reese : Eh bien alors, ce sera l’heure de mon exercice quotidien. (Il se prend un coup dans le genou, ce qui le force à s’abaisser.)

Byron : Je sens que Brutus va faire un sacré repas ce soir.

Reese : Très joli chien. (Le voyant aboyer.) Berger belge malinois. Seulement voilà, un chien dressé n’aboie pas pour donner l’alerte. Il aboie parce qu’il a peur.

Byron : Et alors ?

Reese : De toute évidence, votre chien ne vous respecte pas. (Il se prend une claque au visage par Byron. Il se met à rire.)

Byron : Et ça le fait marrer.

Reese : On avait aussi un malinois dans mon unité à Tikrit. Il doit y avoir trois types dans le monde qui dressent ce genre de chien. Et ce qui est plutôt curieux, c’est que pour les dresser, ces types leur parlent qu’en néerlandais. J’imagine que vous ne parlez pas néerlandais.

Byron : Détache-le.

John parle en néerlandais, le chien s’assoit et se calme. Il donne un autre ordre et le chien s’allonge au sol. Des coups de feu se font entendre et Byron se trouve projeté par la fenêtre, tombant au sol, assommé. John sort avec Lionel et Leon.

Fusco : Je ne veux rien entendre, c’est clair ? On retourne à ma voiture dans un silence total.

Reese : Je ne dirais pas un mot, je suis comme bâillonné.

Leon Tao : Eh, eh, dites, il y a moyen de m’enlever les menottes.

Reese et Fusco : Non !

John s’arrête et se retourne. Il se met à siffler et le chien vient le rejoindre.

 

La frise chronologique passe de 2009 à 2003.

 

7 septembre 2003 – Jour 615

SÉQUENCE – Table 72Caméra 55C1 heure 58 minutes 47 secondes ; Aile 14Caméra 48A1 heure 59 minutes 40 secondes ; Sortie 4Caméra 112B2 heures 04 minutes 31 secondes ; Parking 1Caméra 114A2 heures 04 minutes 58 secondes

Pendant qu’Harold sort du casino, l’homme qui lui a parlé sort et va dans le parking pour récupérer sa voiture. Il se met à rouler.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit

Le téléphone d’Harold se met à vibrer. Il regarde et voit qu’il est noté « rester ». Il voit qu’il y a une caméra de vidéosurveillance près d’un arrêt de bus.

 

SÉQUENCE – Arrêt 3Caméra 6A2 heures 07 minutes 37 secondes

EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit

Finch : De toute évidence, il y a quelques petits bugs qui restent à corriger.

 

SÉQUENCE – Arrêt 3Caméra 6A2 heures 07 minutes 43 secondes

EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit

Le téléphone se remet à vibrer et le même message apparaît « rester ». Il est prêt d’un passage clouté mais n’a pas le droit de continuer sa route. Pendant ce temps, l’homme s’est endormi au volant. Lorsque cela passe au vert, Harold commence à marcher. La Machine le prévient de s’arrêter mais il évite juste à temps de se faire percuter par la voiture. Celle-ci finit sa course dans une autre voiture.

 

SÉQUENCES – Passage cloutéCaméra 4C2 heures 08 minutes 08 secondes

Homme : Ne vous inquiétez pas, j’appelle les secours.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de l’IFTNuit

La Machine reconnaît son administrateur et se fait gronder par Harold.

Finch : Tu ne dois jamais recommencer. Tu es là pour protéger tout le monde, c’est ça ton travail, pas me protéger moi. Je crois que nous allons devoir définir quelques règles de base.

 

La frise chronologique passe de 2003 à 2012.

 

SÉQUENCE – ArrièreSécuritéCaméra 218 heures 03 minutes 40 secondes

Root : Vous vous trompez sur mon compte.

 

INTÉRIEUR – Dans un restaurantSoirée

Root : Je n’éprouve aucun plaisir à tuer des gens. Mais bon, ça ne me pose pas non plus de problèmes pour autant. (Elle sort, sous la table, un comprimé venant d’un tube.)

Serveur : (Posant un verre sur la table.) S’il vous plaît.

Root : (Écrasant deux comprimés dans une assiette avec l’aide d’une salière.) Quand j’étais gamine, je comprenais mieux les ordinateurs que les gens. Je parie que pour vous c’était pareil. Regardez cette femme. (Ils regardent vers une femme, à une table adjacente, qui est en train de boire.) Elle est plutôt jolie, mais elle arnaque le fisc, elle est accroc aux analgésiques (mettant la poudre dans un tube) et ça fait des années que cette femme est la maîtresse d’un homme marié. (Faisant tomber un tube de rouge à lèvres sur le sol.) Oh, est-ce que peut être maladroite. (Elle met la poudre dans le verre pendant que la femme ramasse le tube et la lui rend.)

Julie Davenport : Tenez, le voilà.

Root : (En souriant.) Merci. (Elle se rassoit à sa table. Elle voit Harold, tentant de prévenir la femme qui est en train de boire.) Elle ira bien. Dans un mois ou deux. Et si vous insistez, je peux m’y prendre de manière beaucoup moins propre. (La femme continue de manger pendant que Root regarde la carte.)

Finch : Qu’est-ce que cette femme à voir là-dedans ?

Root : Un jour, j’ai réalisé à quel point les gens pouvaient se comporter de manière égoïste. Mais c’est pas de notre faute, personne n’a conçu l’espèce humaine. Nous sommes rien d’autre qu’un accident, un vulgaire bug de l’univers. Mais ce que vous avez créé, c’est parfait. D’une conception modèle rationnelle, magnifique.

Finch : Je n’ai fait que construire une Machine, concevoir un système, ni plus ni moins.

Root : (En souriant.) Non, ça j’en doute Harold. Vous avez peut-être réussi à tromper Nathan, mais moi, je sais. Pour qu’une machine soit capable d’analyser le comportement humain, elle doit disposer d’une faculté de raisonnement équivalente.

La femme commence à avoir des douleurs au cou.

Root : Vous avez créé une vraie intelligence, une vie. Tout ça pour finalement la faire taire, l’enfermer dans une cage et la confier aux pires des crapules, des gens tellement corrompus que ça en devient presque risible.

La femme commence à avoir plus de douleurs et finit par s’écrouler au sol, cassant le verre par la même occasion.

Femme : Appelez les secours.

Homme : Téléphonez, vite.

Pendant qu’elle semble s’étouffer, Root prend son sac, pique son téléphone et se cache derrière un homme, en envoyant un message : « Urgent. Je dois te voir maintenant. Chez nous. »

Root : Vous venez, Harold, on y va.

 

SÉQUENCES – Weather CamBV43220 heures 21 minutes 29 secondes ; Intersection Lic476B20 heures 24 minutes 53 secondes

INTÉRIEUR – Dans la voiture de Leon TaoSoirée

Reese : T’as pas une tête à t’appeler Brutus.

Leon Tao : Si, je trouve que ça lui va très bien.

Reese : (Caressant le chien.) Oh, t’es une bonne patte, il faut qu’on te trouve un autre nom.

Leon Tao : Ce serait possible de se concentrer sur mon problème.

Reese : Je vais te conduire à l’aéroport et piocher dans le fric que tu as volé à ces types pour t’acheter un aller simple pour très loin. (Le téléphone de John se met à sonner.) Il y a du nouveau, Carter ?

Carter : (Au téléphone.) J’ai peut-être une piste.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Joss CarterSoirée

Carter : Je suis retournée à l’appartement d’Owen Reynolds.

 

INTÉRIEUR – Dans la voiture de Leon Tao Soirée

Carter : (Au téléphone.) L’homme qui a vendu son permis à Root. Toujours personne mais j’ai récupéré son courrier.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau de Joss CarterSoirée

Carter : (Regardant une lettre.) Rien d’intéressant, à part une facture de relance pour la location d’un box de stockage à l’angle de Broad Street et Pearl.

 

INTÉRIEUR – Dans la voiture de Leon TaoSoirée

Reese : Je m’en occupe, merci.

Leon Tao : Eh, vous avez loupé la sortie pour l’aéroport.

Reese : Changement de programme.

 

SÉQUENCE – SpeedCaméraAF4820 heures 25 minutes 35 secondes

 

INTÉRIEUR – Dans un bâtiment de la Nation AryenneSoirée

Titus : (Relevant Byron qui semble souffrir.) Il est où ?

Byron : Un mec en costard l’a embarqué.

Titus : Mets tout le monde sur le coup, t’as compris ? Je veux qu’ils meurent ce soir. (Titus s’en va pendant que Byron continue de souffrir de son épaule.)

 

INTÉRIEUR – Dans un parkingSoirée

John range sa voiture dans une place de parking.

Leon Tao : Je peux aller tout seul à l’aéroport, vous savez. Il faut que je disparaisse.

Reese : Il suffit que j’aie le malheur de te laisser seul pour que tu manques de te retrouver à la morgue. Mon ami a disparu, il me reste peu de temps et j’ai encore une piste à explorer. Alors, tu vas faire un petit effort, tu vas tâcher de rester en vie le temps que je m’en occupe, tu as bien compris ?

Leon Tao : Alors, on est dans une impasse, il n’est pas question que je sorte d’ici.

John sort de la voiture et va vers le siège passager, descendant de force Leon.

Leon Tao : Au fait ça avec vous, vous avez de sales manières. (Voyant John mettre le sac dans la voiture.) Eh, mon fric.

Reese : (Fermant la porte de la voiture, le chien se met à aboyer.) Le chien tuera le premier qui s’approche de tes bons au porteur, y compris toi.

À l’extérieur, ils s’approchent d’un bâtiment où se trouve un box.

 

SÉQUENCE – Zone 4Caméra 121 heures 02 minutes 47 secondes

INTÉRIEUR – Dans un box de stockageSoirée

Ils entrent dans le box de stockage, John allume, et voient un homme, la tête posée sur un bureau. John vérifie si l’homme est mort ou pas.

Leon Tao : Oh, merde. Est-ce, est-ce, est-ce…

Reese : Oui, Leon, il est mort, on ne peut plus mort.

Leon Tao : Qui a fait ça ?

Reese : Celle qui a enlevé mon ami. Il a vu son visage, elle a été obligée de le tuer. Mais il a sûrement demandé à être payé d’avance. (Il fait tomber l’homme de sa chaise, allant sur le sol. Tournant la chaise vers Leon.) Assieds-toi, Leon.

Leon Tao : Quoi ? Vous délirez ! Pourquoi ?

Reese : Parce que dissimuler des transactions est ta spécialité. Si cette femme a laissé une trace quelconque, toi tu sauras la repérer.

Leon s’assoit, se met devant l’écran et tente de trouver les informations grâce à l’ordinateur. Il affiche des comptes bancaires.

Reese : Il y a un truc que j’aimerai savoir, où est passé le reste du fric que tu as volé ?

Leon Tao : J’ai investi, la Bourse s’est effondrée. Et sans déc, j’ai quelque chose. (Mettant une opération en surbrillance.) C’est là, il y a un virement sur le compte de ce type, Reynolds. Sauf que l’argent a été volé.

Reese : Volé à qui ?

Leon Tao : À Reynolds. C’est à croire qu’elle, qu’elle a installé une espèce de dispositif de surveillance d’écran en temps réel pour pouvoir pirater son compte.

Reese : Tu veux dire qu’elle a pioché dans le compte de ce type pour le payer ?

Leon Tao : Ce qui laisse aucune trace. Elle a créé une boucle.

Reese : Je vais devoir trouver quelqu’un de plus efficace.

Leon Tao : Personne ne fera mieux que ça. Enfin, mis à part elle, peut-être. C’est un génie cette fille, il n’y a rien je vous dis, aucune trace, zéro. Même pas un début de quelque chose.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueSoirée

Ils sont sortis du box et sont désormais à l’extérieur lorsque le téléphone de John se met à sonner.

Carter : (Au téléphone.) John, on a un problème.

Reese : Pourquoi ne suis-je pas surpris ?

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeSoirée

Carter : (Pendant que Hersh passe à côté d’elle sans qu’elle ne le voie.) Le dossier de Corwin s’est envolé, les fichiers numériques ont été endommagés avec le rapport de la balistique. Les services informatiques ont parlé d’un bug.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueSoirée

Carter : (Au téléphone.) Je vais tacher d’en savoir plus…

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeSoirée

Carter : … mais franchement, John, j’ai bien peur que nos recherches s’arrêtent là.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueSoirée

Leon Tao : (Voyant arriver deux motards.) Oh, hé, vieux…

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeSoirée

Carter : Si Harold est toujours vivant…

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueSoirée

Carter : (Au téléphone.) Je ne vois pas comment le retrouver.

Un des motards commence à tirer vers John et Leon. John riposte en faisant feu à son tour.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeSoirée

Carter : (Entendant les coups de feu.) John !

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueSoirée

Leon et John se mettent à courir à travers la rue pourchassés par les deux motards qui leur tirent dessus. Ils passent devant une caméra de vidéosurveillance.

 

SÉQUENCES – TrottoirCaméra B21 heures 11 minutes 27 secondes ; Passerelle Ouest 521 heures 11 minutes 38 secondes ; EntréeSécurité A21 heures 11 minutes 43 secondes ; EntréeSécurité C21 heures 11 minutes 45 secondes ; EntréeSécurité A21 heures 11 minutes 48 secondes

Leon et John arrivent à se cacher dans un coin d’un bâtiment pendant que les motos font le tour. Les motards sont une menace car ils ont deux carrés à bord rouges. Ils arrivent à leur fausser compagnie.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueSoirée

John avance sur le trottoir et voit une caméra de vidéosurveillance.

Leon Tao : (Il veut s’enfuir mais voit John s’arrêter, rangeant son arme.) Eh, vous faites quoi là ?

Reese : Je refuse de continuer plus longtemps. Je ne bougerai pas d’ici jusqu’à ce que tu me dises comment le trouver.

Leon Tao : Oh, non, pas encore. (John le rattrape par le col de chemise.)

Reese : Si je dois continuer à sauver des imbéciles dans son genre, alors, ce sera donnant-donnant. Ou se sera sans moi.

Leon Tao : (S’énervant.) Mais à qui vous croyez parler ? Ces types vont nous descendre.

Reese : Oui, il y a de fortes chances.

Leon Tao : (Voyant John devant la caméra.) Alors, qu’est-ce que vous faites là ?

Reese : (Regardant vers la cabine téléphonique et vers la caméra.) Je négocie.

 

SÉQUENCES – ToitCaméra N21 heures 12 minutes 55 secondes ; BalconCaméra 221 heures 12 minutes 57 secondesAngle de Rivington et EssexSud-EstCaméra 0121 heures 12 minutes 59 secondes

EXTÉRIEUR – Dans une rueSoirée

Reese : (Regardant la caméra.) Je sais qu’on t’a imposée des règles. Mais je pense qu’elles ne valent rien si tout le monde doit mourir. Si personne ne répond plus au téléphone, si personne n’est sauvé, adieu l’alternative.

Leon Tao : Vous voulez quoi, que je me débarrasse des bons au porteur ? Que je balance tout le fric, OK, mais là il faut qu’on bouge, qu’on bouge maintenant !

Reese : (Regardant toujours la caméra.) Qu’est-ce que tu préfères, il va falloir trouver le moyen de contourner les règles. Parce que c’est mon ami et qu’il m’a sauvé la vie. C’est compris ? Je ne continuerai pas sans lui.

La caméra affiche un point rouge et les motos se rapprochent. Leon tape sur l’épaule de John pour l’obliger à partir. Le point rouge disparait et une cabine téléphonique se met à sonner. John prend le combiné et entend ce que la Machine lui dit.

La Machine : Ayacucho. Golf. Papa. Deterministic. Hotel. Sierra. Caméra. Sierra. Kilo.

SÉQUENCE – Angle de Rivington et EssexSud-EstCaméra 0121 heures 13 minutes 56 secondes

EXTÉRIEUR – Dans une rueSoirée

Reese : Merci.

Leon Tao : Qui c’était ?

Reese : (Emmenant Leon.) Pas le temps.

Les motards tirent sur la cabine téléphonique.

 

SÉQUENCES – Angle de Rivington et EssexSud-EstCaméra 0321 heures 14 minutes 09 secondes ; Trafic du pontCaméra 2021 heures 15 minutes 22 secondes ; Intersection 504Caméra A21 heures 15 minutes 50 secondes

INTÉRIEUR – Dans le bureau du Conseiller SpécialWashingtonSoirée

Le conseiller spécial passe un appel.

Denton Weeks : (Au téléphone.) Oui.

Conseiller spécial : Vous n’êtes pas facile à trouver, Denton.

 

INTÉRIEUR – Dans la voiture de Denton WeeksSoirée

Denton Weeks : Je suis prudent, c’est tout.

Conseiller spécial : (Au téléphone.) C’est bien d’être prudent.

 

INTÉRIEUR – Dans le bureau du Conseiller SpécialWashingtonSoirée

Conseiller spécial : Alicia Corwin l’était aussi mais cela n’a pas empêché qu’on la tue.

 

INTÉRIEUR – Dans la voiture de Denton WeeksSoirée

Denton Weeks : Qu’est-ce que je peux faire pour vous ?

Conseiller spécial : (Au téléphone.) Mon agent est en train de faire en sorte que l’affaire Corwin soit enterrée.

 

INTÉRIEUR – Dans le bureau du Conseiller SpécialWashingtonSoirée

Denton Weeks : (Au téléphone.) Ravi de l’entendre.

Conseiller spécial : Faites attention à vous, Denton. L’un des notre a déjà été tué. Évitons que la liste s’allonge.

Denton Weeks : (Au téléphone.) J’ai un souci d’ordre personnel.

 

INTÉRIEUR – Dans la voiture de Denton WeeksSoirée

Denton Weeks : Il est possible que je sois injoignable durant deux ou trois jours.

 

INTÉRIEUR – Dans le bureau du Conseiller SpécialWashingtonSoirée

Conseiller spécial : Denton, pour nous, vous êtes toujours joignable.

Le conseiller raccroche tandis que dans la voiture, Denton baisse son téléphone.

 

SÉQUENCE – Entrée 2Caméra 221 heures 18 minutes 29 secondes

EXTÉRIEUR – Dans un parkingSoirée

John et Leon arrivent à trouver une porte pour s’échapper alors que les deux motos s’arrêtent devant l’entrée du parking. Un véhicule noir s’arrête derrière eux et Titus en sort.

Titus : Où ils sont passés ?

Motard : Quelque part, là-dedans.

Titus : Tire-toi de là.

Le motard est obligé de céder sa moto à Titus. Ils entrent dans le parking.

 

SÉQUENCES – Entrée 2Caméra 321 heures 18 minutes 48 secondes ; Cabine 2Caméra 121 heures 18 minutes 50 secondes

Les deux motards, désormais une menace puisqu’ils ont des carrés aux bords rouge autour d’eux, passent devant la cabine du vigile et font le tour du parking.

 

INTÉRIEUR – Dans les escaliers menant au parkingSoirée

Leon et John continuent de gravir les escaliers et s’approchent d’une porte.

Reese : Vas-y, sauve-toi, je vais les occuper.

Leon Tao : Euh, OK. John.

Reese : Tu me remercieras plus tard.

John prend une bouteille de liquide, un motard arrive. Il s’en sert contre le motard, qui tombe.

 

INTÉRIEUR – Dans le parkingSoirée

Lorsque Leon va à sa voiture, Titus arrive à moto et le fait tomber avec son bras. Il descend de moto et va vers Leon pendant que Brutus continue d’aboyer.

Titus : (Prenant Leon par la chemise.) Où est mon fric ?

Leon Tao : (Tremblant de peur.) Il ne reste plus rien.

Titus : C’est pas bon pour toi.

Reese : (Alors que Titus allait frapper Leon.) Hey ! Attaque-toi à quelqu’un de taille ou (voyant la carrure de Titus) en tout cas, quelqu’un qui… s’en rapproche. (Leon parvient à s’enfuir. John commence à le frapper mais Titus arrive facilement à riposter et le frappe. Titus balance John sur la voiture et tombe au sol. Il le relève et l’appuie contre une portière. John tente encore de le frapper mais il se prend un coup de tête dans le visage.

Titus : Les gars comme toi sont la honte de la race. Quand nous nous soulèverons… (Il se prend un projectile dans le dos et tombe au sol. C’est Joss Carter qui a tiré. Le projectile envoie de la fumée.)

Carter : (Descendant rejoindre John avec le sac d’armes dans les mains.) Ça fait un moment que je voulais vous le rendre, ce sac.

Reese : (Prenant le sac.) Merci.

Fusco : Je n’aurais jamais cru te voir dérouiller.

Reese : Je ne dérouillais pas, je le laissais se fatiguer. (Voyant Leon au sol.) Leon. (Il ouvre la portière avant pour libérer Brutus et lui donne une friandise.) Ah ben, en voilà au moins un qui a l’air content.

Leon Tao : Un peu trop content, oui. (En parlant du chien.) Tu ne t’ais pas soulagé dans la caisse au moins ? (Voyant que ces bons ont été déchiquetés.) Nom de Dieu. Ce gros balourd a déchiqueté tous mes bons.

Reese : (Caressant Brutus et entendant Leon.) Ça y est, je sais, je vais l’appeler Balou.

Leon Tao : Il était censé veiller sur le fric, pas le becqueter.

Reese : (Se relevant.) Voit le bon côté des choses, (enlevant les menottes de Leon) tu es peut-être fauché mais tu es vivant. Sauf si bien sûr tu as menti (pendant ce temps, Titus se fait arrêter par Lionel) et qu’en fait tu n’as pas du tout perdu le reste de l’argent.

Fusco : (À Titus.) Avance !

Leon Tao : Non, je l’ai perdu, j’en suis sûr. (Voyant le regard de John.) Sûr à 80%. (John insiste.) Ouais, peut-être 75. 75% (John lui donne les menottes.) Je voulais vous dire, votre ami, j’espère que vous le retrouverez. Il a de la chance de vous avoir.

John s’en va en emmenant Balou avec lui.

 

SÉQUENCE – Sud-EstCaméra 137 heures 02 minutes 14 secondes

INTÉRIEUR – Dans la bibliothèqueMatinée

Grâce aux noms donnés par la Machine, John a trouvé une piste. Sur un écran d’ordinateur, un article est affiché sur la disparition d’une jeune fille de 14 ans à Bishop au Texas. Sur le bureau, les trois livres correspondants.

 

INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Joss CarterMatinée

Joss sursaute de peur en voyant Balou qui fait un bruit.

Reese : Bonjour.

Carter : (En rigolant.) Dites-moi que je rêve, ce n’est pas vrai.

Reese : (Donnant un papier.) J’ai trouvé une piste pour Finch.

Carter : Vous savez où se rend notre mystérieuse inconnue ?

Reese : Non, mais je crois savoir d’où elle vient. Faites vos valises, Carter, on part pour le Texas. (Joss regarde le papier où se trouve l’article de la jeune fille disparue.)

 

INTÉRIEUR – Dans une maisonMatinée

Root : Vous devez mourir de faim. (Mettant du vernis à ongles sur ses mains.) Notre ami ne va pas tarder à arriver, je vous ferais à manger ensuite.

Finch : (Voyant la photo de la femme empoisonnée par Root, il est attaché à un siège.) Je n’ai aucun moyen d’y accéder, je l’ai programmée pour ça.

Root : Tout système a une faille. Vous le savez bien. Et je vous l’ai déjà dit, je suis très douée pour les trouver.

Finch : Qu’est-ce que vous pourriez bien vouloir en faire ?

Root : La même chose que vous. Vous avez peut-être cru que c’était pour le bien de l’humanité mais (elle prend une seringue dans son sac) en fait, si vous avez créé la Machine, c’est parce que le monde est ennuyeux à mourir. L’espèce humaine est arrivée au terme de son évolution. Je veux voir ce qui va se passer ensuite. (Attendant une réponse d’Harold.)

Finch : Nous nous ressemblons, vous avez raison, de bien des manières, même si je n’aime pas l’admettre. J’ai cherché durant des années ce qui pouvait bien rendre les gens si cruels, si mesquins, si égoïstes, alors j’ai commencé à chercher comment changer l’être humain, faire qu’il devienne meilleur. Voilà pourquoi j’ai verrouillé la Machine. Non pas par crainte des personnes auxquelles je l’ai cédée mais par crainte de moi-même, des personnes telles que nous, par peur de ce que nous ferions de ce pouvoir. C’est pourquoi que je ne vous aiderai jamais à en prendre le contrôle.

Root : Je sais, Harold. Vous n’aurez pas à m’y aider. (Elle se lève et enlève la protection de la seringue.) Parce que la vérité, c’est que je n’ai aucune intention de prendre le contrôle de votre Machine. (Elle se cache dans un coin de la pièce alors que Denton Weeks entre dans la maison.)

Denton Weeks : C’est moi chérie, j’ai eu ton message. Est-ce que tout va bien ? (Root arrive à lui planter la seringue dans le cou et s’effondre au sol.)

Root : Ce que je veux, c’est la libérer.

Kikavu ?

Au total, 74 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Malice825 
18.09.2018 vers 21h

Sabu14 
19.08.2018 vers 23h

seriepoi 
06.04.2018 vers 12h

Faberry 
05.04.2018 vers 16h

AnthonyPyt 
30.03.2018 vers 11h

stephane25 
16.02.2018 vers 18h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre la carte de Mary Sibley, sorcière de la série Salem, dans la catégorie Magic de notre collection d'HypnoCards.
En vitrine | Salem (Magic)

Venez départager les calendriers de l'Avent créés par nos membres, les votes sont ouverts jusqu'au 4 novembre !
Les votes sont ouverts ! | Date limite : 04/11

Activité récente
Actualités
James Carpinello rejoint Amy Acker dans The Gifted

James Carpinello rejoint Amy Acker dans The Gifted
Récemment aperçu dans Blacklist dans le rôle d'Henry Prescott, James Carpinello intègre déjà la...

Amy Acker au Comic-Con de New York

Amy Acker au Comic-Con de New York
Le 7 Octobre, Amy Acker était présente au Comic-Con de New York en compagnie d'une partie du casting...

Calendrier, photo et création du mois

Calendrier, photo et création du mois
Le calendrier du mois d'Octobre 2018 est arrivé sur le quartier et ce mois-ci, c'est le duo Elias et...

Michael Emerson - 'Laramie: A Legacy'

Michael Emerson - 'Laramie: A Legacy'
Le 24 Septembre, Michael Emerson était présent au photocall de la soirée 'Laramie: A Legacy'. Le but...

Anniversaire de Jim Caviezel

Anniversaire de Jim Caviezel
Aujourd'hui, 26 Septembre, c'est l'anniversaire de Jim Caviezel, l'interprète de John Reese. En...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

CastleBeck, Avant-hier à 02:30

Sur le quartier This Is Us, une nouvelle catégorie des HypnoTIU Awards attend vos votes. Merci!

choup37, Avant-hier à 10:54

Nouveau design sur les quartiers Supernatural et Sous le soleil, on attend vos coms

BenMason, Avant-hier à 11:01

Bonjour! N'hésitez pas à venir voter pour la meilleur création du concours spécial Halloween sur le quartier de Falling Skies!

quimper, Avant-hier à 23:36

Nouveau sondage sur le quartier Rizzoli & Isles. Pas besoin de connaître la série pour pouvoir voter. N'hésitez donc pas à participer

sossodu42, Hier à 09:43

nouveau sondage sur le quartier The Listener. Pas obliger de connaître pour voter. l'équipe vous attend

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site