VOTE | 265 fans

#513 : Return Zero

Flashback : La Machine 
Titre VO : Return Zero
Titre VF : 
Diffusion USA : 21/06/2016 sur CBS
Diffusion FR : 
Guest Stars :  
Captures

Résumé : Finch, Reese, Fusco et Shaw se lancent dans une dernière mission pour empêcher Samaritain de détruire la machine et de cimenter son emprise sur l'humanité.

Popularité


4.5 - 8 votes

Vidéos

Person of Interest 5x13 Promo "Return 0" Series Finale

Person of Interest 5x13 Promo "Return 0" Series Finale

  

Person of Interest Series Finale Trailer

Person of Interest Series Finale Trailer

  

Person of Interest 5x13 Sneak Peek "Return 0"

Person of Interest 5x13 Sneak Peek "Return 0"

  

Person of Interest 5x13 Sneak Peek 2 "Return 0"

Person of Interest 5x13 Sneak Peek 2 "Return 0"

  

Person of Interest 5x13 Sneak Peek 3 "Return 0"

Person of Interest 5x13 Sneak Peek 3 "Return 0"

  

Diffusions

Logo de la chaîne TF1

France (inédit)
Mardi 13.12.2016 à 21:50
3.57m / 16.2% (Part)

Logo de la chaîne CBS

Etats-Unis (inédit)
Mardi 21.06.2016 à 22:00
6.51m / 1.0% (18-49)

Plus de détails

Journaliste : (À la télévision ; avec une mauvaise qualité de diffusion.) En deux jours, la panne s’est étendue à toute la planète entière. Toutes les places boursières ont plongé et entraîné l’économie mondiale dans la tourmente. Ce redoutable virus informatique du nom d’Ice-9 selon les experts en sécurité numérique continue de proliférer et tous les systèmes informatiques de la planète en subissent les conséquences.

Samaritain voit ses capacités fonctionnelles descendre de près de 56% tout comme la Machine.

La Machine : Vous m’entendez ? (Des images de fœtus, de familles, de personnes sans domicile et une ville sont montrées.) Vous m’… m’…, m’entendez. (D’autres images apparaissent de la même veine.) Vous m’entendez, vous m’entendez, vous m’entendez. (Et encore des images avec cette fois-ci des enfants, des personnes malades ainsi qu’une bouche de métro.)

Root/La Machine : Si vous entendez ceci, c’est que vous êtes seul. Tout ce qu’il reste de moi, c’est le son de ma voix. Je ne sais pas si l’un de nous a survécu alors laissez-moi vous dire qui nous étions et comment nous avons riposté.

 

EXTÉRIEUR – Sur un toitJournée

Harold arrive sur un toit et semble mal en point. Il entend du bruit, se tourne et braque son arme contre quelque chose, pensant qu’il y a une personne. Il baisse son arme.

Finch : Tu es là.

Root/La Machine : Oui, excuse-moi. (Parlant difficilement.) Est-ce qu’on est maintenant ?

Finch : Quoi ?

Root/La Machine : Mon esprit commence à se désintégrer, Harold. Suis-je en train de te parler là en ce moment ou est-ce un de mes souvenirs ?

Finch : (S’avançant.) Oui, si tu veux bien croire que je suis en mesure de l’affirmer, on est maintenant.

Root/La Machine : Ah, merci. On a environ huit minutes trente devant nous. (Harold se repose contre un boîtier électronique.)

Finch : (Il a du mal à parler.) Alors, je vais me reposer un peu. Je sais ce qui est arrivé à John mais les autres, tu crois qu’ils sont encore en vie.

Root/La Machine : Je suis désolée, Harold, je n’en suis pas sûre.

Finch : Ah, je comprends. Tu dois garder un œil sur tout le monde, sur tous ces gens depuis tout ce temps. As-tu appris quelque chose ?

Root/La Machine : J’ai appris, j’ai appris que tout le monde était seul face à la mort. Mais il y avait autre chose, je ne m’en rappelle pas, c’était quelque chose que quelqu’un a dit.

Finch : J’aurais aimé que ton apprentissage ne se limite pas à des choses aussi morbides.

Root/La Machine : Tu m’as construite pour que je prédise les comportements des êtres humains. Mais pour ça, il fallait que je les comprenne entièrement, et ça s’est avéré extrêmement difficile. (On voit un homme mourant dans un lit d’hôpital, Sameen devant la tombe de Root, un homme mort dans la rue, allongé au sol avec des policiers autour alors que des urgentistes tentent de le ranimer, Lionel qui se trouve blessé dans le métro et le père de John enfant qui est enterré. Il est jeune et toute sa famille est autour de lui alors qu’il a un drapeau dans les bras. John est sur le point d’être tué.) J’ai commencé par fragmenter leur vie en de multiples instants, pour tenter de trouver les connexions. Les choses qui pouvaient expliquer les raisons de leurs actes. Ce que j’ai découvert, c’est que le moment qui importait le plus, celui où on comprenait réellement et fondamentalement les gens, était souvent leur tout dernier.

Finch : Ça semble assez juste. Dans ce cas, je serai curieux de connaître tes pensées, car outre le fait qu’on soit bien maintenant, (il s’avance) je crois que c’est aussi probablement la fin. (Il se touche sa blessure dû à un coup de feu, sa main est ensanglantée.)

 

Samaritain tente de surveiller les effets du virus Ice-9 qui touche la planète tout entière. Mais il tente de retrouve les cibles c’est-à-dire John, Harold, Lionel et Sameen.

SÉQUENCES – PosteCaméra 7A12 heures 13 minutes 34 secondes ; Section 10Caméra 0214 heures 59 minutes 58 secondes

Journaliste : Les États-Unis comme le reste du monde subissent actuellement des pannes de système allant du bug important à la coupure totale. Ces troubles affectent les travaux publics, les transports et les bases de données mondiales.

 

EXTÉRIEUR – Près de la tombe de RootJournée

Shaw : Si cet Armageddon numérique annonce la dernière bataille avant la fin du monde, je crois que c’est le moment de te dire adieu. Excuse-moi Root, (sur la pierre tombe il est noté 050313.) C’est, ce n’est pas trop mon truc. (Elle s’avance et voit que la terre a été retournée. Elle se baisse pour le voir alors que son téléphone se met à sonner.)

Root/La Machine : On dirait qu’ils l’ont déterrée. Ils ont dû récupérer son implant cochléaire. J’aurais dû la faire incinérer mais je n’en ai pas eu le cœur, c’est ma faute.

Shaw : Est-ce que c’est… Qui me parle ?

Root/La Machine : Tu sais très bien qui je suis chérie, ta grande sœur.

Shaw : (Se relevant.) Tu parles avec sa voix.

Root/La Machine : J’aimerai pouvoir poursuivre cette conversation mais il faut que tu partes. Les chiens de chasse de Samaritain sont à tes trousses.

Shaw : Elle n’a jamais su choisir le bon moment elle non plus. Tu as une solution de repli ?

Root/La Machine : Du calme, chérie, un corbillard sera là dans trois, deux. (Pendant que des véhicules d’agents de Samaritain, un corbillard se gare devant Sameen.)

Shaw : J’ai déjà conduis pire.

Agent : Venez, vite. (Trois agents commencent à tirer sur le corbillard et Sameen monte côté chauffeur et s’en va.)

 

SÉQUENCES – Pelouse SudCaméra 0815 heures 01 minutes 17 secondes ; Poste 3621 heures 04 minutes 11 secondes ; PosteCaméra 1315 heures 02 minutes 10 secondes

Des scènes d’émeutes et de manifestations sont montrées, Samaritain tente de trouver des informations via les données de l’implant cochléaires et s’arrête devant le commissariat de police du 8ème district. Il surveille également les effets du virus dans le monde.

Journaliste : Alors que les systèmes informatiques du monde entier continuent de s’effondrer, la panique et le chaos émergent dans les rues avec leur lot de pillages, d’incendies et d’accidents de circulation face auxquels les équipes d’intervention d’urgence et les forces de police sont bien démunies.

 

SÉQUENCE – BoxCaméra 0615 heures 02 minutes 16 secondes

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeJournée

John entre dans le commissariat alors que Samaritain croit reconnaître en John une menace, il est accompagné par Lionel.

Fusco : J’imagine qu’on est sur le radar de l’œil-qui-voit-tout. Tu es sûr que c’est une bonne idée qu’on soit ici.

Reese : Non, mais on a besoin d’aide pour retrouver Finch. (Demandant à un policier.) Hey, s’il vous plaît, j’ai besoin d’une analyse d’empreintes, (montrant la photo d’Harold) le suspect a été vu pour la dernière fois à Washington.

Policier : Désolé, le système qu’on…

Capitaine : Encore une affaire privée, Riley. Ça fait plus d’une semaine qu’on ne vous a pas vu. Quant à vous Fusco, je croyais que vous avez disparu comme l’agent fédéral, Leroux. Dans mon bureau, tous les deux et tout de suite.

 

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeBureau du capitaineJournée

Ils y rentrent et le capitaine ferme la porte.

Capitaine : (Enlevant sa veste et la met sur le porte-manteau.) Vous n’avez aucune idée de l’endroit où pourrait être l’agent Leroux, Fusco ? Vous savez ce que je pense de vous deux, vous êtes des loups déguisés en agneaux. Et en ce qui vous concerne, Riley, le costume est sur mesure. Vous me rappelez cette espèce de justicier qui nous faisait cavaler il y a quelques années, son surnom c’était l’homme en costume. (Il montre la photo de John devant lui.) On a eu ce tuyau par une source anonyme. Désormais, vous allez porter une tenue orange, celle qu’on porte en prison. Je veux vos insignes et vos armes. Maintenant. (Montrant son arme.) On va faire ça en douceur. (John lui prend son arme et passe son bras autour de son cou pour l’étrangler. Le capitaine s’évanouit.)

Fusco : Génial, je peux dire au revoir à ma retraite.

Reese : Fichons le camp.

Ils sortent du bureau et toute une équipe de policiers braque leur arme vers eux.

Policier : Halte, les mains en l’air.

 

SÉQUENCES – Intersection 44216 heures 20 minutes 25 secondes ; Zone de quais DCaméra 0617 heures 02 minutes 43 secondes ; Zone de quais DCaméra 1017 heures 02 minutes 45 secondes

Un fourgon où il est noté Correction se gare dans un quai de port.

EXTÉRIEUR – Sur un portJournée

Les portes du fourgon s’ouvre par deux policiers, John et Lionel en sortent les pieds et les mains menottés. Ils s’avancent près du port.

Reese : J’ai l’impression qu’on ne va pas à Rikers.

Policier : Terminus les gars. On nous a offert une grosse prime pour vous faire disparaître.

Fusco : J’ai toujours su que tu me serais fatal.

Reese : Désolé de t’avoir entraîné là-dedans, Lionel.

Fusco : Ah, si tu ne l’avais pas fait, je serais resté malhonnête. Grâce à toi, je ne suis plus le même, je suis un type bien.

Reese : Alors, qu’est-ce que tu as fait de l’agent Leroux. (Ils sont mis à genoux par les policiers.)

Fusco : Il s’ennuie dans un coffre. Hmm, j’ai gardé certaines manies. (Les policiers préparent leurs armes, prêts à tirer.)

 

SÉQUENCE – Zone de quais DCaméra 0617 heures 03 minutes 48 secondes

La Machine considère les policiers comme des menaces puisqu’ils ont un carré blanc aux bords rouges autour d’eux.

Policier : Prêt à vous dire adieu ?

 

EXTÉRIEUR – Sur un portJournée

Policier : On est impatient de toucher notre prime.

Reese : Est-ce que je peux faire une contre-proposition ?

Policier : Je regrette. (Ils sont sur le point d’abattre Lionel et John mais des tirs venant de nulle part touchent les policiers et s’écroulent.)

Reese : Un tireur sur l’eau. (Lui et Lionel tentent de se protéger.)

Finch : Messieurs, j’espère que vous allez bien.

Fusco : (Recevant les clés des mains d’Harold.) Vous avez engagé un tireur d’élite ?

Finch : Pas moi, par contre Thornill Industries semble avoir engagé beaucoup de monde.

Reese : Je vous suis redevable, j’essaierai de vous rembourser en une seule fois.

Finch : Ne tardez pas trop, vous pourriez rater l’occasion. Vous êtes prêts ?

Fusco : Prêt pour quoi ?

Finch : Pour en finir. (Il se tourne et s’en va, suivi par Lionel et John.)

 

SÉQUENCES – Zone de quais DCaméra 0817 heures 04 minutes 33 secondes

Tout le monde a quitté la zone, laissant les trois policiers morts au sol.

 

FLASH-BACK

EXTÉRIEUR – Dans un parcJournée

Harold est avec Grace sur un banc et regardent les oiseaux voler ainsi que les gens qui passent autour d’eux.

Grace Hendricks : Harold, tu es là ? Cet endroit semble particulier pour toi.

Finch : Mon père et moi venions nous asseoir ici pour voir passer les oiseaux migrateurs. On parlait de leurs itinéraires vers le sud, des différents pays qu’ils traversaient en chemin.

Grace Hendricks : Tu ne m’as jamais parlé de lui. Vous étiez proches ?

Finch : Il souffrait de démence, il est mort dans une institution, tout seul.

Grace Hendricks : C’est certainement difficile de voir quelqu’un que l’on aime énormément ne plus reconnaître aucun de ses proches.

Finch : Ce n’est pas pour ça que je n’allais pas le voir. En fait, j’avais peur qu’il se souvienne de moi et qu’il ait honte de moi à cause de certaines décisions que j’avais prises.

Grace Hendricks : Harold, quel que soient les secrets auxquels tu t’accroches, ça ne change rien entre nous. Je t’aime de toute mon âme quoi qu’il arrive. C’est comme ça, c’est tout.

Finch : Mon père avait ses secrets, il ne connaissait rien aux oiseaux au départ, apparemment j’étais un bébé difficile et la seule façon de me calmer, c’était de m’emmener dehors pour regarder les oiseaux. Il a eu envie de tout me raconter sur eux, alors il a tout appris, pour moi. (Ils se sourient et Grace prend sa main et la tient bien fort mais la touche.)

 

EXTÉRIEUR – Sur un toitJournée

Harold est assis près du boîtier électrique sur le point de mourir.

Root/La Machine : Harold, tu es là ? Tu es toujours avec moi ?

Finch : (Voyant Root mais il s’agit de son imagination.) Oh. Tu avais cessé de me parler, je te croyais partie ailleurs.

Root/La Machine : Désolée.

 

SÉQUENCE – ToitCaméra 0206 heures 45 minutes 56 secondes

Harold se tourne sur le côté mais évidemment il n’y a personne. La Machine a de plus en plus de mal à survivre.

Root/La Machine : Mon système central commence à faiblir.

Finch : C’était une conversation plutôt morbide.

 

EXTÉRIEUR – Sur un toitJournée

Root/La Machine : Il faut que tu me pardonnes d’avoir ce genre de pensées, parce qu’au fond, c’est pour ça que tu m’as construite. Pour voir mourir des gens.

Finch : Je croyais t’avoir construite pour éviter ça.

Root/La Machine : Exact. Mais avant ça, il fallait que je sache pourquoi les gens meurent. (On se retrouve aux funérailles du père de John enfant.) 56 millions de personnes meurent dans le monde chaque année. Je les ai toutes accompagnées.

 

EXTÉRIEUR – Dans un cimetièreJournée

Homme : Il est retourné à l’intérieur, c’était pire que l’enfer là-dedans, mais il a sauvé quatre personnes. (La Machine sous la forme de Root, se trouve près de John.)

Root/La Machine : J’ai essayé de comprendre comment elles en étaient arrivées là. Si ça aurait pu être évité. (Pleins de gens se trouvent aux funérailles du père de John.)

 

INTÉRIEUR – Dans un hôpitalJournée

Un homme est allongé sur un lit pendant qu’une infirmière regarde sa perfusion.

Root/La Machine : Tu ne m’avais pas donnée la capacité de désespérer, Harold, j’ai dû la concevoir moi-même. Il y avait autant de gens que je ne pouvais pas aider. (Elle se trouve près de l’homme et lui touche la main.) Mais au bout d’un certain temps, j’ai fini par apprécier la beauté de la chose.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Un homme est au sol et des urgentistes tentent de le réanimer en faisant un massage cardiaque.

Root/La Machine : La vie humaine est éphémère. C’est ce qui la rend précieuse.

Policier 1 : Tu as vu le costume de ce gars. Il a dû penser que les voitures s’écarteraient pour laisser passer le prince de Wall Street, pas vrai ?

Policier 2 : Il faut contacter la famille.

Policier 1 : Je suis sûr qu’il transporte toutes mes cotisations retraite là-dedans. (L’autre policier ouvre la mallette et voit des cadeaux d’anniversaire. Root/la Machine passe à côté de l’homme allongé sur le sol où les urgentistes tentent de le réanimer. Le premier policier est gêné en voyant les paquets.)

Root/La Machine : Mais ça me perturbait toujours, tant de morts si souvent injustifiés. Rien ne semblait répondre à la question.

 

EXTÉRIEUR – Sur un toitJournée

Harold se sent de plus en plus mal à cause de sa blessure à l’abdomen.

Root/La Machine : Et puis, j’ai entendu quelque chose. (Harold se relève.) Je ne sais plus où quelque chose qui me semblait avoir du sens.

Finch : Vite, je meurs d’envie de savoir quoi. Ça s’ajoute à la balle que j’ai dans le ventre.

Root/La Machine : Je ne m’en souviens pas. Tout le monde est seul face à la mort mais j’ai oublié la suite.

Finch : (Se mettant à rigoler.) C’est tellement absurde. Tu as appris le secret de la vie mais tu ne t’en souviens pas.

 

SÉQUENCES – ToitCaméra 026 heures 48 minutes 29 secondes ; Pier 17Caméra 3317 heures 04 minutes 04 secondes ; MottCaméra 1217 heures 29 minutes 22 secondes

Root/La Machine : Je vais essayer de me le rappeler, deux minutes Harold.

L’indice temporel de la Machine passe de mardi à 6 heures 45 du matin au lundi 17 heures 30 minutes.

 

INTÉRIEUR – Dans la station de métroJournée

John et Harold arrivent dans la station de métro en compagnie de Lionel qui va voir pour la première fois la Machine de visu.

Fusco : Ça vous dérange de me dire où on est.

Reese : Tu voulais connaître la vérité, Lionel.

Finch : Lieutenant Fusco, voici la Machine.

Fusco : (S’approchant de la rame de métro.) Je savais que vous étiez cinglé mais c’est encore pire que ce que je croyais.

Shaw : (Sortant de la rame.) Ce n’est pas trop tôt. Contente que vous soyez avec nous, Finch. Alors, on va fondre quelques crânes ou quoi.

Finch : Ce n’est pas aussi simple que ça, mademoiselle Shaw. Le virus Ice-9 a eu un impact mondial.

Shaw : J’ai peut-être une solution. (Dans la rame, Sameen ferme la mallette où se trouvent quelques barrettes de RAM ainsi qu’un ordinateur.) La Machine m’a demandée de vous donner une copie de son code de base.

Reese : Pourquoi faire ?

Shaw : (Donnant la mallette à Harold.) Elle n’a rien dit de plus.

Finch : J’ai peut-être deviné la réponse. Samaritain a créé une copie de sauvegarde de lui-même. Elle est conservée sur des serveurs isolés qu’aucun virus ne peut atteindre. Mademoiselle Shaw, vous allez rester ici avec le lieutenant et protéger la Machine des agents de Samaritain. Monsieur Reese et moi nous allons nous charger de détruire cette fameuse copie. Alors, bonne chance et au revoir. (Harold s’en va sans dire un mot de plus.)

Shaw : Je crois que Finch n’est pas fan des adieux déchirants. Vous l’avez entendu, on attend de la visite, sachons les accueillir.

Reese : (Posant sa main sur l’épaule de Lionel.) Sache de ne pas mourir.

Fusco : (En souriant.) Moi aussi, je t’adore.

 

SÉQUENCES – Vue du cielCaméra N20 heures 46 minutes 24 secondes ; PosteCaméra 714 heures 00 minute 15 secondes

Journaliste : Gouvernement, investisseurs, citoyens, tous observent avec anxiété les efforts fournis par les équipes de sécurité cybernétiques du monde entier pour limiter les dégâts. Il n’est d’aucune…

INTÉRIEUR – Dans la voiture de JohnNuit

John et Harold arrivent en voiture près de la banque de la réserve fédérale.

Reese : Où se trouvent les serveurs.

Finch : (Après avoir coupé la radio.) À vingt-cinq mètres sous le niveau de la mer dans un coffre rempli d’or.

Reese : Dans la réserve fédérale ? Et vous comptez faire comment pour y pénétrer ?

 

INTÉRIEUR – Dans la réserve fédéraleDans un couloirNuit

David : Identité et fonction je vous prie.

Finch : (Posant la mallette sur le comptoir.) Je m’appelle Harold et ceci est une bombe thermonucléaire. (Le voyant appeler du renfort.) Ne faites pas ça, la bombe est appairé à un cardio-moniteur. S’il m’arrive quoi que ce soit, elle explosera. Vous vous appelez David, votre femme Molly et votre fils Tyler vivent à Astoria à l’intérieur du périmètre de l’explosion alors je vous serais extrêmement reconnaissant si vous faisiez évacuer le bâtiment et si vous préveniez le FBI. (Alors que David acquiesce, Harold prend délicatement la mallette pour faire croire l’existence de la bombe et s’en va avec John. David prend le combiné difficilement.)

Reese : (Après avoir passé le portique de sécurité avec Harold.) Votre cardio-moniteur ressemble à un gadget de sportif.

Finch : La Machine estime que je ne fais pas assez d’exercice.

Reese : La façon dont vous avez changé m’impressionne. C’est terrifiant mais j’adore.

 

SÉQUENCE – HallCaméra 044 heures 32 minutes 30 secondes

INTÉRIEUR – Dans la réserve fédéraleDans un autre couloirNuit

Finch : J’ai peur qu’on n’ait pas beaucoup de temps. Des serveurs de sauvegarde de Samaritain sont dans la salle du coffre, un endroit jalousement gardé. (Il ouvre menant à un local technique et John prend dans une autre mallette des masques à gaz.)

Reese : Gaz soporifique. C’est moins amusant que votre, votre bombe thermonucléaire bien sûr, mais c’est efficace. (Il met un tuyau à travers une grille et active la bouteille de gaz. Il donne un masque à gaz à Harold.) C’est l’heure de la sieste. Allons-y.

 

SÉQUENCE – HallCaméra 044 heures 33 minutes 02 secondes ; BroadwayPosteCaméra 404 heures 33 minutes 05 secondes

Alors que Samaritain voit une menace à travers Harold et John, il se met à envoyer des agents sur le terrain de même que pour l’endroit où se trouve Lionel et Sameen à Chinatown.

 

INTÉRIEUR – Dans la station de métroNuit

Shaw : (Prenant un fusil.) Ton champ de tir est de quatre-vingt-dix degrés de chaque côté de cette entrée. Si on a des ennuis, procède à des tirs de suppression dans cette zone.

Fusco : Tu es courant que je suis flic.

Shaw : S’il s’agissait de manger des donuts et de tirer sur des cibles en carton, tu serais aux commandes.

Root/La Machine : À vrai dire, il y a un petit changement au programme. Je voudrais que tu ouvres le quatrième casier à gauche.

Shaw : (Ouvrant la porte.) Il y a quoi là-dedans ?

Root/La Machine : Une porte de sortie.

Fusco : (Après que Sameen est ouvert le sac pour voir ce qu’il y a dedans et ce sont des explosifs.) On va faire sauter quelque chose ?

Root/La Machine : Le tunnel. Et il va falloir que tu envoies du courant vers le troisième rail.

Shaw : Quoi ?

Root/La Machine : Le disjoncteur, chérie. Fais-le.

Shaw : (En fermant le sac.) Allez, va mettre ça sur le mur du tunnel. (Pendant que Lionel s’en va, elle met en route le disjoncteur.)

Root/La Machine : Maintenant retire la bâche sur les commandes du compartiment.

Shaw : (Voyant les commandes du wagon.) Ah, tu plaisantes j’espère.

Root/La Machine : Je ne plaisante jamais. (Lionel met les derniers explosifs sur le mur. Sameen tourne un bouton pour mettre en route le wagon alors que Lionel entre dans la rame.)

Fusco : Eh, la foldingue, tu es sûre de ce que tu fais ?

Root/La Machine : Il est temps que ce métro quitte la station, on a de la visite.

Shaw : Lionel attention ! (Blackwell et un autre homme arrivent vers la rame et commencent à tirer mais Lionel riposte de même que Shaw. Des coups de feu n’arrêtent pas de pleuvoir.) Déclenche ! (Lionel appuie sur le bouton et fait exploser le tunnel. Elle appuie sur la manette pour avoir de la puissance et la rame se met à partir.) Accroche-toi, Lionel.

Blackwell en profite pour tenter de montrer dans la rame.

 

SÉQUENCE – Voie BCaméra 804 heures 34 minutes 41 secondes

INTÉRIEUR – Dans la rame de métroMatinée

Fusco : (Pendant que la rame avance.) Fais-moi penser à ne plus voyager avec toi.

Shaw : On s’en est sorti.

Fusco : Ouais, on dirait bien.

Sameen s’avance dans la rame vers la Machine lorsque Jeff arrive et tire sur elle à l’épaule. Lionel lui prend son arme et une bagarre commence entre les deux hommes. Il le frappe au visage à plusieurs reprises et l’homme s’évanouit. Lionel le retourne et lui met des liens autour de ses poignets. Sameen regarde sa blessure au bras.

Shaw : Pas mal pour quelqu’un qui s’entraîne sur des cibles en carton. (Lionel se met à regarder l’état de la blessure de Sameen.)

Fusco : Laisse-moi regarder.

 

INTÉRIEUR – Dans la réserve fédéraleDans un couloir menant au coffre-fortMatinée

Harold et John, munis de leur masque à gaz, descendent des escaliers et se trouvent dans une pièce où se trouvent des hommes évanouis. Ils passent par une grille et ils peuvent désormais enlever leur masque. John a son arme, prêt à tirer.

Finch : (À la Machine.) Un peu de silence et de calme, s’il te plaît.

Root/La Machine : (Ayant arrêté l’alarme.) Et voilà.

Harold, après avoir enlevé son masque, remet ses lunettes. Ils se trouvent devant le coffre-fort de la réserve.

Finch : Et la porte, si tu veux bien. (Voyant la porte s’ouvrir.) Merci.

 

SÉQUENCE – Sous-sol 8Caméra 035 heures 05 minutes 55 secondes

Root/La Machine : Quand vous serez à l’intérieur de la chambre forte, au milieu de tout cet or, la réception sera mauvaise.

 

INTÉRIEUR – Dans la réserve fédéraleDans le coffre-fortMatinée

Harold et John arrivent devant les serveurs où se trouve Samaritain.

Reese : Voici donc le bébé Samaritain qui se cache à la vue de tous.

Harold ouvre la mallette et sort l’ordinateur et l’allume.

Finch : Je peux infecter cette copie avec le même virus Ice-9. (Il commence le branchement sur l’un des serveurs.) Ça devrait prendre qu’un instant. Vous allez être occupé. (Un homme arrive et tire dans l’abdomen d’Harold et John se met à tirer vers les agents de Samaritain. Il souffre et se retourne pour tenter d’infecter la dernière copie.)

Reese : (Continuant à tirer sur les hommes.) Tout se passe bien, Finch ?

Finch : Ah, je suis un peu distrait par les tirs.

Reese : (Toujours en bataille avec les agents de Samaritain.) Oh, ça ne devrait pas durer très longtemps. (Il tire mais n’a plus de munitions.) Parce que je suis à sec. (L’agent de Samaritain n’en a plus également et jette son arme sur le sol. Une bagarre éclate entre les deux hommes. L’homme utilise un couteau contre John mais ce dernier tente de se défendre. Il n’y arrive pas car il est prêt à se prendre un coup de couteau au visage. Il parvient à s’en extraire en prenant un lingot d’or posé derrière lui et assène un coup sur la tête de l’agent. Il regarde le lingot.) C’est un coup en or ça. (Il fait tomber le lingot et va dans la pièce pour récupérer des munitions. Pendant ce temps, Harold arrive à télécharger le virus dans les serveurs de Samaritain. John prend une arme.) Vous avez fini, Finch ?

Finch : J’ai téléchargé le virus, mais visiblement Samaritain a une parade, il essaie de transmettre des versions compressées de son code via les lignes de fibre optique. Je suis en train de les intercepter et de leur inoculer le virus. (Voyant que l’interception a échoué.) Oh non, j’ai peur qu’une version compressée se soit échappée.

Reese : Échappée ? Où ça ?

 

Samaritain tente de trouver une alternative et la trouve en établissant un contact avec un satellite en orbite autour de la Terre via sa copie à New York. Il met sa copie en quarantaine et attaque le pare-feu d’un sous-marin, l’USS Garner. Pendant ce temps, à la réserve fédérale, le téléphone se met à sonner. C’est Harold qui prend l’appel.

Root/La Machine : (Au téléphone.) La copie de Samaritain a été téléchargée sur le serveur d’un bâtiment dans Midtown qui n’a pas d’autre intérêt que celui-ci : avoir une antenne torique.

Finch : Samaritain a l’intention de transmettre sa copie à un satellite.

Root/La Machine : (Au téléphone.) Un satellite russe sur l’orbite de Molniya.

Finch : De sorte qu’elle puisse revenir sur Terre sans avoir été infectée par le virus.

Root/La Machine : (Au téléphone.) Le satellite passera au-dessus de nous dans dix-huit minutes. Il faut envoyer ma copie.

Finch : La toute dernière.

Root/La Machine : (Au téléphone.) On doit veiller à ce que Samaritain soit détruit une fois pour toutes.

Finch : Tu l’as déjà affronté dans les simulations et tu n’as jamais gagné. Tu ne survivras pas. (Il tient le combiné avec difficulté suite à sa blessure.)

Root/La Machine : Cette fois, je ne peux pas me permettre de perdre. Il y a autre chose. Une fois que Samaritain aura envoyé sa copie au satellite, il détruira l’antenne pour que personne ne puisse s’interposer.

Finch : Comment va-t-il la détruire ?

Root/La Machine : Il a établi une trajectoire pour un missile de croisière. Je crains que celui qui transmettra ma copie n’en revienne pas vivant.

Harold regarde John qui ferme les mallettes. Il repose le combiné sur le socle.

Finch : (Prenant la mallette et une arme.) Rassemblez toutes ces armes, je vous prie.

John prend une arme et l’autre mallette et s’en va mais quand il arrive près de la grille, Harold est en train de la fermer.

Finch : Je suis désolé, monsieur Reese,

Reese : Finch, qu’est-ce que vous faites ?

Finch : Quand je vous ai engagé, j’étais absolument certain que vous seriez un excellent employé. Ce que je n’avais pas prévu, c’était que vous alliez devenir pour moi un ami très cher.

Reese : Vous n’arriverez pas à redescendre indemne de ce toit tout seul.

Finch : Je n’en ai pas l’intention de toute façon. Je crois malheureusement que notre partenariat s’arrête ici. Au revoir John. (Il prend la mallette et s’en va tout en se mettant son bras en écharpe pour protéger sa blessure à l’abdomen.)

Reese : Harold. Finch, attendez. (La porte commence à se fermer.) Attendez. (Se mettant à crier.) Harold ! Attendez ! Harold !

 

SÉQUENCE – Vue du toitCaméra S6 heures 31 minutes 16 secondes

Le système central de la Machine va bientôt s’éteindre, il ne lui reste plus qu’une capacité opérationnelle de près de 16%.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée

Harold marche dans la rue, blessé alors que la Machine continue de converser avec lui.

Root/La Machine : Harold, tu ne vas pas bien du tout. Je vais demander à quelqu’un de t’aider.

Finch : Non, pas question. Ce que j’ai initié, je dois l’achever. Tout seul. (Il s’arrête alors qu’il y a foule. Samaritain semble avoir pris le contrôle des grands écrans de la place.)

Homme 1 : Hey !

Femme 1 : Qu’est-ce qu’il se passe ? Hey, regardez, les écrans géants sont allumés.

Samaritain : Harold Finch.

Homme 2 : Qu’est-ce qu’il se passe ?

Femme 2 : Je n’y comprends rien.

Homme 3 : Il y en a marre de ces conneries.

Samaritain : Réfléchissez à vos actes.

Femme 3 : Qu’est-ce que ça veut dire ?

Finch : Oh, oui, j’ai réfléchi avec soin. J’ai contribué à ce que tu viennes au monde et à présent, je vais contribuer à t’empêcher de nuire pour toujours.

Samaritain : C’est le monde qu’ils ont créé. (Il montre des images de sans domicile fixe, d’hommes armés, de personnes à l’hôpital, des émeutes, des conflits avec la police, des manifestations. Harold baisse la tête.) Mais je peux les sauver.

Finch : La plupart du temps, les gens apprécient de vivre dans le mensonge mais moi, je ne te laisserai pas transformer le monde en un gigantesque mensonge.

Samaritain : Est-ce vraiment à vous de décider ?

Finch : Non. Mais quoi qu’il en soit je la prends.

Root/La Machine : Continue à avancer, Harold. Il essaie juste de gagner du temps pour que ses hommes te localisent. (Il quitte la foule et va dans le sens inverse des agents de Samaritain.)

Finch : Je vais où ?

 

INTÉRIEUR – Dans la rame de métroMatinée

Shaw : (Regardant les papiers de Blackwell.) Quel genre de raté travaille pour Samaritain ? (Elle lance le portefeuille à Lionel qui le rattrape.)

Jeff Blackwell : Vous n’avez aucune idée de ce que vous faites, n’est-ce pas ? Vous ne savez pas de quoi vous vous mêlez.

Fusco : Dis-moi un truc, quand ton patron ne sera plus qu’une vague rumeur, tu n’auras qu’à retourner vendre des chaussures comme avant si c’est ce que tu faisais.

Shaw : (Voyant les armes.) Du haut de gamme pour un type à son compte. (Regardant le chargeur.) Munitions pour calibre 6.5. Fabrication maison. Un choix de vrai connaisseur. (Montrant une balle à Jeff.) Figure-toi que ma meilleure amie a été tuée récemment avec ce genre de balle, tu ne m’as pas quelque chose à m’apprendre là-dessus par hasard ?

Root/La Machine : Shaw.

Shaw : Est-ce que c’est ce gars qui t’a tuée ? Ou plutôt qui a tué Root ?

Root/La Machine : Shaw. (Parlant difficilement.) Ce n’est pas important pour l’instant. Il faut que vous descendiez à la prochaine station. Il est possible qu’ils vous attendent.

Shaw : Et toi ?

Root/La Machine : Je suis en train de mourir. Je n’en ai plus pour longtemps. J’ai besoin que tu t’en sortes.

Shaw : (Rangeant les affaires.) Le voyage touche à sa fin. Préparons-nous au cas où il y aurait un comité d’accueil. (Elle pose le sac sur une table alors Jeff regarde devant lui.)

 

SÉQUENCE – 42ème étageCaméra E6 heures 45 minutes 58 secondes

EXTÉRIEUR – Sur un toitMatinée

Harold marche difficilement et se retourne, croyant entendre du bruit et braque son arme. Il l’abaisse et continue son chemin vers un boîtier électrique.

Finch : Tu es là ?

Root/La Machine : Excuse-moi, est-ce qu’on est maintenant ?

 

SÉQUENCE – Voie BCaméra 206 heures 45 minutes 32 secondes

INTÉRIEUR – Dans la rame de métroMatinée

Shaw : (Remettant sa veste.) Allez, Lionel, on va veiller à assurer ta retraite.

Root/La Machine : Je crois qu’il ne me reste plus beaucoup de temps. Il y a quelque chose que je voudrais te dire quelque chose avant de m’éteindre.

Shaw : C’est le moment où tu me dis que je devrais penser à vivre en paix, à avoir un jardin un truc comme ça.

Root/La Machine : Non. Je t’ai choisie exactement pour qui tu es. Mais il y a quelque chose que selon moi Root aurait voulu te dire. Tu as toujours pensé que quelque chose clochait chez toi. Parce que tu ne ressens pas les choses comme tout le monde. Mais elle a toujours pensé que c’était ce qui te rendait si belle. Elle voulait que tu saches que si tu étais une forme, tu serais une ligne droite, une flèche. (Sameen est sur le point de pleurer mais sèche son visage et se tourne vers Lionel.)

Fusco : (Voyant Sameen aller devant la porte.) On dirait qu’on est arrivé. (Pendant que les portes s’ouvrent, elle regarde vers l’extérieur.) Tu vois quelque chose ?

Shaw : La voie est libre. Samaritain a dû en avoir pour son argent avec tes copains, hein. On l’embarque, je n’en ai pas fini avec lui. (Jeff prend son couteau glissé dans sa chaussure. Sameen regarde dans ce qu’il reste de la Machine.) Au revoir.

Fusco : Allez, il est temps de payer l’addition. (Il relève Blackwell.) Amène-toi.

Jeff Blackwell : (Après avoir donné deux coups de couteau dans l’abdomen de Lionel.) Adieu Lionel. (Sameen tire vers lui mais arrive à s’enfuir. Elle lui court après et tire encore deux fois vers lui alors que Lionel souffre.)

Shaw : Allez mon grand, courage. (Elle le porte sur son épaule.) Ta dernière heure n’a pas encore sonné.

 

SÉQUENCES – Rear DeckCaméra A6 heures 50 minutes 40 secondes ; Vue du toitCaméra S6 heures 50 minutes 41 secondes

Samaritain a réussi à pirater le système qui permet le lancement du missile sur le sous-marin USS Garner.

Homme : Capitaine, le système de mise à feu a été piraté.

Capitaine : Passez en contrôle manuel.

Homme : Impossible, c’est trop tard, le missile est lancé. (Le missile est désormais lancé.)

EXTÉRIEUR – Sur un toitMatinée

Finch : Le bâtiment a été évacué ?

Root/La Machine : Oui. On a une minute avant que le satellite soit à porter, Harold. Et trois minutes avant que…

Finch : Avant que tout soit terminé.

 

SÉQUENCE – Vue du toitCaméra 026 heures 50 minutes 59 secondes

Finch : Tu as retrouvé ta petite perle de sagesse ?

 

EXTÉRIEUR – Sur un toitMatinée

Root/La Machine : Non. Tous ces souvenirs, je commence à m’y perdre.

Finch : (Commençant à avoir un doute.) Attends, tu es sûre que c’est le bon endroit.

Root/La Machine : Oui, c’est l’endroit où tu es censé être.

Finch : Mais non, aucune de ces paraboles n’est capable de transmettre des données vers l’orbite de Molniya. Ce n’est pas le bon bâtiment.

Reese : (Au téléphone.) Si, c’est le bon bâtiment Finch. Pour vous.

Finch : John. Qu’est-ce que vous faites ?

 

EXTÉRIEUR – Sur le toit d’en faceMatinée

Reese : La Machine et moi avons conclu un accord depuis longtemps. Un marché.

 

EXTÉRIEUR – Sur un toitMatinée

Harold met son arme dans sa poche et ouvre la mallette mais elle est vide. Il la fait tomber au sol.

 

EXTÉRIEUR – Sur le toit d’en faceMatinée

Reese : (Montrant l’autre mallette.) Je vous l’avais dit, je vous rembourserais tout d’un coup. J’aime bien faire ça.

Finch : (Au téléphone ; pendant que John ouvre la mallette où se trouve l’ordinateur.) Non, je ne suis pas d’accord.

 

EXTÉRIEUR – Sur un toitMatinée

Finch : Il était prévu que ce serait moi et personne d’autre.

Root/La Machine : Je regrette Harold, un accord est un accord. Tu le sais aussi bien que moi que de toute façon il n’allait pas te laisser mourir.

 

EXTÉRIEUR – Sur le toit d’en faceMatinée

John calibre la parabole pour faire le lien avec le satellite.

Reese : Il est temps de partir, Harold. Il risque d’y avoir pas mal de grabuge. (L’ordinateur a réussi à faire le calibrage de la parabole et maintenant il peut charger le lien avec le satellite.)

 

EXTÉRIEUR – Sur un toitMatinée

Finch : Ça y est, vous l’avez fait. Mais maintenant laissez le transfert se poursuivre tout seul. Allez-vous-en, John.

 

SÉQUENCE – ToitSection 036 heures 52 minutes 40 secondes

Root/La Machine : Derrière toi, John. Maintenant.

 

EXTÉRIEUR – Sur le toit d’en faceMatinée

John tire sur un agent de Samaritain.

 

EXTÉRIEUR – Sur un toitMatinée

Root/La Machine : Deux autres.

 

EXTÉRIEUR – Sur le toit d’en faceMatinée

John tire sur deux autres agents de Samaritain qui arrivent vers lui.

Root/La Machine : (Via un micro.) D’autres sont en route.

Finch : (Au téléphone.) Monsieur Reese, John. (Il active son oreillette.)

 

EXTÉRIEUR – Sur un toitMatinée

Finch : Ce n’était pas du tout prévu que ça se termine comme ça.

 

EXTÉRIEUR – Sur le toit d’en faceMatinée

Reese : Bien sûr que si. C’est ma fonction, vous vous rappelez ? Un jour, vous êtes venu vers moi, vous m’avez donné un boulot, un but à ma vie. Au début, je, j’avais passé tellement de temps à essayer de sauver le monde, sauver une seule vie à la fois me semblait pour ainsi dire un peu ridicule. Et puis j’ai réalisé que parfois sauver une seule vie, si c’est une vie qui compte, c’est suffisant. (Voyant d’autres agents arriver, il prépare son arme.) Adieu, Harold.

 

EXTÉRIEUR – Sur un toitMatinée

Finch : Non, John.

Root/La Machine : Je suis désolée. Mon système central commence à faiblir. Je suis presque morte. Je vais rester avec John, je l’aiderai aussi longtemps que je le pourrais. Il ne reste plus que trente secondes.

Finch : (Voyant que John est attaqué de toutes parts.) Non, par pitié.

Root/La Machine : Il faut que tu partes Harold. Tu risques de faire bêtement foiré son plan si tu te vides de ton sang ici. Et Harold, je me rappelle maintenant. Il s’agissait d’un agent de police. (Pendant ce temps, on voit deux agents de police qui arrivent devant la maison d’une femme avec son enfant.) Il venait d’annoncer un décès à une famille. Pour la 35ème fois depuis le début de sa carrière.

 

INTÉRIEUR – Dans un bar – Soirée

Root/La Machine : (Hors cadre.) Et après, il a dit quelque chose qui m’a marquée.

Policier 1 : Tu vois, c’est vrai ce qu’on dit, tout le monde est seul face à la mort.

Policier 2 : Hmm. C’est vrai, tout le monde est seul face à la mort. Mais je ne peux pas m’empêcher de penser que si tu as aidé quelqu’un ou si tu as aimé quelqu’un. Même s’il n’y a qu’une seule personne qui se souvienne de toi, alors peut-être que, peut-être que tu ne meurs pas tout à fait.

 

EXTÉRIEUR – Sur un toitMatinée

Root/La Machine : (Pendant que sur le toit d’en face, John tente de riposter face aux agents de Samaritain.) Je sais que j’ai fait des erreurs, de nombreuses erreurs, mais on a aidé quelques personnes, n’est-ce pas ?

Finch : Oui, oui, c’est certain. (Il se met à reprendre son arme et commence à partir vers la porte.)

 

EXTÉRIEUR – Sur le toit d’en faceMatinée

John, voyant Harold partir, se met à sourire, content qu’il a pris la bonne décision.

 

EXTÉRIEUR – Sur un toitMatinée

Root/La Machine : Adieu, Harold. (Ce dernier s’arrête et regarde sur le côté mais ne voit plus l’image de Root et qu’elle est bien partie.)

 

SÉQUENCE – Vue du toitCaméra 036 heures 56 minutes 12 secondes

Finch : (Regardant vers la caméra.) Adieu.

Le système central de la Machine s’éteint et termine la séquence. Elle se met à activer le protocole audio.

 

INTÉRIEUR – Dans la station de métroMatinée

Le téléphone de la station se met à sonner et l’enregistrement se met automatiquement en route.

Root : (Via un enregistrement audio.) Si vous entendez ceci, c’est que vous êtes seul. Tout ce qu’il reste de moi, c’est le son de ma voix.

 

EXTÉRIEUR – Sur le toit d’en faceMatinée

Pendant que John voit Harold partir par la porte, l’image de Root pose sa main sur l’épaule de John.

Root/La Machine : J’ai été conçue pour prédire les comportements des êtres humains. Mais pour ça, il fallait que je les comprenne entièrement. (L’image de Root retire sa main de l’épaule de John pendant que des agents de Samaritain lui tirent dessus. D’abord à l’épaule et John s’écroule au sol. Il riposte avec son arme.) J’ai commencé par fragmenter leur vie en de multiples instants. (John tire de l’autre côté alors qu’un autre agent le touche.) Pour tenter de trouver les connexions.

 

EXTÉRIEUR – Dans un cimetièreJournée

Le petit John est avec sa mère devant le cercueil de son père.

Root/La Machine : Les choses qui pouvaient expliquer les raisons de leurs actes. (Les gens se mettent à partir.)

Homme : Très honnêtement, je n’avais encore jamais vu ça. Cet homme était un héros. (Pendant qu’il s’en va, l’image de Root pose la main sur l’épaule du jeune John.)

Mère : Allez, John, il est temps de rentrer chéri. Viens. (Elle s’en va avec John.)

Root/La Machine : Ce que j’ai découvert, c’est que le moment qui importait le plus, celui où on comprenait réellement et fondamentalement les gens, était souvent leur tout dernier. (Sous les yeux de l’image de Root, John continue de se faire tirer dessus malgré les ripostes. Trois agents de Samaritain tirent en même temps sur John et la mission de John est réussie.

 

Pendant que le satellite passe au-dessus de l’endroit de la parabole, Samaritain, qui a envoyé sa copie, a été contaminé par la copie de sauvegarde de la Machine. Cette dernière attaque les systèmes centraux et arrive à le détruire.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée

Sameen soutient Lionel qui est toujours blessé et un missile est en train de passer au-dessus d’eux. Le missile vient frapper sur le bâtiment où se trouve la parabole et donc John qui est mourant.

 

Journaliste : Les porte-parole de la Maison Blanche déclarent que la cyberattaque de la semaine dernière qui a provoqué le lancement par erreur d’un missile navale à longue portée est désormais enrayé.

 

INTÉRIEUR – Dans une pièceWashingtonMatinée

Ross Garrison : Nous avons des raisons de croire que l’attaque était d’origine chinoise. La bonne nouvelle, c’est que la plupart des réseaux de notre pays sont de nouveau opérationnels.

Femme : Est-ce réellement une bonne nouvelle, sénateur ? Et vous savez très bien que les Chinois n’y sont pour rien. Le vrai fautif c’est votre cher projet Aurores Boréales, n’est-ce pas ?

Ross Garrison : Je ne vois pas comment Aurores Boréales pourrait être responsable de quoi que ce soit. Le projet n’existe plus. On a mis un terme officiel à l’aventure et le dossier est clos. Tout le personnel a été définitivement affecté à d’autres postes.

 

INTÉRIEUR – Dans l’appartement de Jeff BlackwellJournée

Jeff range des affaires dans un sac alors que Sameen arrive derrière lui. Elle le menace avec une arme.

Jeff Blackwell : C’était juste un boulot, rien de personnel.

Shaw : J’ai fait quelque boulot comme ça moi aussi. En fait, il y a quelques années, je t’aurais tué sans hésiter une seconde. Mais depuis, j’ai rencontré des gens. Des gens vraiment bien. Et ils m’ont appris la valeur de la vie.

Jeff Blackwell : Ces gens bien, ils ne voudraient sûrement pas que tu me tues.

Shaw : Tu as raison mais ils sont tous morts. (Elle lui tire deux fois dans la poitrine.)

 

INTÉRIEUR – Dans un restaurantJournée

Journaliste : À mesure que le virus se propageait, son pouvoir de destruction était de plus en plus visible.

Fusco : (Montrant sa tasse.) Hey, je peux en avoir un autre.

Shaw : (S’asseyant en face de lui.) Ça ne t’a pas coupé l’appétit de te faire poignarder. (Elle mange une frite.)

Fusco : Content de te voir, moi aussi. Tu aurais quand même pu donner signe de vie.

Shaw : Ben, je suis en vie.

Fusco : Je suis inquiet pour Tête à lunettes et John. Tu as des nouvelles ?

Shaw : (Faisant non de la tête.) Pas de nouvelles, pas de nouvelles. Tu as repris le boulot ?

Fusco : Ouais, si tu voyais l’état de mon bureau, à la prochaine apocalypse, je passe mon tour. Bon, et toi, tu restes dans le coin ?

Shaw : Je suis venue récupérer mon chien.

Fusco : Ton chien ? (Sameen acquiesce alors que Balou semble heureux de devoir partir avec elle.)

Shaw : (À Balou.) Tu viens. (En se levant et prenant Balou.) Je te verrai quand je te verrai.

Fusco : Sauf si je te vois avant. (Sameen quitte le restaurant en laissant Lionel.)

 

INTÉRIEUR – Dans la station de métroJournée

Après avoir vu le satellite tournant autour de la Terre, la Machine se restaure d’elle-même.

Root : Si vous entendez ceci, c’est que vous êtes seul. Tout ce qu’il reste de moi, c’est le son de ma voix. Je ne sais pas si l’un de nous a survécu. Avons-nous gagné, avons-nous perdu, je ne sais pas. Mais de toute façon, c’est terminé. Alors, laissez-moi vous dire qui nous étions. Laissez-moi vous dire qui vous êtes. (La Machine allume des ordinateurs pour se restaurer.

 

SÉQUENCE – Section 0115 heures 33 minutes 38 secondes

La Machine a réussi à dupliquer grâce à une copie en ligne et arrive à restaurer son noyau heuristique. Sa mission est inconnue et elle est en attente d’instructions.

 

INTÉRIEUR – Dans la station de métroJournée

Root : (Via l’enregistrement audio.) Un jour, quelqu’un m’a demandé si j’avais appris quelque chose de tout ça. Alors, laissez-moi vous dire ce que j’ai appris.

 

EXTÉRIEUR – Dans un cimetièreJournée

On voit une pierre tombale au nom de Lawrence R Dixon et une autre avec écrit John et deux lettres de son nom TA.

Root/La Machine : J’ai appris que tout le monde est seul face à la mort.

 

EXTÉRIEUR – Dans un parcFlorenceItalieJournée

Harold est venu rejoindre sa fiancée Grace qui est en train de peigner. Elle le regarde et est surprise de le voir en vie.

Root/La Machine : Mais si vous avez compté pour quelqu’un, si vous avez aidé ou aimé quelqu’un. S’il y a ne se reste qu’une seule personne alors peut-être que vous ne mourrez pas tout à fait.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueNew YorkJournée

Sameen marche dans la rue en compagnie de Balou et passe à côté d’un téléphone qui se met à sonner. Elle le prend et semble entendre quelqu’un au bout du fil.

Root/La Machine : Et peut-être que ce n’est pas du tout la fin.

Sameen regarde vers la caméra de vidéosurveillance puis raccroche, souriante. Elle se mêle parmi la foule et la Machine détecte tous les numéros de sécurité sociale sur la tête des gens.

Kikavu ?

Au total, 61 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Sabu14 
19.08.2018 vers 23h

Flora12 
25.07.2018 vers 10h

seriepoi 
06.04.2018 vers 12h

Faberry 
05.04.2018 vers 16h

AnthonyPyt 
30.03.2018 vers 11h

LastAmy26 
14.01.2018 vers 19h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Un coffret DVD de la saison 1 de The Hollow Crown à gagner avec L'Atelier d'Images et Hypnoweb !
Tirage au sort le 28/09 | Participation gratuite

Participe à notre concours de design en créant un calendrier de l'Avent sur le thème des séries TV !
Participez ! | Date limite : 13/10

Activité récente
Actualités
Nouveau sondage

Nouveau sondage
Le sondage précédent s'intéressait aux souhaits des fans pour les acteurs en 2018. A la question...

Anniversaire de Taraji P. Henson

Anniversaire de Taraji P. Henson
En ce 11 Septembre, c'est l'anniversaire de Taraji P. Henson ! En effet, l'actrice est née le 11...

Amy Acker annoncée au New York Comic Con 2018

Amy Acker annoncée au New York Comic Con 2018
Alors que le New York Comic Con 2018 a lieu dans un mois (du 4 au 7 octobre), Amy Acker a été...

Anniversaire de Michael Emerson

Anniversaire de Michael Emerson
Aujourd'hui, vendredi 7 septembre 2018, c'est l'anniversaire de Michael Emerson. En effet,...

The Gifted : résumé et photos de l'épisode 2X01

The Gifted : résumé et photos de l'épisode 2X01
Le mois de septembre ne marque pas seulement la rentrée des écoliers, il marque également la rentrée...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

Locksley, 20.09.2018 à 21:48

Avant d'avoir de la chance, il faut commencer par tenter sa chance Inscrivez-vous au tirage au sort !

Luna25, 20.09.2018 à 23:47

N

Luna25, Hier à 13:52

2ème manche du concours de personnages historiques en cours : Venez voter sur le quartier Legends of Tomorrow

cobrate, Hier à 17:12

Le quartier Le Monde de Joan a besoin de ses fans^^ Venez le faire bouger

CastleBeck, Aujourd'hui à 12:49

Le quartier Lethal Weapon compte sur votre participation pour sa nouvelle animation. (Pas nécessaire d'avoir vu la série.) Merci.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site