VOTE | 271 fans

Interview n°1 - Les créateurs POI

Interviews avec Jonathan Nolan (Créateur & scénariste) et Greg Plageman (Producteur exécutif).


"Les créateurs vous surveillent !"


Les nombreuses intrigues secondaires développées tout au long de la série en font tout le piment. Nous avons presque le sentiment que chacune pourrait être l'objet d'une série indépendante. Comment parvenez-vous à préserver l'équilibre entre les intrigues secondaires et l'intrigue principale ?

Greg Plageman : Je ne sais pas, j'espère que vous allez me le dire ! (rires) C'est quelque chose dont nous avions discuté en amont avec la chaine CBS dès le départ. CBS diffuse beaucoup de séries dont les épisodes fonctionnent de manière presque indépendante. C'est très difficile d'obtenir une place pour sa série sur une chaîne. Vous voulez absolument que votre série parvienne à plaire, donc vous ne voulez pas donner l'impression que vous ne savez pas où vous allez ou ce que vous souhaitez raconter.

Dans le même temps, il y a beaucoup de candidats qui espèrent se faire une place au soleil, des gens qui aiment les schoses sérialisées ou les séries mythologiques. C'est sans doute ce qu'ils attendent d'une série signée JJ Abrams et Jonathan Nolan. Nous devons sans arrêt marcher sur un fil. Il est toujours question de savoir jusqu'où nous pouvons aller ? Comment pouvons-nous développer tel personnage dans l'avenir ? Comment allons-nous développer l'univers de la série ? En outre, de nouvelles interrogations apparaissent lorsque nous commençons à répondre aux précédentes !

Ce qui fonctionne dans notre série je pense, c'est qu'il y a une partie des épisodes que vous allez résoudre immédiatement, tout en prenant soin de faire comprendre qu'il y a quelque chose de plus important derrière. Il y a donc un concept beaucoup plus vaste, des arcs narratifs appelés à s'inscrire dans la durée.

Enfin, la série intègre aussi le passé des personnages, des flashbacks, les réponses données régulièrement, les méchants, sans oublier les protagonistes qui vont aller et venir au gré de l'intrigue.

En quoi travailler sur une série est différent de ce qui se passe au cinéma ?

Jonathan Nolan : C'est très différent ! A la télévision, les gens doivent m'écouter tandis qu'au cinéma, ce n'est qu'une option. La télévision est définitivement le terrain de jeu idéal du scénariste et le cinéma celui des réalisateurs.

Je pense que les auteurs qui ne comprennent pas ça s'exposent à des grandes déconvenues. Personnellement, j'ai la meilleure situation possible ! Je travaille avec mon frère, Christopher (réalisateur de la trilogie Batman...) et je suis beaucoup plus costaud que lui, donc forcément j'ai toute son attention, contrairement à ce qui peut se passer avec d'autres réalisateurs ! (rires)

Et puis , ne nous voilons pas la face, au cinéma, même si l'écran est grand, cela reste aussi une boîte et l'image est aussi importante, voire plus parfois, que l'histoire.

Christopher écrit aussi, ce qui fait qu'il peut combiner les deux approches dans ses films. A la télévision, vous devez arriver avec 23 heures d'histoires à raconter sur une année et les auteurs restent au centre du jeu.

C'est une opportunité inouïe qui m'est offerte de prendre part à beaucoup plus de choses, des choses que je n'avais pas forcément besoin de faire au cinéma. J'ai toujours adoré venir sur les plateaux, mais il se trovue que nous tournons principalement à New-York, ce qui m'empêche d'y aller trop souvent car je participe pleinement à "la post-production", au montage, au casting, c'est vraiment très agréable.

Au final, le mieux pour un scénariste à Hollywood est de pouvoir faire les deux "Télé et cinéma", autant dire que je viens de vivre une année inoubliable.

Comment parvenez-vous à trouver l'identité de la série, car au premier abord, la série fait craindre une sorte de "Big Brother hebdomadaire" et pourtant entre vos mains, le sujet devient fascinant ?

GP : Merci du compliment ! En fait, nous nous intéressons d'abord à des personnages qui ne soient pas nécessairement bons ou mauvais, ils sont plus complexes que ça. Nous avons une sorte de justicier qui semble très convaincant pour beaucoup de monde, et aussi "un godzillionnaire" excentrique. Ces deux personnages fonctionnent hors de sentiers battus. Ce qui est intéressant avec des personnages "gris", c'est qu'ils peuvent faire le bien comme le mal. Ils peuvent aussi avoir mal agi dans l epassé, mais emprunter une voie plus honorable par la suite.

Pour moi, le cas du détective Lionel Fusco est une exemple parfait. Nous essayons vraiment d'en faire un homme meilleur, qu'il devienne un meilleur policier. Je pense que ce qui est particulièrement enthousiasmant, c'est qu'il faut garder en mémoire qu'il a fait des choses terribles. Il a participé à des meurtres et je pense que les gens ont tendance à l'oublier en regardant la série.

Si nous avons un personnage qui n'a réellement aucune ambiguïté morale, c'est le détective Carter. D'un certaine manière, elle est un peu l'âme de la série et la voix de la raison et de la morale.

Le personnage d'Eliasa tenté d'éliminer Carter et son fils, ce qu'il ne manquera pas de reproduire un jour ! Au final, nous voulons avoir des criminels qui ne soient pas forcément que des méchants et des flics qui peuvent être corrompus : tout cela participe à créer l'essence de la série.

Comment est né le concept de cette machine capable de regarder une même situation à travers plusieurs caméras différentes ?

JN : J'ai grandi en Angleterre. Dans les années 1980, les caméras ont commencé à apparaître un peu partout en réponse à tous les problèmes qui agitaient le pays... Du coup, les autorités ont installé des caméras un peu partout. En tant que gamin, vous comprenez rapidement que personne ne regarde ces caméras en permanence car pour cela il faut un opérateur humain, quelqu'un qui doit regarder 1000 caméras en même temps, or il n'y a que deux personnes employées pour faire ce travail.

Et puis, il y a eu le 11 septembre 2001 qui a subitement tout changé. Notre série ne parle pas directement de cette tragédie, mais plutôt de la manière dont elle a bouleversé la culture américaine. A la suite de ça, les caméras sont apparues un peu partout, mais je me demande continuellement qui regarde toutes ces images ? C'est ainsi que petit à petit, l'idée que quelque chose puisse regarder toutes ces caméras, quelque chose qui n'a rien d'humain, soit envisageable. Vous avez le point de départ de la série ! (rires)

Allons-nous découvrir d'autres technologies de pointe ?

GP : Je ne pense pas que nous mettions en scène des technologies totalement délirantes, en fait nous parlons simplement d'un système de surveillance.  Nous avons énormément hésité à rendre les choses très didactiques afin d'expliquer notre manière d'utiliser les caméras de surveillance. Nous pensons qu'il y a une vraie utilité à un tel système et que l'utilisation d'un tél réseau de surveillance est bénéfique. En tout cas c'est la thèse défendue par Harold Finch.

Donc oui, il y aura toujours un rapport avec la technologie, mais "la machine" classique reste au coeur du processus. Il n'est donc pas question de technologie futuriste ou extraordinaire si c'était l'objet de votre question.

Pourquoi avoir choisi Ramin Djawadi pour signer la musique de la série, musique qui occupe une place de choix ?

JN : Nous avons rencontré beaucoup de compositeurs fantastiqued. Nous avons eu beaucoup de chance. Ramin avait un peu travaillé précédemment sur "Batmans Begins". J'ai téléphoné à mon frère Christopher, afin de lui demander conseil car nous avions besoin de quelqu'un pour signer la musique de la série.

Avant de rencontrer Ramin, j'ai pris le temps de découvrir ses autres productions, à commencer par le thème de la série "Le Trône de Fer" qui est pour moi un monument. Sans doute la plus belle musique pour une série depuis des années, sans compter la notre bien sûr ! (rires) Mais pour être honnête, nous avons eu énormément de chance qu'il accepte de travailler pour "Person of Interest". C'est un compositeur extrêment talentueux qui améliore considérablement tout ce que nous faisons.

Pourquoi pensez-vous que la série plaise autant ?

JN : Je pense que nous avons un casting incroyable qui joue directement sur l'enthousiasme du public ! J'irai même jusqu'à dire que nous avons le meilleur casting à la télévision actuellement et nous sommes très heureux de partager tout ça avec les téléspectateurs. Plus sérieusement, je ne sais pas quoi répondre. C'est très agréable d'entendre des compliments sur notre travail. Reste à espèrer que le conte de fée se poursuive tant nous aurons des choses à raconter...


Source : Magazine "Séries TV" Fin 2012

Ecrit par bedou 
Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Démarrage discret pour la série Evil

Démarrage discret pour la série Evil
Après 3 semaines de diffusion, il est temps de faire un premier bilan pour la série Evil avec...

Saison 15 de Supernatural : Sarah Shahi ne reviendra pas

Saison 15 de Supernatural : Sarah Shahi ne reviendra pas
Le mois dernier, nous évoquions le possible retour de  Sarah Shahi en tant que Constance Welsh alias...

Amy Acker à la New York Comic Con 2019

Amy Acker à la New York Comic Con 2019
Du jeudi 3 au dimanche 6 octobre avait lieu la New York Comic Con 2019. Amy Acker assistait à...

Joyeux anniversaire Jim !

Joyeux anniversaire Jim !
Aujourd'hui, jeudi 26 septembre 2019, c'est l'anniversaire de Jim Caviezel. En effet, l'interprète...

Sarah Shahi - Showtime Emmy Eve Nominees Celebrations

Sarah Shahi - Showtime Emmy Eve Nominees Celebrations
Le 21 Septembre, Sarah Shahi était présente lors de la cérémonie de Showtime Emmy Eve Nominees...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

cinto, 15.10.2019 à 18:51

Vous voulez poser une question à Henry? RDV au sondage chez The Tudors et Régalez-vous à commenter. Merci à tous.

CastleBeck, 15.10.2019 à 22:21

Un nouveau concours d'écriture vous attend sur le quartier Castle. Merci

juju93, Avant-hier à 22:14

3ème catégorie des L d'or de The L Word : le personnage masculin (oui masculin vous avez bien lu) qui aurait mérité d'être + approfondi.

Locksley, Hier à 15:33

L'interview de bloom74, HypnoVIP, est publiée à l'Accueil ! Bonne lecture et bon après-midi !

sabby, Hier à 21:05

Hello bonsoir ! Un nouveau survivor vous attend sur S.W.A.T Bonne soirée à tous !!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site