VOTE | 271 fans

#102 : Besoin de personne

Personne d'intérêt : Theresa Whitaker
Flashbacks : Harold Finch

Résumé Court : La Machine fournit le numéro de sécurité sociale d'une fille morte depuis deux ans. Reese et Finch essaient donc de pister ce "fantôme" tandis que Finch se souvient des objections de son partenaire lorsqu'il a créé la Machine.

>> Captures

Popularité


4.2 - 5 votes

Titre VO
Ghosts

Titre VF
Besoin de personne

Première diffusion
29.09.2011

Première diffusion en France
06.03.2013

Vidéos

Extrait Finch et Reese - 1x02

Extrait Finch et Reese - 1x02

  

Promo

Promo

  

Promo 2

Promo 2

  

Photos promo

John (Jim Caviezel) avec une photo de la personne d'intérêt dans les mains

John (Jim Caviezel) avec une photo de la personne d'intérêt dans les mains

Lionel (Kevin Chapman) interrogeant un indic

Lionel (Kevin Chapman) interrogeant un indic

Harold (Michael Emerson) collant la photo de Theresa Whitaker, la personne d'intérêt, sur le tableau

Harold (Michael Emerson) collant la photo de Theresa Whitaker, la personne d'intérêt, sur le tableau

Harold (Michael Emerson) et John (Jim Caviezel) cherchant des informations sur la personne d'intérêt

Harold (Michael Emerson) et John (Jim Caviezel) cherchant des informations sur la personne d'intérêt

Harold (Michael Emerson) et John (Jim Caviezel) sur la tombe de Theresa Whitaker, la personne d'intérêt

Harold (Michael Emerson) et John (Jim Caviezel) sur la tombe de Theresa Whitaker, la personne d'intérêt

Harold (Michael Emerson) et John (Jim Caviezel)

Harold (Michael Emerson) et John (Jim Caviezel)

John (Jim Caviezel) recherchant des informations sur la personne d'intérêt

John (Jim Caviezel) recherchant des informations sur la personne d'intérêt

John (Jim Caviezel) essayant de retenir Theresa Whitaker (Valentina de Angelis), la personne d'intérêt

John (Jim Caviezel) essayant de retenir Theresa Whitaker (Valentina de Angelis), la personne d'intérêt

Harold (Michael Emerson) et John (Jim Caviezel) se rendant au cimetière

Harold (Michael Emerson) et John (Jim Caviezel) se rendant au cimetière

Joss (Taraji P. Henson) auprès de Theresa Whitaker (Valentina de Angelis), la personne d'intérêt

Joss (Taraji P. Henson) auprès de Theresa Whitaker (Valentina de Angelis), la personne d'intérêt

Joss (Taraji P. Henson) tient le dossier de l'affaire dans ses mains

Joss (Taraji P. Henson) tient le dossier de l'affaire dans ses mains

John (Jim Caviezel) court après la personne d'intérêt

John (Jim Caviezel) court après la personne d'intérêt

John (Jim Caviezel) vient de sauver de la mort une personne d'intérêt

John (Jim Caviezel) vient de sauver de la mort une personne d'intérêt

Lionel (Kevin Chapman) en train de téléphoner

Lionel (Kevin Chapman) en train de téléphoner

Diffusions

Logo de la chaîne TF1

France (inédit)
Mercredi 06.03.2013 à 21:35
6.48m / 26.9% (Part)

Logo de la chaîne CBS

Etats-Unis (inédit)
Jeudi 29.09.2011 à 21:00
12.42m / 2.7% (18-49)

Plus de détails

Ecrit par : Greg Plageman, Jonathan Nolan
Réalisé par :  Richard J. Lewis
Cast récurrent : Brett Cullen (Nathan Ingram), Al Sapienza (Détective Raymond Terney), Anthony Mangano (Detective Kane)
Guest-star : Valentina de Angelis (Theresa Whitaker), Ritchie Coster (IRS), Remy Auberjonois (Jimmy Calhoun),  Molly Price (Elizabeth Whitaker), Danny Mastrogiorgio (Derek Whitaker),  Randall Newsome (Alderman), Michael Medeiros (Solnick), Conor Romero (Deacon Page), John Hillner (Bill),  Fred Arsenault (Dave), Leigh Zimmerman (Sasha)

10 juin 2002

Ingram monte dans un étage abandonné d’un immeuble pour retrouver Finch, courant sur un tapis roulant. Ingram dépose un trophée pour l’informaticien et regarde une ancienne version de la Machine. Finch lui apprend qu’il possède, désormais, des subventions gouvernement ainsi que des accès aux mails, téléphones, caméra de surveillance New-Yorkais. L’informaticien tente, ainsi, d’apprendre à la Machine, dont les capacités ne dépassent pas encore la ville, à traquer les gens grâce à ces informations.

2007

Ingram, co-fondateur de la Machine, est choqué d’apprendre que Harold à ordonner un tri des crimes « non pertinents » alors que seules huit personnes connaissent son existence. Mais, après avoir précisé que les crimes « non pertinents » étaient effacés du système, Finch lui rappelle que la Machine n’avait pas été sauvé « quelqu’un » mais « tout le monde ». Alors qu’il éteint les écrans, le visage de Jessica Arndt apparait dans la liste des futurs crimes « non-pertinents ».

Septembre 2011

Reese rejoint juste à temps un homme, Bill, dans un ascenseur. Il le prévient que sa femme au courant pour son infidélité, a engagé des tueurs à gage qui sont justement dans l’ascenseur avec eux.

Avant qu’ils ne puissent réagir, Reese tire une balle dans les jambes des criminels en déclarant «  comme ça, ils ne pourront plus  jouer au golf ».

Carter se rend sur les lieux suite au témoignage de Bill qui précise qu’un « homme avec un manteau » était impliqué.

Finch rappel à Reese qu’il n’aime pas ses méthodes et que c’est lui le chef, puis il donne la prochaine mission. Il s’agit de Theresa Whitaker, 15 ans, officiellement décédée lors de l’assassinat de sa famille. La version officielle retient que le père aurait lui-même commis les meurtres, placé les corps dans un port puis se serait donné la mort. Seul le corps de Theresa était alors manquant.

Commissariat

Fusco rencontre Reese au commissariat. Celui-ci utilise le badge du détective Stills afin d’obtenir le dossier de Theresa.

Puis, les deux hors-la-loi reconnaissent, grâce à une vidéo du soir du meurtre, les méthodes d’un professionnel. Finch se rend donc chez la tante de la jeune fille sous les traits d’un agent d’assurance. Il a, ainsi, la confirmation que le cercueil de Theresa était vide au moment de l’enterrement et Elizabeth confie qu’elle ne s’est jamais remise de la tragédie, qui lui a, par ailleurs, couté son mariage.

Dans un parc de Washington

Alors qu’il tente de faire avouer la localisation de l’adolescente à un de ses amis peu coopératif, Reese voit Theresa qui fuit.

Au travail d’Harold

Finch se rend à son bureau, salué par tous les employés sous le nom « Harold ». Aucun ne soupçonne que l’informaticien, talentueux mais jamais promu malgré ses 17 ans d’ancienneté, n’est autre que le propriétaire de l’entreprise. Reese le retrouve à son bureau, ce qui contrarie fortement Finch, et lui confie son expérience au parc. Après plus amples recherches, ils remarquent que Derek, l’oncle, possède de nombreuses dettes. Ils en concluent qu’il serait le commanditaire en quête de l’héritage important laissé par son frère.

Dans un lavomatique

Reese retrouve enfin Theresa mais un tueur à gage leur tombe dessus. Suite au combat, qui se solde par un coup de feu atteignant le tueur, Theresa accepte de suivre Reese. Il laisse donc l’enfant dans un hôtel avec Finch tandis qu’il part à la recherche de Derek.

Au port

L’oncle lui révèle, ainsi qu’il avait passé un marché avec un certain Landale mais que incapable de rembourser, le criminel avait ordonné la mort de la famille Whitaker afin que Derek puisse s’affranchir de sa dette. De plus, il voulait la mort de Theresa car elle était l’héritière directe.

Chez Derek

Derek est, plus tard, assassiné après avoir refusé de livrer la localisation de sa nièce à Landale.

Les tueurs retrouvent, cependant, Theresa grâce à un appel avorté qu’elle avait émis à sa tante. Malgré tous les efforts de Reese, un tueur rejoint l’hôtel. Reese prévient son ami de fuir mais le criminel au même étage que eux. Acculés, Finch et Theresa, qui a refusé de laisser Finch seul, sont sauvés au dernier moment par Reese qui tue le malfrat.

Au parc

Reese contact Carter pour fixer, enfin un rendez-vous. Mais lorsqu’elle arrive, avec le SWAT, elle ne retrouve que Theresa, seule, qui déclare avoir reçu l’assurance qu’elle pouvait croire la policière.

Finch et Reese assistent à la scène puis se séparent.

Au travail d’Harold

En se rendant au bureau de Finch, Reese découvre la démission sans raison de « harold ». En même temps, Finch le contact du bureau du grand chef et lui rappelle qu’il est une personne très privée, que c’est lui qui le contact et qui décide.

A l’entrée du bâtiment, on découvre une statuette de Ingram sous laquelle est inscrit : « Le Créateur 1962-2010 »…

 

Source: Wikipédia + traduction DoctorDean

GENERIQUE

 

Harold (en voix-off) : On vous surveille. Le gouvernement possède un dispositif secret, une Machine. Elle vous espionne, jour et nuit, sans relâche. Je le sais parce que c'est moi qui l'ait créée. Je l'avais conçue pour prévenir des actes de terrorismes, mais la Machine voit tout, tous les crimes impliquant des citoyens ordinaires, tels que vous. Des crimes dont le gouvernement se désintéresse. Alors, j'ai décidé d'agir à sa place, mais il me fallait un associé, quelqu'un capable d'intervenir sur le terrain. Traqués par les autorités, nous travaillons dans l'ombre. Jamais vous ne nous trouverez. Mais victimes ou criminels, si votre numéro apparaît, nous, nous vous trouverons.

 

SEQUENCES - SKLN - SW - 3 - 22 heures 16 minutes 04 secondes - 22 heures 16 minutes 08 secondes ;ATM - AR403 - 48/BROADWAY - 22 heures 16 minutes 41 secondes

 

Une image d'une caméra de vidéosurveillance montre l'accueil au 30ème étage avec un réceptionniste ainsi qu'un homme avec un bouquet de fleurs, appelant l'ascenseur et semble impatient. Il est 22 heures 17 minutes.

 

Bill (en reconnaissance vocale) : (au téléphone) Oui, c'est moi. Oui, excuse-moi. J'étais coincé au bureau. On pourrait peut-être aller manger un morceau. (Il prend l'ascenseur de droite qui est en train de s'ouvrir, avec deux hommes en costume à l'intérieur.) Même endroit que d'habitude, d'accord ?

 

INTERIEUR - Dans un ascenseur - Soirée

 

Bill : (au téléphone) Je suis là dans une demi-heure. (Il raccroche son portable, tape le numéro de l'étage lorsque John arrive.)

Reese : Attendez ! (Il se retourne.) Il était moins une.

 

Les portes de l'ascenseur se referment.

 

Reese : C'est pour votre femme ?

Bill : Euh, oui.

Reese : Je crois que ses fleurs préférées étaient les roses.

Bill : Je vous demande pardon. Je vous connais ?

Reese : Non, mais moi, je vous connais Bill. (hors cadre.) Petit conseil d'ordre matrimonial : on ne quitte pas sa femme comme ça, il faut réfléchir avant. (les deux hommes derrière John et Bill se regardent, se doutant de quelque chose.)

Bill : Vous travaillez ici ? Parce que, si c'est le cas, vous êtes viré. (John parais sûr de lui.)

Reese : Non, je travaille plutôt en libéral. Vous ne m'avez pas l'air d'un type foncièrement méchant. (Bill le regarde, étonné.) Vous et votre femme, vous passez une mauvaise passe. (Il jette un oeil derrière vers l'un des deux hommes.) Ça arrive, certaines femmes se contenteraient de partir (Bill le dévisage), mais d'autres seraient capables d'engager deux tueurs, (hors cadre ; l'un des deux hommes regarde vers John) qui débarqueraient sur votre lieu de travail, casseraient les caméras de surveillance, (Bill, surpris, tourne la tête derrière lui et retour sur John.) pour faire croire à un vol qui a mal tourné.

 

Tout le monde se regarde, John, souriant se retourne et voit les deux hommes sortir leurs armes et une bagarre commence. De l'extérieur, quatre coups de feu se font entendre ainsi que l'ascenseur dont les portes, s'ouvrant, ont trois impacts de balle. Les deux hommes se trouvent au sol et gémissent ; Bill voit partir John, ne comprenant rien à ce qui se passe.

 

Reese : (l'arme à la main) Je serais vous, j'appelerais la police et un avocat spécialisé dans le divorce.

 

SEQUENCES : NW - Parking - Cage d'escalier - 22 heures 32 minutes 47 secondes ; mosa¨ique d'images ;Angle Nord-Est de la 51ème et de la 9ème - Caméra 02 - 22 heures 39 minutes 42 secondes - 22 heures 39 minutes 44

 

A l'angle Sud-Est de la 47ème et 7ème, vue de la caméra n°6, un homme au milieu de la foule est aperçu en gros plan avec un carré blanc autour de lui, il est 22 heures 43. Une autre vue (caméra n°1) de l'homme à l'angle de la 45ème et de la 7ème, se rend vers une cabine téléphonique (VE783P1) qui se met à sonner. Il décroche, il est 22 heures 45.

 

Commanditaire (en voix-off, au téléphone) : J'ai un boulot pour toi. Top priorité. (Plan large et retour à la cabine) Trois fois le tarif habituel.

Homme : C'est quoi le nom ?

 

SEQUENCES : CNTPKW #38 - Images accélérées de la nuit au levée du soleil ; Angle Sud-Ouest de Liberty et Nassau - Caméra n°2 - 8 heures 23 minutes 11 secondes ; Angle Nord-Ouest de Broadway et "Cortlandt" - Caméra n°5 - 8 heures 24 minutes 23 secondes

 

EXTERIEUR - Dans une rue - Journée

 

John se trouve dans la rue, avec des lunettes de soleil, un portable à la main et appelle Harold, de dos, prenant le sien dans la poche de sa veste. Il répond alors qu'un homme appelle un taxi.

 

Finch : Oui.

Reese : (au téléphone.) Bonjour Finch. (John se trouve sur le trottoir, près d'un lampadaire, faisant face à Harold qui ne le voit pas.) Tout s'est bien passé, hier soir. (Au téléphone.) Les deux tueurs s'apprétaient à abattre notre homme, comme vous l'aviez prévu. J'ai fait ce qu'il fallait.

Finch : Bon. Vous devriez souffler un peu.

Reese : Non. J'ai quelques recherches à effectuer.

Finch : (au téléphone.) Vous me direz où elles vous ont mené. Il faudra que je vous vois, plus tard.

Reese : Votre Machine a sorti un nouveau numéro ? Un futur assassin ou bien une malheureuse victime.(John, voyant Harold prendre l'angle du trottoir, commence à marcher dans sa direction.)

Finch : (au téléphone.) Il s'agit d'un cas un peu particulier.

 

John, toujours le téléphone à l'oreille, se trouve au même endroit qu'Harold mais il n'y a plus personne. Il regarde autour de lui, ne sachant pas par où il est passé.

 

Finch : (au téléphone.) Je vous dirais par où commencer. Oh ! Et pendant que j'y suis, c'est moi qui décide quand nous devons nous rencontrer. Pas vous. (John raccroche.)

 

INTERIEUR - Parking - Journée

 

Le lieutenant Carter arrive sur les lieux où les deux hommes ont été blessés par John. L'inspecteur de police Terney est déjà sur place.

 

Terney : (un dossier à la main.) Qu'est-ce que tu fais là, Carter ? Ce n'est pas pour la criminelle, il n'y a pas de macchabée pour toi. Rien que deux gus qui ne pourront plus jamais jouer au golf.

Carter : Oui, je sais. Mais c'est lié à une de mes enquêtes en cours. Qu'est-ce que tu sais du tireur ?

Terney : Un type plein aux as s'apprêtait à entrer chez lui quand deux hommes ont tenté de le buter, et c'est à ce moment-là que cet autre monsieur est (il lève la main pour faire le signe des guillemets) je cite "intervenu".

Carter : (Elle n'est pas vraiment surprise de ce qu'il lui dit.) Laisse-moi deviner : un type en costume. (Elle regarde à l'intérieur de l'ascenseur, les mains sur les hanches, soupirant.)

 

EXTERIEUR - Dans un cimetière - Journée

 

Harold et John sont en train de marcher dans les allées d'un cimetière.

 

Finch : Alors, qu'ont donné vos recherches ?

Reese : Elles ne m'ont mené nulle part.

Finch : Le numéro qui est sorti est d'une dénommée Theresa Withaker, une jeune fille de quinze ans. Une gamine sans histoires, à part quelques bêtises d'ado.

Reese : Ah oui ? Si la Machine a sorti son numéro, il faut croire que tout ne va pas si bien. Où est-ce que je peux la trouver ? (Harold se retourne vers John.)

Finch : Comme je vous l'ai dit au téléphone, il s'agit d'un cas un peu particulier, parce que Theresa Withaker est censée se trouver ici.

 

John enlève ses lunettes de soleil. Lui et Harold se trouvent devant une pierre tombale où il est inscrit le nom "Whitaker" ainsi que tous que les prénoms des membres de la famille.

 

Finch : Elle a été assassinée en même temps que toute sa famille. (Regardant John.) Il y a de ça deux ans.

 

Un plan élargi du cimetière et de la ville de New York est montré.

 

Reese (en voix-off) : Alors, on court après un fantôme ?

 

 

FLASH-BACK

 

L'entrepôt où se trouvent les serveurs est visible, un zoom est fait sur une lumière rouge clignotante et des voix se font entendre. Une mosaïque d'images apparaît avec une bannière contenant les années de 2011 à 2001. Les années 2009 et 2002 sont mises en évidence.

 

SEQUENCES - IFT - Cour - Zone 2 - #02 - 05 heures 34 minutes 21 secondes - 05 heures 34 minutes 25 secondes ; IFT - 36ème étage - #08 - 05 heures 37 minutes 35 secondes - 05 heures 37 minutes 43 secondes - 10 juin 2002

 

Nous sommes en 2002. Nathan Ingram arrive par la cour dans sa société de l'IFT (Ingram Fondation Technologie), prend l'ascenseur, arrive au 36ème étage et traverse un couloir afin de retrouver Harold Finch. Celui-ci est en train de faire de l'exercice en courant sur un tapis roulant. Il voit Nathan et s'arrête.

 

Ingram : Ah ah !  J'étais sûr tu serais encore là. Je ne suis pas venu les mains vides. Whisky et une nouvelle récompense pour nous deux. (Il montre un trophée dans sa main droite et la gigote.)

 

Harold quitte le tapis roulant et s'essuie le visage avec une serviette.

 

Ingram : Je sais quel est notre accord : je bichonne le conseil d'administration, j'encaisse la moitié du fric, je ramasse les récompenses et toi, tu fais le plus gros du boulot.

 

Nathan et Harold, qui reprend ses lunettes, s'approchent d'un bureau où sont posés un clavier et un ordinateur. Harold tape sur une touche, une image, contenant des carrés noirs, sur l'écran devant eux apparaît.

 

Ingram : Mais franchement, je commence à trouver ça épuisant. (Il lève une petite bouteille et verse le contenu dans un verre.)

Finch : (Il se sèche les mains et le cou.) Cette répartition des tâches me convient parfaitement. Surtout, ne change rien. (Nathan se met à rigoler.) C'est pourquoi, cette fois ?

Ingram : (Prenant le verre et le trophée.) Celui-là, c'est "Pour service rendu à l'humanité". Je ne leur ai pas dit qu'on avait viré la moitié des salariés pour que le cauchemar d'Orwell devienne enfin réalité.

Finch : Je croyais que tu voulais changer les choses, que tu te sentais redevable.

 

Nathan Ingram regarde, en buvant son Whisky, des câbles qui sont positionnés et proches d'un écran d'ordinateur.

 

Ingram : C'est le flux de données gouvernementales ?

Finch : (reniflant.) En lien direct avec le siège de la NSA. Là-dedans, tu as chaque e-mail, chaque coup de téléphone, chaque... image de toutes les caméras.

Ingram : Du pays entier ?

Finch : Non, là, tu n'as que New York. J'attaque par le B. A. BA. Je lui apprends à pister les personnes (Un écran avec une image des quartiers de New York ainsi que des informations qui défilent, apparaît.)grâce aux données de localisation GSM, à la reconnaissance faciale. Bientôt, je vais pouvoir m'attaquer au problème suivant.

Ingram : Et c'est quoi ce problème ?

Finch : Le tri des données. Les terroristes ne se promènent pas avec une pancarte dans le dos. Il faut apprendre à la Machine à fouiller les e-mails, à mettre... les portables sur écoute ou pointer les opérations bancaires. Savoir repérer ceux qui ont quelque chose à dissimuler. (Hors cadre.) Les gens qui mènent une double vie. (Sur l'écran est montré un plan de New York avec des points noirs, en mouvement.)

Ingram : Des gens comme toi, tu veux dire. (Il se met à rire et Harold lui jette un regard.) Ça prendra combien de temps ?

Finch : Quatre ans, peut-être cinq.

 

Harold s'approche d'un ordinateur, bouge la chaise roulante, scrute toutes les informations sur l'écran et tapant sur le clavier. Nathan s'approche de l'image où se trouve la carte des rues de New York.

 

Ingram : (Pointant vers l'écran.) Alors ça, c'est...

Finch : C'est tout le monde.

 

Un gros plan sur un carré noir avec un triangle rouge clignotant apparaît, suivi d'une mosaïque d'images et de la bannière des années, passant de 2005 à 2011.

 

SEQUENCE : Quai 12 - Caméra n°5 - 09 heures 02 minutes 05 secondes - 22 septembre 2011

 

EXTERIEUR - Près d'un port de plaisance - Matin

 

Harold observe, pensif, les bateaux à quai. Il tient un dossier à la main et il est rejoint par John.

 

Reese : Très joli coin.

Finch : (Donnant le dossier à John.) C'est ici que Theresa Whitaker a été vue en vie pour la dernière fois. Il y a deux ans son père, Grant, a emmené toute la famille passer le week-end en mer. Ils ne sont jamais revenus.

Reese : (Regardant les informations sur la famille Whitaker.) Le père, il était promotteur immobilier.

Finch : Le marché s'est effondré, il s'est retrouvé endetter sur quatorze propriétés. Selon la police, il a abattu sa femme et ses enfants avant de retourner l'arme contre lui.

Reese : Il y est écrit qu'on a retrouvé les corps.

Finch : Uniquement ceux des parents et du fils de 18 ans. En revanche, jamais on a retrouvé le corps de Theresa.

Reese : (Regardant vers Harold.) Ouais, présumée morte. Ça semble plutôt plausible, non.

Finch : Comme toujours, la police n'a vu que ce qu'elle avait envie de voir. La Machine, elle, voit pratiquement tout. Si son numéro est apparu, cette gamine est forcément en vie.

Reese : Alors, pourquoi est-ce qu'on ne l'a jamais revue ? Pourquoi est-ce qu'elle n'ait pas allé voir la police ou la famille ?

Harold : (Tournant sa tête ainsi que son cou bloqué vers John.) Je n'en sais rien. Mais si elle est bien vivante, comme la Machine l'affirme, ce ne sera pas pour longtemps. (Reprenant sa position initiale.) Il faut la retrouver et vite.

Reese : Le rapport de police nous sera utile. Je vais rendre visite à mon petit camarade. (John s'en va en laissant Harold.)

 

INTERIEUR - Couloir du poste de police - Journée

 

Lionel sort par la porte d'une pièce, regarde autour de lui en remettant sa cravate. John l'empoigne par l'épaule, l'emmène dans les toilettes et le pousse contre le mur.

 

Reese : Salut Lionel.

Fusco : (Agacé.) Encore toi ! Ça devient lourd. Comment tu as fait pour entrer ?

Reese : (Montrant l'insigne de Stills, cachée dans la poche intérieure de sa veste.) Souvenir de ton ami Stills, celui que j'ai descendu avec ton arme et que tu as enterré à Oyster Bay. (Lionel souffle de dépit.) Il faut que tu me sortes un dossier.

Fusco : Ouais, et toi, tu vas faire disparaître le mien. J'ai les types de l'Inspection qui me lâche pas, un pas de travers, je me retrouve en taule, avec tous les cinglés que j'ai pus coffrer. (Se tapant le doigt contre la chemise.) Ils me prennent pour un pourri.

Reese : Je me contrefiche de tes ennuis, Lionel. Si on te prend pour un pourri, c'est parce que tu en es un. Theresa Withaker. Meurtre doublé d'un suicide, il y a deux ans, à Bowery Bay. Trouve-moi le dossier.

 

John quitte les toilettes et Lionel soupire.

 

SEQUENCES : 2ème étage - Une rue - Caméra n°3 - 11 heures 16 minutes 11 secondes - 11 heures 16 minutes 13 secondes ; Angle Nord-Ouest, de la 35ème et de la 2ème - Caméra n°6 - 11 heures 16 minutes 25 secondes - 11 heures 16 minutes 27 secondes

 

INTERIEUR - À la bibliothèque - Journée

 

Un écran est montré avec un extrait vidéo d'une archive datant de 2009 concernant la mort des Whitaker. Derek et Elisabeth Whitaker, le frère et la belle-soeur, sont interviewés par une journaliste du site "News on 10".

 

Derek Whitaker : (sous le choc.) Je n'aurais jamais cru qu'on en arriverait là.

Elisabeth Whitaker : (en pleurs.) On savait qu'ils avaient des, des problèmes financiers. Mais jamais, jamais je n'aurais pu croire qu'il... qu'il les tuerait.

 

Assis au poste de travail d'Harold, John regarde la vidéo, sa main sur son front.

 

Reese : Il ne les a pas tués. (Retour à la vidéo.)

Derek Whitaker : Si seulement il... il était venu me parler. J'aurais voulu pouvoir l'aider.

Reese : (tapant sur une touche du clavier pour arrêter la vidéo.) C'est l'oeuvre d'un professionnel.

 

Harold, se trouvant à côté de lui, fait le tour de la chaise pour scotcher l'article relatant le massacre, sur le panneau vitré.

 

Reese : Les brûlures de canon ont été faites après coups, pour imiter les tirs à bout portant, comme si c'était le père. Et les flics sont passés à côté.

Finch : Et vous, comment le savez-vous ?

Reese : C'est comme ça que j'aurais procédé.

 

Harold lève un sourcil et scotche aussi une photo de Theresa Whitaker.

 

Finch : Alors, pourquoi le tireur n'a pas aussi abattu Theresa ?

Reese : (Il remet les feuilles en place en claquant la tranche du dossier sur la table.) Ça, je ne me l'explique pas, ni pourquoi depuis elle n'a pas donné signe de vie. (Il repose le dossier sur un coin de table.)

Finch : J'ai trouvé l'adresse d'un oncle et d'une tante, qui habitent à Brooklyn Heights. Si Whitaker avait des ennuis, ils nous diront peut-être lesquels.

Reese : (se lève et prend le dossier.) J'ai la piste d'un jeune qui connaissait Theresa. Peut-être que lui, il sait où elle est. (Il fait le tour de la chaise, s'approche d'Harold et lui tend le dossier.) Tenez, c'est le dossier de Theresa chez les mineurs. (Harold ouvre le dossier, les fiches de Theresa et du jeune garçon sont montrées.) Elle a été arrêtée pour vandalisme avec un garçon un peu plus vieux, Deacon Page. Il a été interpellé à de nombreuses reprises depuis, pour vols et port d'armes prohibées.

Finch : A défaut d'aller voir sa famille, elle est peut-être allée voir des amis.

Reese : Le problème, c'est qu'on ne sait pas combien de temps il lui reste à vivre. Je vais avoir besoin de votre aide, Finch. (Harold le regarde.)

 

SEQUENCES : Port de plaisance - Caméra du pont d - 15 heures 34 minutes 34 secondes ; Caméra du métro - Tillary/Gold - 15 heures 47 minutes 59 secondes.

 

Harold arrive devant la porte de la maison de Darek et Elisabeth Whitaker et sonne. Elisabeth arrive pour voir qui c'est.

 

Finch : Bonjour, madame. Je suis Arthur Bellinger, du groupe d'assurance Liberty State. Êtes-vous Elisabeth Withaker ?

Elisabeth : Oui.

Finch : Une assurance-vie a été souscrite auprès de notre compagnie par Mr Grant Whitaker. (Elisabeth ouvre la porte séparatrice.) Vous êtes bien ses plus proches parents, vous et votre mari Derek ?

Elisabeth : Ex-mari. Nous avons divorcé il y a un an. Je vous en prie.

Finch : Merci.

 

INTERIEUR - Maison des Whitaker - Journée

 

Harold et Elisabeth sont autour d'une table. Il a le dossier et tient un stylo afin d'annoter des informations qu'elle lui donne.

 

Finch : Le traitement du dossier peut prendre un certain temps, dans ce genre de situation, impliquant une longue enquête judiciaire.

Elisabeth : Uh, je suis même étonnée qu'à l'époque, mon beau-frère ait pu continuer à verser de l'argent. Je dois comprendre qu'on a renoncé à rechercher Theresa ? Enfin, son corps je veux dire.

Finch : (s'arrêtant de noter.) La police a estimé que le dossier était clos. Vous n'êtes pas de leur avis ?

Elisabeth : Ce n'est pas ça, seulement... Nous avons enterré un cercueil vide. Ils... Ils ont dit que... son corps a dû être emporté par le courant. Alors, au fond de moi, j'espérais que, peut-être un jour, le... le courant la ramènerait. (Submergée par l'émotion, elle souffle.) Je vous demande pardon mais tout ça(elle se lève) remue des souvenirs extrêmement pénibles.

Finch : Non, non, je vous en prie.

Elisabeth : (prenant le cadre posé dans une vitrine.) Derek ne s'en est jamais remis. (Revenant s'asseoir à la table.) Parfois les gens sortent de votre vie, comme ça.

Finch : Vous ne savez pas comment je pourrais entrer en contact avec lui ?

Elisabeth : Nous nous sommes à peine adresser la parole depuis notre séparation. J'ai un vieux numéro de portable (Harold regarde vers le dossier et écrit.) Euh... Vous aurez de la chance si vous arrivez à le joindre. Euh... Et n'oubliez pas de préciser qu'il y a de l'argent à la clé.

Finch : Je dois vous poser la question : avez-vous des enfants ?

Elisabeth : Non, pas d'enfants. (regardant la photo.) Et je n'ai plus ni neveu, ni nièce. (Montrant la photo, où figure la famille, à Harold.) Theresa, c'était du vif-argent, je l'aimais comme ma propre fille. (Harold sourit.) Malheureusement, on ne choisit pas sa famille. (Harold a un regard pensif.)

 

INTERIEUR - Bureau de Carter - Journée

 

Carter : (regardant les dossiers des affaires impliquant John, dépitée.) Hallucinant ! J'ai huit dossiers dans lesquels figurent les empreintes de ce type, et la moitié de ces dossiers a été censurée.

Kane : (se déplaçant de son bureau à celui de Carter.) En voilant un autre. Personnes disparues en 2007, encore ton clodo bagarreur.

Carter : Devenu entre temps, un tueur en costard. (Elle ouvre un dossier vide, simplement une feuille avec mention "Dossier expurgé."

Kane : C'est peut-être un ancien diplomate qui a pété les plombs.

Carter : (dégoûtée.) Ils ont carrément tout viré.

 

Kane : C'est ça, les fédéraux. Laisse tomber Carter, tu ne peux pas lutter. (Il tape deux fois sur la table et s'en va, sous le regard de Carter.)

 

EXTERIEUR - Dans la rue - Journée

 

John est en train de marcher, ayant le portable à l'oreille, dans la main droite, communiquant avec Harold. Il a également une photo du jeune dans l'autre main.

 

Finch (en voix-off.) : Sa tante est toujours en vie. L'oncle a disparu de la circulation.

Reese : Disparu ? Vous avez aucun moyen de le joindre ?

 

INTERIEUR - Dans la bibliothèque - Journée

 

Harold est à son poste de travail, debout, avec un casque téléphonique sans fil sur les oreilles.

 

Finch : Son téléphone ne répond pas et il est parti sans laisser...

 

EXTERIEUR - Dans un parc - Journée

 

Finch (en voix-off) : d'adresse. Où êtes-vous ?

Reese : (continuant de marcher.) : J'ai dû faire tous les skate-parks de la ville, je n'ai rien vu. A part des p'tits ca¨ids sur roulettes.

Finch (en voix-off.) : Aucun signe de Theresa ?

 

John regarde la photo représentant Deacon Page et lève la tête et voit un jeune homme lui ressemblant accompagné d'une fille assis sur un mur de pierre, proche d'une fontaine.

 

Reese : Non. Mais je viens de trouver notre jeune délinquant.

 

John coupe la communication, range la photo dans la poche et s'approche du jeune homme. Une vue de la caméra du parc montrant la scène avec John et Deacon (respectivement avec un carré jaune et un carré blanc) apparaît^it. Il est 16 heures 58 minutes.

Deacon roule en skate lorsque John fait tomber volontairement son portable.

 

Deacon : Hey ! Qu'est-ce que... tu me fais quoi, là ?

Reese : (ramassant le téléphone et montrant l'insigne.) Les skates sont interdits, c'est 200 dollars d'amende. C'était quand la dernière que tu as vu cette fille, Deacon ? (Il montre la photo de Theresa.)

Deacon : C'est quoi, ça ?  De l'humour noir ? Mauvaise nouvelle, chef. Son père a envoyé gicler toute la famille. Elle est morte.

Reese : Ou peut-être pas. Peut-être même que tu l'as vue, chef !

 

SEQUENCE : WASHINGTON - SQ - PK - Caméra n°5 - 17 heures 01 minutes 43 secondes - 17 heures 01 minutes 46 secondes

 

Deacon (en reconnaissance vocale.) : Elle est morte, je te dis. Rendez-moi mon téléphone.

 

EXTERIEUR - Dans un parc - Journée

 

Avant de rendre le téléphone à Deacon, il en profite pour effectuer un appairage forcé, réussi, avec le sien. Deacon s'en va sous le regard de John. Il rejoint un autre jeune qui lui rend son skate.

 

Jeune : Un problème ? (Il s'en va en s'indignant.) C'est qui lui ? James Bond ?

 

John reçoit, sur son portable, un message de Deacon envoyé à Theresa : "Coincé par les flics. Tire-toi." Il regarde autour de lui pour localiser le portable de Theresa, et ainsi la retrouver. Il l'aperçoit, se trouvant proche d'un distributeur, avec une capuche sur la tête. Il commence à marcher vers elle, récupérant ses affaires. La caméra du distributeur la voit et un carré blanc se trouve autour de Theresa, s'enfuyant. Il est 17 heures 03 minutes.

 

EXTERIEUR - Dans le parc - Journée

 

Theresa utilise son skate-board afin d'aller plus vite mais elle est prise en chasse par John. La course de Theresa est vue par la caméra numéro 2 à l'angle Nord-Est de l'Université et Haverly à 17 heures 04 minutes. Elle manque de peu de bousculer un passant qui s'insurge. Elle continue de rouler sur son skate, avec John sur ses talons, obligeant les gens à s'écarter.

 

Reese : Theresa !

 

Ayant entendu l'appel de John, elle sort un cutter. John l'attrape par le bras.

 

Reese : Attend !

 

Theresa se retourne et blesse John au poignet. Elle en profite pour prendre son skate et s'enfuit en courant. Il se plaint mais se remet à courir derrière elle, mais il est stoppé dans son élan par une camionnette.

 

Chauffeur : Eh ! Regarde où tu vas !

 

Dépité, il regarde et secoue sa main blessée où il saigne entre le pouce et l'index.

 

EXTERIEUR - Dans une rue - Matinée

 

Harold marche, en boitant, au coeur de la foule et regarde sur sa droite. Il a une mallette dans la main droite. Il monte les marches, avec difficulté, vers l'entrée d'une entreprise où des personnes s'y trouvent déjà.

 

INTERIEUR - Dans les locaux de l'IFT - Matinée

 

Harold traverse un couloir, regarde sa montre, arrive vers les bureaux et rencontre une employée, qui lui sourit.

 

Sasha : Bonjour, Harold.

Finch : Bonjour.

 

Harold sourit et va vers son poste de travail lorsqu'il rencontre son "supérieur".

 

Dave : Salut, Harold. Il faut que je te dise, le codage sur lequel tu travailles, il nous le faut... un peu plus tôt que ce qui avait été dit. Il va falloir mettre le turbo.

Harold : (répond à voix basse.) Je vais voir ce que je peux faire, Dave.

 

Dave s'en va et Harold arrive à son poste de travail lorsqu'il se trouve nez-à-nez avec John qui est assis.

 

Reese : Je ne m'attendais pas tout à fait à ça.

 

Harold, étonné, se retourne.

 

Reese : Meilleur ingénieur logiciel du mois, je suis impressionné. Mais, ça ne suffit pas à expliquer les gardes du corps, les fonds illimités.

Finch : Non, non, c'est certain. (Il s'asseoit.)

Reese : J'ai fait quelques recherches aux Ressources Humaines : ça fait apparemment 17 ans que vous travaillez ici et rien que deux promotions, en 17 ans. (S'approchant d'Harold.) Alors, dites-moi, combien de personnes savent que la société entière vous appartient ?

Finch : Aucune. La meilleure manière de se cacher, comme vous devez le savoir Mr Reese, c'est de se montrer au grand jour.

Reese : Alors, si je me mettais à parler trop fort, à dire des choses gênantes ? (en souriant.)

Finch : Il pourrait y avoir un remaniement complet du service, certains seraient réaffectés, d'autres promus, (regardant vers Dave.) d'autres seraient virés.

Reese : (hors cadre.) Alors, je vais faire vite. (Continuant de sourire.) La bonne nouvelle, c'est que la gamine est en vie et, euh, (montrant sa main blessée et bandée) en pleine forme. Elle a l'air plutôt d'un naturel méfiant. Elle a filé et je l'ai perdue. (Prend un boîtier à la main et le donne à Harold.) Mais j'ai découvert comme elle a réussi à survivre depuis tout ce temps. Elle l'a laissé sur un distributeur de billets.

Finch : (Regardant le boîtier.) C'est un skimmer. Il récupère le code ainsi que le numéro des cartes. (Il ouvre la mallette et le met à l'intérieur.) Si elle tente de les revendre sur le net, je devrais parvenir à la localiser.

Reese : D'ici là, il va falloir également qu'on trouve qui a tué sa famille et pourquoi.

Finch : Son oncle se cache, poursuivi par une dizaine de créanciers mais je le trouverai. Je vais aussi regarder, de manière plus attentive, les finances de Grant Whitaker.

Reese : Très bien. Et puisque c'est un meurtre sur contrat, moi, je vais chercher le tueur.

Finch : (regardant vers John.) Comment ?

Reese : Je vais demander où je peux en trouver un.

 

John se lève et s'en va lorsque Sasha, l'émployée qui a salué Harold, vient le voir. Il commence à travailler comme si de rien était.

 

Sasha : (souriante.) Dites-moi, Harold, c'était qui votre ami ?

 

Ils regardent vers le couloir d'où est parti John.

 

EXTERIEUR - Dans une rue - Journée

 

Une voiture tourne à gauche, près d'un bar, lorsque John et Lionel sont dans la voiture de ce dernier.

 

INTERIEUR - Voiture de Lionel - Journée

 

Fusco : Le barman est un fournisseur. Il touche sa com' sur quasiment tous les contrats. Si cette famille a été exécutée, je pense qu'il connaît le tueur. (John commence à ouvrir la portière lorsque Lionel le stoppe.) Hey, il n'est pas vraiment du genre à causer aux visiteurs.

 

Reese : Lionel, tu te fais du souci pour moi ? Ça me touche vraiment.

 

EXTERIEUR - Dans une rue - Journée

 

Il quitte la voiture et une vue de la caméra n°3, au Nord-Est, entre la 46ème et la 21ème, montrant John, avec un carré jaune autour de lui, marchant vers le bar. Retour à la voiture, Lionel a l'air dubitatif sur ce qu'entreprend John. Celui-ci ouvre la porte d'entrée, Lionel patiente mais une autre porte s'ouvre, avec deux hommes jetant John sur les sacs poubelles, qui se plaint. L'un des deux hommes prend son arme et le vise.

 

Homme : Tu ne ramènes plus jamais ta gueule, ici, c'est clair ?

 

Lionel regarde la scène, sans bouger, se demandant ce qu'il se passe lorsque les deux hommes rentrent dans le bar.

 

Homme : Tire-toi !

 

John se relève, secoue son costume, regarde vers Lionel, ébahi. Il retourne dans le bar et une bagarre éclate. Des bruits de vitres brisées se font entendre, les hommes se défendent comme ils peuvent, des coups de feu retentissent et pour finir, un des hommes est jeté vers le store. Lionel voit sortir John du bar et ils sont tous par terre, gémissants. Il semble ne pas être étonné de la tournure des événements. Pendant ce temps, John revient vers la voiture.

 

INTERIEUR - Voiture de Lionel - Journée

 

Reese : J'ai un nom. (Faisant un signe.) On décolle.

 

INTERIEUR - Parloir d'une prison - Journée

 

Un bruit de buzzer du verrouillage de la grille se fait entendre et un détenu, avec à ses côtés un gardien, sort du parloir. John informe Harold de ce qu'il a trouvé.

 

Reese : (au téléphone.) L'indic de Fusco m'a orienté vers un tueur qui s'appelle Solnick. Sauf que Solnick est déjà derrière les barreaux suite à un autre boulot.

 

INTERIEUR - Bureau d'Harold - IFT - Journée

 

Harold est au téléphone et écoute John.

 

Reese (en voix-off.) Alors, j'ai obtenu une visite.

 

INTERIEUR - Parloir - Journée

 

Une caméra montre Solnick, menotté et a un carré blanc autour de son visage. Il est accompagné par deux gardiens. Il est 14 heures 04 minutes.

 

Solnick (en reconnaissance vocale.) : C'est bon, c'est bon. Lâchez-moi.

 

L'un des deux gardiens amène Solnick, enlève ses menottes et le fait asseoir. Devant lui, se trouve un visiteur inattendu.

 

Solnick : (frottant son poignet, prenant le téléphone et John en fait autant.) Vous êtes qui, vous ? Mon avocat m'a encore lâché ?

Reese : Non. (au téléphone.) Je voudrais que vous et moi, on parle de cette famille que vous avez exécutée (de dos.) et que vous avez jetée dans Bowery Bay. (Solnick se retourne, se demandant ce qui se passe.) Quoi ? Vous ne voulez pas parler de ce contrat-là ? (au téléphone.) Vous préférez qu'on parle d'une autre de vos victimes. (De dos.) Parce qu'il y a ce chef de gang qui est enfermé dans le même couloir que vous. (Au téléphone.) Il serait ravi de savoir quels ont été les derniers mots de son petit frère. (De dos.) Vous ne croyez pas ?

Solnick : (au téléphone.) Ah, ah ! OK, je vois. (de dos.) Toi, tu es comme moi, (au téléphone.) tu es un collègue, un vrai méchant, sans morale, ni rien... Alors, je n'ai pas besoin t'expliquer ce qui est arrivé à ces braves gens, sur le bateau. Tu connais ça par coeur.

Reese : (hors cadre.) Il y a une chose que je ne sais pas. (Au téléphone.) C'est pourquoi vous avez épargné la petite.

Solnick : (au téléphone.) Jamais je ne l'aurais tuée. Ils avaient peut-être payé, je n'en avais rien à foutre.(De dos.) J'ai dit à la môme que si on apprenait (au téléphone) qu'elle était vivante, je finirai le travail. Jamais je ne tuerai une gosse (de dos.) L'autre jour, il y a une tête de noeud, ici, (au téléphone) qui m'a dit qu'il avait entendu la même chose, comme quoi je l'aurais tuée, je lui ai répondu pareil.

Reese : Qui vous a engagé ?

Solnick : (au téléphone.) Un type qui n'avait pas de nom. Je ne l'ai vu qu'une fois. Payé en cash. (relevant le combiné.) Et toi, qui t'as engagé ? (John retirant le téléphone.)

 

INTERIEUR - Bureau de Finch - IFT - Journée

 

Harold est assis à son bureau de travail et il est au téléphone avec John.

 

Reese (en voix-off.) : Les tueurs d'enfants ne sont pas vraiment appréciés des taulards. Pour Solnick, c'est une question d'honneur.

Finch : Peut-être que ceux qui l'ont engagé ont découvert que Theresa était vivante. Maintenant, ils font appel à quelqu'un d'autre pour terminer le travail.

 

Une vue d'une caméra de vidéosurveillance, qui se brouille, montre un couloir avec John marchant vers la sortie, un carré jaune autour de lui ainsi qu'un gardien et se croisent. Il est 14 heures 16 minutes.

 

Finch : (hors-cadre.) Pourquoi avoir si peur d'une adolescente ?

Reese : (au téléphone.) Aucune idée. Mais on a intérêt à le découvrir, vite.

 

INTERIEUR - Bureau de Finch - IFT - Journée

 

Finch : J'ai peut-être trouvé quelque chose. (Harold tape sur le clavier et des images, un plan ainsi qu'un bilan financier avec l'en-tête d'une société d'investissement Landale, apparaissent sur l'écran d'ordinateur.) Whitaker a toujours été l'unique investisseur sur tous ses projets immobiliers, sauf pour une opération : un partenariat sur plusieurs terrains avec une société d'investissement immobilière qui s'appelle Landale.

Reese : (au téléphone.) Landale ? (Harold se retourne pour voir s'il n'est pas observé.) Envoyez-moi l'adresse. J'y vais tout de suite.

 

SEQUENCES : Promenade - Caméra n° 68 - 14 heures 37 minutes 45 secondes (avec autour d'autres images de caméra de vidéosurveillance) ; Promenade - Caméra n°32 - 14 heures 41 minutes 23 secondes ; Washington Square Park - A 12 - 14 heures 45 minutes 17 secondes - 14 heures 46 minutes 35 secondes

 

EXTERIEUR - Dans un parc - Journée

 

L'homme qui a eu l'ordre de tuer quelqu'un, va à la rencontre de Deacon Page, l'ami de Theresa, assis sur un muret. Celui-ci ne veut pas lui parler mais il est retenu par l'inconnu. Un carré blanc, en gros plan, entoure l'homme et l'adolescent.

 

Homme : (voix déformée et inaudible.) ...Theresa, où elle est ? (Il relâche Deacon, qui s'enfuit laissant son skate mais l'homme le suit.)

 

EXTERIEUR - Sur un toit - Journée

 

John, avec une oreillette, se trouve en face des locaux de la société d'investissement Landale et deux personnes sont en train de discuter. Harold lui donne les informations.

 

Finch (en voix-off.) : Landale Investissement, deuxième étage. Une trentaine de millions d'avoirs fonciers. A sa tête, il y a un dénommé Calhoun.

Reese : (regardant deux autres hommes, il réagit à ce que lui dit Harold.) Ah, bien, je trouve qu'il a beaucoup de gardes du corps pour un promoteur immobilier. (Il regarde vers une autre pièce où se trouve une femme, un des gardes du corps et Derek Withaker qui arrive.) Attendez un peu. Regardez qui voilà ? (Withaker se dirige vers le bureau de Calhoun.) Je crois que je viens de retrouver l'oncle Derek.

 

INTERIEUR - Dans la bibliothèque - Journée

 

Harold est debout et en communication avec John. Il regarde, sur son ordinateur, les images d'archives de l'interview de Derek et d'Elisabeth.

 

Reese (en voix-off.) : Qu'est-ce qu'il vient faire chez eux ?

 

Retour sur le toit avec une vue des locaux avec Calhoun discutant avec Derek Whitaker.

 

Finch (en voix-off.) : Attendez ! On verra ça plus tard. (Retour à la bibliothèque.) Theresa est en train d'essayer de vendre ses numéros de carte bancaire. (Il tape sur le clavier et à l'écran est montré le processus de localisation de Theresa.) Je localise l'adresse IP sur laquelle elle s'est connectée. (Un plan apparaît.) C'est au bout de la 89ème et West End. Perdez pas de temps !

 

EXTERIEUR - À l'angle de la 89ème et West End - Journée

 

Reese : C'est un réseau sans fil ?

Finch (en voix-off.) : Oui. Elle est sûrement dans un immeuble voisin.

 

John regarde autour de lui et voit Theresa qui se trouve dans une laverie, assise et utilisant un ordinateur portable. Il enlève son oreillette, marche et y entre.

 

Reese : Salut, on peut dire que tu ne m'as pas loupé. (Theresa voyant John, prend peur et s'enfuit avec l'ordinateur vers les machines à laver, où des personnes s'y trouvent déjà.) Non ! Je ne suis pas venu pour avoir ma revanche. (John essaye de s'approcher d'elle mais, prise de panique, sort son cutter.) Je sais ce qui vous ait arrivé, à toi et à ta famille. (Theresa bouscule un panier de linge et se retourne vers John.) Je veux t'aider, c'est tout.

Theresa : (menaçant avec le cutter.) Ne vous approchez pas de moi !

Reese : L'homme qui a tué ta famille est en prison. Plus personne ne te fera de mal. Je ne le permettrais pas.

 

L'homme arrive derrière John et pointe son arme vers lui.

 

Homme : Ce n'est pas bien de mentir aux enfants.

 

John se retourne et une bagarre s'engage. John bloque la main de l'homme entre le hublot et l'intérieur d'une machine, ce qui a pour conséquence de perdre son arme. Une caméra de vidéosurveillance filme la scène, John et l'homme ont respectivement un carré jaune et un carré blanc autour de leurs têtes. Il est 17 h 42 minutes. Ils continuent leur confrontation, sous le regard effrayé de Theresa. Une caméra de sécurité scrute la scène et l'homme réussit à projeter John contre la vitre, qui se brise. Il se trouve sur le trottoir. L'homme repart vers la machine à laver, récupère son arme pendant que Theresa s'enfuit. Il se retourne et pointe l'arme vers elle lorsqu'il se fait tirer dessus à trois reprises par John alors qu'il est assis. L'homme s'effondre, Theresa choquée par ce qu'elle vient de voir, s'enfuit. John se relève difficilement et court afin d'essayer de la rattraper.L'homme se relève et ouvre sa chemise pour regarder les impacts sur son gilet pare-balles.

 

EXTERIEUR - Dans une ruelle - Journée

 

 

John réussit à rattraper Theresa et la prend par le bras.

 

Reese : (essoufflé et le visage en sang.) Theresa. Est-ce que tu me crois maintenant ?

Theresa : Je ne sais rien de vous.

Reese : Tu vas devoir faire confiance à quelqu'un.

 

Theresa regarde John et est sur le point de pleurer.

 

SEQUENCE - 7ème étage - Hall E - 21 heures 52 minutes 36 secondes

 

INTERIEUR - Chambre d' hôtel - Soirée

 

John ouvre la porte d'une chambre et fait entrer Theresa.

 

Reese : Ne t'en fais pas, tu ne crains rien, ici. (Rangeant, dans sa veste, le badge de la chambre et referme la porte.)

 

Theresa regarde autour d'elle et John lui fait montrer un plateau où est posé un plat.

 

Reese : (hors cadre.) Je t'ai commandé à manger. (En rigolant.) Un hamburger à 50 dollars. (S'approchant de Theresa.) Theresa, (hors cadre) est-ce que tu connais l'homme qui était à la laverie. (Retour sur John.)Est-ce que tu l'as déjà vu. (Theresa fait signe que non ; hors cadre.) Tu as une idée de qui aurait voulu éliminer ta famille ?

Theresa : (pensive.) Non.

Reese : Ca aurait un lien avec ton oncle Derek ? (Hors cadre.) C'est pour ça que tu n'es pas allée le voir ?

Theresa : Je n'ai pas confiance en lui.

Reese : Pourquoi ?

Theresa : Parce que, juste avant que (pause) juste avant qu'on l'abatte, mon père a dit que, que c'était à cause de Derek.

 

Theresa marche lorsque John entend un bruit. Méfiant, il sort son arme et s'approche de la porte, l'ouvre, voit Harold et range son arme. Il entre dans la chambre et voit Theresa.

 

Finch : Bonsoir.

Reese : (hors cadre.) Theresa, je te présente Harold. (Retour sur John et Harold.) Il va te tenir compagnie.

Finch : Jolie chambre.

Reese : J'ai pris la liberté de réserver tout l'étage, sur votre carte.

Finch : Voyons le bon côté des choses, cela me fait des miles. 

Reese : Theresa ne peut pas... (Voyant Theresa prenant quelque chose dans l'assiette, s'approche d'elle)rester seule ici. Attends, il vaut que j'enlève le couteau (il le prend, se retourne et se ravise) et la fourchette. (Il l'enlève.) Je veux que tu restes ici, avec Harold. Il veillera sur toi.

Theresa : Où vous allez ?

Reese : (souriant.) Rendre une petite visite à quelqu'un.

 

Theresa regarde John, celui-ci rejoint Harold.

 

Finch : J'ai piraté le téléphone de l'oncle, le signal GPS est actif, mais il ne répond pas.

Reese : C'est sûr que Landale est dans le coup. Ce qui m'échappe encore, c'est pourquoi il persiste à vouloir la tuer. (Il donne les couverts à Harold, qui les prend lorsque John quitte la chambre.)

Finch : Ne traînez pas trop.

 

EXTERIEUR - Dans une rue - Nuit

 

Derek Whitaker sort d'un bar, prend ses clés, lorsque son portable sonne. Il s'arr^ete, le regarde et voit le nom de « Grant Whitaker » sur l'écran.

 

Derek : (surpris.) Qui est-ce que... (Il fait tomber ses clés et les ramasse. Il se relève et voit John.)

Reese : Et bien alors, Derek ? (Il éteint son téléphone.) On a pas envie de parler à son frère défunt ? (Il prend Whitaker par l'épaule.) Grimpez là-dedans. Je prends le volant. (Il ouvre la porte d'une voiture et le fait monter à l'intérieur.)

 

SEQUENCE - 20ème étage - Lawrence/Willoughby SW - 22 heures 06 minutes 16 secondes

 

EXTERIEUR - Près de la maison d’Elisabeth Whitaker - Nuit

 

Elisabeth : (hors cadre.) Derek, c'est moi. (Au téléphone.) Il faut qu'on discute. Je t'ai déjà laissé plusieurs messages à propos de cette assurance-vie et du type qui est passé. Il avait quelques questions à poser, il voudrait te voir aussi. Une histoire de contrat que Grant t'aurait souscrit et qui serait dans la succession.

 

L'homme pirate le système téléphonique pour écouter les communications entrantes et sortantes d'Elisabeth Whitaker. Il vérifie que la connexion se fasse sur son téléphone portable.

 

Elisabeth (en reconnaissance vocale.) : Je lui ai donné ton numéro. Enfin, bon, tu veux bien me rappeler. Avant l'année prochaine.

 

Une mosaïque d'images apparaît ainsi qu'une caméra montrant Roosevelt Island (en accélérée) entre 23 heures 32 minutes et 06 heures 49 minutes.

 

John amène Grant, tombant au sol, près d'un port de plaisance mais rempli sur une partie polluée.

 

Reese : Ҫa vous rappelle quelque chose ? C'est là-bas qu'on a balancé les corps de votre frère et de sa famille.

Derek : Pourquoi vous m'avez amené ici ?

Reese : Pour parler affaires. Et de Landale Investissement où vous étiez hier.

Derek : Mais vous êtes qui, non de Dieu ?

Reese : C'était pour le deal que votre frère avait avec eux ? Greenpoint ? Une partie d'un quartier de Brooklyn dévasté par une fuite de pétrole ? Et aujourd'hui vous tentez de les revendre à Landale, c'est ça ?

Derek : Je voulais seulement aider Grant.

Reese : Ah, ça on peut dire que vous l'avez aidé. Vous l'avez envoyé tout droit dans la tombe, sans testament. Du coup, les terrains passés dans la succession, pour atterrir entre vos mains, Derek. Je voudrais savoir, (se baissant pour être à la hauteur de Grant.) vous avez vous-même engagé le tueur ? Ou vous avez laissé Landale s'en chargé ?

Derek : Je ne voulais pas qui leur arrive quoi que ce soit. Grant était sûr que Greenpoint était l'opération du siècle. Il n'avait pas de quoi acheter tous les terrains, alors je lui ai dit que je connaissais des gens qui...

Reese : Calhoun. Landale.

Derek : Mais tout... tout avait l'air légal.

Reese : C'est une vitrine pour du blanchiment d'argent. (Se relevant.) Et vous avez entraîné votre frère là-dedans.

Derek : Grant disait que dès le gouvernement aurait fait dépolluer le site, ça rapporterait dix fois la mise initiale. (Hors cadre ; John réfléchit.) Seulement, avec le gouvernement, ça a traîné, et Landale, eux, ont voulu récupérer leurs billes.

Reese : (regardant Derek.) Alors, ils ont décidé de l'éliminer, lui et le reste de sa famille. Ils les ont tués pour récupérer leur argent.

Derek : Le juge m'a désigné comme administrateur de la succession. Sans ça, il y a longtemps que moi aussi, je serais mort. (Hors cadre.) Je suis censé leur céder les parts de Grant la semaine prochaine. (Se relevant.) Et le pire dans tout ça, c'est que Grant avait raison. Le gouvernement a fini par dépolluer le coin. Aujourd'hui, (hors cadre.) les terrains valent 40 à 50 fois le prix qu'ils ont payé.

Reese : (semblant comprendre ce que lui dit Derek.) Alors, c'est pour ça qu'ils la poursuivent encore. Tout revient à Theresa, c'est elle la propriétaire.

Derek : Qu'est-ce que vous racontez ? Elle est morte, Theresa.

Reese : Elle est toujours en vie, (hors cadre) et pas grâce à vous. (Donnant la photo de Theresa à Derek.)Si vous aviez tout raconté, si vous aviez innocenté votre frère, elle n'aurait peut-être pas passé deux ans à se cacher. Par peur de vous. (John s'en va, laissant Derek en train de regarder la photo.)

 

INTERIEUR - Chambre d'hôtel - Journée

 

Finch : Tu sais que j'ai vu ta tante Elisabeth. (Hors cadre avec une vue sur Theresa.) Elle a l'air d'une femme adorable.

Theresa : Vous lui avez dit pour moi ?

Finch : Non, bien sûr que non. (Il se retourne et s'approche d'elle en boitant.) Mais elle, elle m'a dit à quel point tu lui manquais. (S'arrêtant.) Elle m'a même montré une vieille photo de toi. Il n'y a rien qui puisse effacer ce qui est arrivé à ta famille. Mais il te reste tout de même une personne qui t'aime.

Theresa : (regardant Harold.) Vous ne savez rien de ma vie.

Finch : Je sais ce que c'est que de perdre un proche. De n'avoir qu'une envie, c'est de disparaître. Mais crois-moi, s'il y a une chose qu'on ne souhaite pas, c'est d'abandonner les siens.

 

Une vue d'une caméra en face au 7ème étage et l'allée B montre Harold à la fenêtre avec un carré jaune en gros plan.

 

FLASH-BACK

 

Une mosaïque avec la liste des années apparaît avec le retour de l'année 2009 (en surbrillance) à l'année 2007 (qui s’arrête.)

 

INTERIEUR - Locaux de l'IFT - Journée

 

Nous sommes en 2007 et Harold traverse un couloir pour retrouver la Machine et Nathan Ingram, assis, devant des écrans d'ordinateur. Sur ceux-ci figurent des personnes de la liste "non-pertinente." Harold s'approche de lui.

 

Ingram : (embêté.) Quand est-ce que tu comptais me le dire ?

Finch : (gêné.) Jamais, je pense. Jamais.

Ingram : Hmm...

Finch : Moi-même, je préférais l'ignorer.

Ingram : Cette foutue Machine savait tout. (Tapant sur le clavier.) Elle savait ce qui attendait tous ces gens. Et toi aussi. (Énervé.) Toi aussi, tu savais que quelqu'un allait les tuer. (Se retournant vers Harold.)Et tu as laissé faire ?

Finch : (s'approche et se met à côté de la table.) Tu savais ce qu'on créait ici. Cette Machine a été conçue pour repérer les conspirateurs, tous ceux qui complotent, l'objectif était d'arrêter les terroristes avant qu'ils ne passent à l'acte. Mais une machine ne sait pas distinguer les crimes qui ont un intérêt en terme de sécurité nationale et tous ceux qui sont sans intérêts.

Ingram : (se relevant et réagissant aux propos d'Harold.) Sans intérêts ? Alors, toi, tu lui as appris à faire la différence ? Tu crois que tu peux qui décider qui doit vivre et...

Finch : (s'emportant.) Je... Je ne demanderais qu'à sauver tous ces gens, si je le pouvais. Il n'y a que huit personnes au monde qui savent que cette Machine existe. Si quelqu'un d'autre l'apprenait, cela provoquerait un tel scandale, qu'on la débrancherait aussi vite. Une demi-douzaine d'actes terroristes majeurs a déjà pu être déjouer à l'aide de tous les renseignements fournis par notre Machine.

Ingram : (dépité.) Comment peut-on vivre avec ça sur la conscience ? En sachant que toutes ces personnes risquent de mourir.

Finch : (regardant Nathan.) Nous ne le saurons plus. Je l'ai reprogrammée. (Il se lève et éteint les écrans.)Chaque soir, à minuit, elle effacera l'autre liste. (Ingram jette un regard vers Harold.) On ne l'a pas conçue pour sauver une seule personne à la fois, (le dernier écran apparaît l'image de Jessica.) mais pour sauver tout le monde en même temps.

 

2011

 

SEQUENCE : Entrée W - Caméra - 12 heures 15 minutes 45 secondes

 

INTERIEUR - Appartement de Derek Whitaker

 

Derek Whitaker rentre chez lui avec une enveloppe à la main. L'homme qui a tenté de tuer Theresa est là pour l'accueillir, assis dans le canapé avec une arme à la main droite.

 

Homme : Elle est où, la môme ?

 

Whitaker le regarde, apathique, sachant bien qu'il va avoir de gros ennuis.

 

EXTERIEUR - Sur un toit - Journée

 

John est sur le toit en train de surveiller le bureau de Calhoun où il reçoit la visite de ses gardes du corps.

 

Reese : La petite est assise sur une fortune. (Au téléphone avec Harold.) La valeur des terrains achetés par le père a été multipliée par 50.

 

INTERIEUR - Chambre d'hôtel - Journée

 

Finch : Alors, Landale a voulu les avoir.

 

EXTERIEUR : Sur un toit - Journée

 

Reese : Ils ont tué les Whitaker en espérant tout rafler une fois la succession approuvée.

Finch : (au téléphone.) Et ils ont découvert que la fille était toujours en vie.

 

INTERIEUR - Chambre d'hôtel - Journée

 

Finch : On sait qui a ordonné les meurtres.

 

Theresa prend ses affaires et commence à s'enfuir.

 

Reese : (au téléphone.) Calhoun.

 

EXTERIEUR - Sur un toit - Journée

 

Reese : L'homme avec qui Whitaker s'était associé. Je ne le quitte pas des yeux. (Voyant Calhoun qui raccroche.) Et justement, il s'en va.

 

INTERIEUR - Chambre d'hôtel - Journée

 

Finch : (Il se rend compte de la disparition de Theresa.) Theresa aussi. Je vous laisse.

 

EXTERIEUR - Escaliers de secours - Journée

 

John quitte le toit par les escaliers de secours afin de rattraper Calhoun.

 

INTERIEUR - Couloir de l'h^otel - Journée

 

Marchant difficilement, Harold appelle Theresa s'en allant vers la sortie.

 

Finch : Theresa, attend. Tu sais que je ne vais pas arriver à te suivre. (Hors cadre.) Je peux savoir où tu vas ?

Theresa : Je préfère me débrouiller seule.

Finch : Pourquoi ?

Theresa : Toute seule, je ne crains rien.

Finch : Non, ça j'en doute. Crois-moi. (Boitant, il s'approche d'elle.) Tôt ou tard, tu devras faire confiance à quelqu'un. (Theresa le regarde, perplexe.)

 

INTERIEUR - Appartement de Derek Whitaker - Journée

 

L'homme est assis en face de Derek Whitaker, qui a sûrement été torturé pour savoir où se trouve Theresa.

 

Derek : (Gémissant.) Vous ne pouvez pas me tuer. Ils ont besoin de moi. (Il se met à pleurer.)

Homme : (Il prend un silencieux, souffle à l'intérieur et le place sur l'arme.) Ton problème, c'est que tu as vraiment surestimé ton rôle dans l'opération. Deux-trois avocats de plus et ils se passeront de toi. Alors,(il cogne l'arme contre le genou de Derek.) pour la dernière fois, elle est où la môme ?

Derek : (reniflant.) Je t'emmerde, connard. (Il continue à renifler et l'arme est pointée sur sa tête.)

 

Une vue d'une caméra et un bruit de coup de feu se fait entendre.

 

SEQUENCES : 35F - W (FDR) - 13 heures 32 minutes 22 secondes ; Grand / Union - Sud-Est - O - 13 heures 44 minutes 03 secondes ; Parc Sud - Caméra n°2 - 13 heures 54 minutes 14 secondes

 

EXTERIEUR - Près d'un chantier - Journée

 

John surveille, caché et avec des jumelles, deux hommes : Calhoun et un conseiller concernant un prochain investissement.

 

Calhoun : Merci encore une fois pour votre patience et votre soutien, Mr le Conseiller.

Conseiller : Vous êtes sûr d'avoir le feu vert ?

 

John retire ses jumelles et continue d'écouter la conversation.

 

Calhoun : (Hors cadre.) Tout passe en zone résidentielle. On pourrait bien la creusée dans un mois. (Il rigole.)

Conseiller : Mr Calhoun, on peut dire que (hors cadre) vous avez magnifiquement retourné la situation. Avant vous personne ne croyait à ses terrains. (John remet les jumelles pour continuer à les observer car ils se mettent à marcher.) Ca va changer toute la donne.

Calhoun : Non merci. (Hors cadre.) Les habitants de Brooklyn le méritaient bien. (John retire ses jumelles.)

Conseiller : (Il s'arrête et sert la main de Calhoun.) J'ai hâte de voir ça. (Il s'en va.)

 

INTERIEUR - Appartement de Grant Whitaker - Journée

 

Jocelyn Carter arrive à l'appartement de Grant Whitaker à cause de ce qui s'est passé. Des officiers discutent près d'un escalier.

 

Officier : Salut Carter.

Carter : Salut.

 

Des membres de la police scientifique inspectent l'appartement où se trouve encore Derek Whitaker, mort.

 

Kane : Salut.

Carter : Alors ?

Kane : Coup de fil des voisins. Ils ont cru entendre des éclats de voix.

Carter : Des éclats de voix ?

Kane : Ouais.

Carter : Hmm... Qu'est-ce que tu en dis ? (Carter et Kane s'accroupissent devant le cadavre de Whitaker.)

Kane : J'en dis qu'il ne vaut mieux pas compter sur ses voisins. (Un officier de la scientifique lui donne un sachet de pièces à conviction.) Ah ouais. Il avait ça fourré dans la bouche. (Il le donne à Carter, il s'agit d'une photo de Theresa, petite.)

Carter : Il faut vite trouver qui est cette gamine.

 

INTERIEUR - Chambre d'hôtel - Journée

 

Theresa passe un coup de fil avec le téléphone de l'hôtel et compose le numéro de sa tante.

 

INTERIEUR - Maison d'Elisabeth Whitaker

 

Elisabeth se sert un café lorsque le téléphone se met à sonner.

 

EXTERIEUR - Dans une rue - Journée

 

Grâce au piratage du téléphone des Whitaker, l'homme reçoit l'appel sur son portable et écoute la conversation.

 

INTERIEUR - Maison d'Elisabeth Whitaker

 

Elisabeth : (au téléphone.) Allô ? (Elle insiste.) Allô ?

 

INTERIEUR - Chambre d'hôtel - Journée

 

Theresa entend la voix de sa tante mais n'ose pas lui répondre.

 

Elisabeth : (hors cadre.) Qui est à l'appareil ? Allô ?

 

Theresa submergée par l'émotion, préfère raccrocher.

 

INTERIEUR - Maison d'Elisabeth Whitaker - Journée

 

N'entendant personne, elle raccroche à son tour et pose le téléphone sur son socle.

 

EXTERIEUR - Dans une rue - Journée

 

L'homme regarde son téléphone qui effectue le traçage de la source de l'appel. C'est le numéro (212) 555-0199 qui apparaît. Une image de Theresa regardant, pensive, le téléphone apparaît pendant que l'homme appelle à ce numéro.

 

Hôtesse : (au téléphone.) Hôtel Fenwick New York, bonjour, je vous écoute.

 

L'homme raccroche en souriant.

 

EXTERIEUR - Près d'un chantier - Journée

 

Une voiture roule vers la sortie lorsque Calhoun reçoit un message de l'homme confirmant qu'il sait où se trouve Theresa ("Colis perdu et retrouvé... ») Il est content d'apprendre la nouvelle lorsque la voiture se fait percutée par un camion de chantier. Celle-ci se fait se retrouve sur le côté. La personne qui sort du camion n'est autre que John. Il s'approche de Calhoun, essayant de sortir et est en souffrance.

 

Reese : Désolé. Vous devriez vraiment être plus prudent. 

Calhoun : Quoi ?

Reese : (Il retire ses lunettes et s'accroupit pour être plus près de Calhoun.) Rappelez tout de suite votre homme. Theresa Whitaker. Annulez tout.

Calhoun : C'est... c'est trop tard. Il y ait déjà. Ah !

 

John se lève et appelle tout de suite Harold pour le prévenir.

 

INTERIEUR - Chambre d'h^otel - Soirée

 

Reese : (au téléphone.) Finch, il arrive. Ne restez pas là !

 

Harold raccroche, paniqué. Il répond à Theresa.

 

Finch : Il faut qu'on s'en aille. Vite.

 

SEQUENCE : Ascenseur - Bay - 1F - 19 heures 32 minutes 55 secondes

 

INTERIEUR - Ascenseur de l'hôtel - Soirée

 

L'homme s'apprête à prendre l'ascenseur pour rejoindre l'étage où se trouve Theresa et Harold.

 

INTERIEUR - Couloir de l'hôtel - Soirée

 

Theresa court, suivi d'Harold, tant bien que mal, afin de trouver un moyen de sortir. Pendant ce temps, l'homme coupe la connexion de la caméra de l'ascenseur. Ils arrivent justement pour le prendre, mais l'homme est en train de monter, ce qui inquiète Theresa, avec un petit temps de retard, Harold. Ils retournent donc dans la chambre afin de lui échapper et rentrent essoufflés. L'homme arrive dans le couloir, prend l'extincteur et casse la poignée d'une chambre, coupe la caméra du couloir. Harold le voit s'avancer grâce au judas de la chambre.

 

Finch : Il est là. Il remonte le couloir.

 

L'homme aperçoit un boîtier sur sa droite.

 

Finch : Il a repéré le disjoncteur, il va couper le courant dans le couloir. (Hors cadre.) Il va voir la lumière de la chambre. Eteins les lampes, vite. (Theresa s'exécute pendant que lui éteint la lumière de la chambre.)

 

Pendant ce temps, l'homme ouvre le boîtier et éteint, comme prévu, le couloir. Harold se retourne et, voyant la porte attenante à la chambre ouverte, court comme il peut afin de la fermer. L'homme parcourt le couloir, l'arme à la main pour trouver Theresa et voit sous une porte, de la lumière. Il s'approche et casse la poignée de porte et entre en visant, pendant que Theresa et Harold, qui est encore essoufflé, se sont réfugiés derrière un canapé.

 

Theresa : (sanglotant.) Je vous l'avais dit, j'aurais dû m'en aller.

Finch : C'est vrai, je te demande pardon.

 

L'homme entend un bruit, jette l'extincteur sur le lit et ouvre la porte, toujours en visant, mais il y a une autre porte. Harold se relève et regarde vers la porte pendant que l'homme, qui écoute, met le silencieux sur l'arme, alors que Finch essaie de trouver un moyen de faire diversion.

 

Finch : Ton téléphone, vite. (Elle le lui donne.)

 

L'homme est prêt à entrer dans la chambre lorsque les voix de Theresa et d'Harold se font entendre. Il entre dans la pièce et voit le téléphone décroché.

 

Theresa : (au téléphone, hors cadre.) … Il va arriver, il est là. Il est derrière la porte.

 

Ne voyant personne, l’homme baisse son arme.

 

INTERIEUR - Couloir de l'hôtel - Soirée

 

Theresa court, suivi d'Harold qui a du mal à courir, afin de trouver une issue pour s'enfuir. Elle appelle l'ascenseur.

 

Finch : (essoufflé.) Non, non, non, pas assez rapide. (Ils franchissent une double-porte.) Par ici.

 

Ils sont dans les vestiaires et Theresa bloque, avec un bâton, la double porte et met un chariot devant, se trouvant devant elle. Harold, affolé, essaie d'appeler l'ascenseur.

 

Finch : Theresa, dépêche-toi ! (Il veut ouvrir une porte, mais elle est fermée.)

 

L'homme arrive à la double-porte et Theresa le voit, recule, apeurée.

 

Theresa : Il est là. (Harold s'avance.)

 

L'homme veut débloquer la porte mais elle résiste.

 

Finch : (ouvrant une fenêtre.) Les escaliers de secours. Descend par là. Dépêche-toi ! Allez, allez.(L'homme réussit à ouvrir la porte.)

Theresa : (commençant à partir.) Et vous, vous venez ?

Finch : Non, jamais je n'y arriverai. Continue sans moi. (L'homme s'approche dangereusement d'eux.)

Theresa : Non, moi, je reste avec vous. (Elle sort son cutter.)

 

L'homme rejoint Harold et Theresa, ne sachant pas quoi faire, les met en joue mais se fait tirer dessus sur le côté à trois reprises et s'effondre. Le tireur n'est autre que John. Ils sont apeurés mais soulagés.

 

INTERIEUR - Bureau de Carter - Journée

 

Complètement dans ses dossiers, Carter entend le téléphone sonner et regardant une feuille, prend le combiné.

 

Carter : Carter, j'écoute.

Reese : (au téléphone.) Vous vous posez beaucoup de questions sur mon compte. Il est temps qu'on ait un petit tête-à-tête.

Carter : Qui est à l'appareil ?

Reese : Vous le savez très bien. Vous voulez me voir, oui ou non ?

Carter : (Prenant un bloc de papier et un crayon.) Où et quand ?

 

SEQUENCES : Patrouille 489A - Caméra frontale - 06 heures 44 minutes 33 secondes ; Central Park -Caméra n°20 - 06 heures 49 minutes

 

EXTERIEUR - Dans un parc - Matinée

 

Carter surveille le parc pour voir si John n'arrive pas. Des tireurs ainsi que des policiers en civil quadrillent le secteur.

 

Tireur : (A la radio.) Equipe A et B en place, prêt à tirer.

Carter : (Continuant d'observer.) Attendez mon signal. Soyez sur vos gardes. On a à faire à un type extrêmement dangereux.

Tireur : (A la radio.) Reçu.

 

Carter marche près de la fontaine mais rien de suspect, juste sur un banc, non loin de là, une fille avec une veste sur les épaules. Elle va à sa rencontre et retire la main de l'arme se trouvant à la ceinture.

 

Carter : Excuse-moi. Tu attends quelqu'un ?

Theresa : Vous êtes le lieutenant Carter ?

Carter : Oui.

Theresa : Il a dit que je pouvais vous faire confiance.

 

Carter relève la tête et se rend compte qu'elle s'est fait avoir. Elle emmène Theresa au poste de police. En fait, John et Harold se trouve sur le trottoir d'en face, le premier n'a plus sa veste et les deux hommes se séparent.

 

EXTERIEUR - Locaux de Landale - Soirée

 

Lionel est avec trois officiers de police entourant Calhoun qui s'est fait arrêté. Une caméra film la scène et Lionel a droit à un carré blanc autour de lui. Il est 18 heures 50 minutes.

 

Policier : Attention à la tête. (Calhoun monte, menotté, dans la voiture de police.)

 

INTERIEUR - Dans le commissariat - Soirée

 

Carter et Theresa sont près d'une table et Jocelyn veut des réponses concernant son protecteur.

 

Carter : Alors, tu en es vraiment certaine, tu serais totalement incapable de décrire cet homme. Le personnel de l'hôtel croît se souvenir de deux types qui auraient fait des allées et venues. Mais on ne les voit nulle part sur les vidéos de surveillance. Est-ce que quelqu'un d'autre t'es venu en aide ?

Theresa : On a essayé de me tuer, c'est hyper traumatisant. Je ne me rappelle plus grand chose.

 

Theresa voit arriver sa tante, Elisabeth Withaker, qui demande à une policière où elle est. Theresa se lève la voit et cette dernière l'aperçoit.

 

Elisabeth : Theresa ?

 

Elisabeth se met à pleurer, tout comme Theresa, et la prend dans ses bras, sous les yeux de Carter, contente de ces retrouvailles.

 

INTERIEUR - Bureau de l'IFT - Journée

 

John marche vers le bureau d'Harold, mais celui-ci est vide. Il regarde autour de lui, perplexe.

 

Sasha : Vous cherchez Harold ?

Reese : Est-ce qu'il aurait encore pris sa journée ?

Sasha : De toute évidence, non. J'espérais que vous, vous en sauriez plus. Maggie dit qu'on l'a muté mais selon Dave, il aurait été viré. Il n'a même pas dit au revoir.

 

Pendant que Sasha s'en va, le téléphone de John sonne et décroche.

 

Reese : Et moi qui me disais que nous allions enfin un peu mieux nous connaître.

Finch : (avec un carton sous le bras.) Je vous l'ai dit, je suis quelqu'un de très secret.

Reese : Harold, tôt ou tard, il faudra faire confiance à quelqu'un.

Finch : (au téléphone.) La confiance ? (Retour au rez-de-chaussée.) C'est une chose que je n'accorde pas facilement. J'ai mes raisons.

Reese : Est-ce qu'un jour, vous me les direz ?

Finch : (mettant le carton dans une poubelle.) Ne m'appelez plus, Mr Reese, (au téléphone) c'est moi qui vous appellerez.

 

Il éteint son téléphone, quitte l'IFT par le portique tournant, sort un parapluie et s'en va pendant qu'une image d'un buste de Nathan Ingram apparaît avec cette inscription "À la mémoire du fondateur - 1962-2010."

Kikavu ?

Au total, 84 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Casey5102 
02.10.2019 vers 18h

nicaux76 
20.07.2019 vers 17h

Fuffy 
30.04.2019 vers 17h

LizMyLove 
02.01.2019 vers 16h

Malice825 
12.09.2018 vers 18h

Sabu14 
19.08.2018 vers 23h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Amy Acker interviewée par Télé Star

Amy Acker interviewée par Télé Star
Alors qu'Angel fête ses 20 ans, Amy Acker a récemment accordé une interview exclusive au magazine...

Démarrage discret pour la série Evil

Démarrage discret pour la série Evil
Après 3 semaines de diffusion, il est temps de faire un premier bilan pour la série Evil avec...

Saison 15 de Supernatural : Sarah Shahi ne reviendra pas

Saison 15 de Supernatural : Sarah Shahi ne reviendra pas
Le mois dernier, nous évoquions le possible retour de  Sarah Shahi en tant que Constance Welsh alias...

Amy Acker à la New York Comic Con 2019

Amy Acker à la New York Comic Con 2019
Du jeudi 3 au dimanche 6 octobre avait lieu la New York Comic Con 2019. Amy Acker assistait à...

Joyeux anniversaire Jim !

Joyeux anniversaire Jim !
Aujourd'hui, jeudi 26 septembre 2019, c'est l'anniversaire de Jim Caviezel. En effet, l'interprète...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

juju93, Avant-hier à 22:14

3ème catégorie des L d'or de The L Word : le personnage masculin (oui masculin vous avez bien lu) qui aurait mérité d'être + approfondi.

Locksley, Hier à 15:33

L'interview de bloom74, HypnoVIP, est publiée à l'Accueil ! Bonne lecture et bon après-midi !

sabby, Hier à 21:05

Hello bonsoir ! Un nouveau survivor vous attend sur S.W.A.T Bonne soirée à tous !!

Misty, Aujourd'hui à 15:54

Le quartier Dark Angel vous propose un sondage drôle et décalé... sans avoir besoin de connaître la série en plus

langedu74, Aujourd'hui à 18:35

HypnoClap : il reste 4 chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards ! Et toujours les jeux d'Halloween

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site