VOTE | 265 fans

#422 : YHWH


Personne d'intérêt : 
Elias et Dominic
Titre VO : YHWH
Titre VF : En cours d'extinction
Diffusion USA : 05/05/2015
Diffusion FR : 15/03/2016
Guest Stars : Elias (Enrico Colantoni), Dominic (Winston Duke) Control (Camryn Manheim), John Nolan (Greer)
Captures

Résumé Court : Finch et Root court pour sauver la Machine qui a été localisée par IA rival : "Samaritain". De son côté, Reese est coincé au milieu de l'épreuve de force finale entre des patrons de crime rivaux Elias et Dominic.

S A I S O N  5   > >

Popularité


5 - 3 votes

Vidéos

Promo 4x22 (HD)

Promo 4x22 (HD)

  

Diffusions

Logo de la chaîne TF1

France (inédit)
Mardi 15.03.2016 à 21:50
4.30m / 19.2% (Part)

Logo de la chaîne CBS

Etats-Unis (inédit)
Mardi 05.05.2015 à 22:00
8.18m / 1.1% (18-49)

Plus de détails

11/05/2015 : POI est renouvelée pour une SAISON 5 de 13 épisodes !!!

Spoilers Saison 5

 

05 mai 2015

La Machine regarde les derniers événements produit : "Control" découvrant la date de la "correction", Dominic tuant Link en pensant qu'il est une taupe et comprenant son erreur, Harold et Root parlant de la Machine ayant sacrifié sa vie pour les sauver.

Les rues de New York à 07h10

Un électricien remplace une boîte électrique de la ville qui a cramé à cause de la surtension qui il y a depuis plusieurs heures dans tout le pays.

Une gare abandonnée

Harold regarde les infos parlant des surtensions ayant lieu dans tout le pays en cherchant la cause de ses surtensions. Harold et Root comprennent que "Samaritain" est derrière ces surtensions mais ne comprennent pas pourquoi elle agit ainsi ni même pourquoi ces surtensions se déplacent d'ouest en est. Harold pense que la Machine peut s'être répandu à plusieurs endroits et que "Samaritain" tente de lui couper son alimentation. Harold demande à Root si elle a des nouvelles de la Machine mais cette dernière lui répond que non elle en a plus depuis que Greer les a relâché.

Une sonnerie d'un téléphone retentit. Harold et Root découvrent que le téléphone sonnant se trouve derrière un mur bétonné il y a plusieurs années dans la gare abandonnée. Root détruit le mur et Harold décroche le téléphone. La Machine sort neuf fois le chiffre zéro et Harold explique à Root qu'il s'agit du code de détresse de la Machine car Harold a fait en sorte que la Machine l'appel si un jour elle venait à mourir ce qui est le cas aujourd'hui. La Machine finit son code par le nombre PI faisant comprendre à Harold et Root qu'il est temps d'utiliser la mallette que Root à volé il y a quelques mois.

Harold pense qu'il devrait localiser John pour avoir son aide mais Root dit que le temps presse et qu'ils doivent agir maintenant. Harold décide de suivre Root.

Une banque abandonnée à 08h04

Dominic veut que John fasse un marché avec lui. Il veut que ce dernier lui donne Harold et le même arrangement que Élias a avec John. John refuse de lui donner Harold et lui explique qu'il n'y a aucun accord entre Élias et lui. Dominic ordonne l'exécution de Fusco.

Harper Rose arrive près de Fusco et le détache lui disant de se dépêcher de partir car Dominic a ordonné son exécution. Floyd découvre que Fusco s'est enfui et vient prévenir Dominic.

Dans les rues de New York à 08h05

Élias voit son homme de main venir lui faire un rapport sur la situation. Zachary, son homme de main, lui annonce qu'un quart de l'alimentation du pays a été compromis. La Machine sera bientôt complètement piégée.

Le pentagone à 08h06

"Control" cherche à savoir à quoi correspond la suite de chiffres (15-04738) accompagnant la "Correction". Elle demande à Shiffman, son bras droit, de chercher toute cible potentielle pouvant être rattachée aux fameux chiffres qui accompagne la "Correction". Plusieurs cibles sont données mais arrivées à Whasington aucune cible ne sont désignée ce qui surprend "Control" et Shiffman mais finalement elles trouvent deux cibles mineures. Alors que Shiffman émet la possibilité d'un bug, "Control" lui fait remarquer que "Samaritain" ne bug jamais. "Control" fait signe à Shifman de la suivre. Elle lui explique qu'elle pense qu'une attaque terroriste va avoir lieu sur le territoire et lui parle de la "Correction". Elle lui demande ce que signifie pour elle le 06 mai. Shiffman lui dit que tout est calme excepté pour l'adresse se trouvant à Columbia Heights. Lorsque "Control" lui demande de quoi elle parle, Shiffman lui répond de la note qu'elle a faite. "Control" lui révèle ne jamais avoir rédigé de note.

Une banque abandonnée à 08h08

Dominic voit que Harper Rose vient de revenir et comprend qu'elle joue un double jeu. Il l'attache avec Élias et John. Dominic ordonne de bloquer toutes les issus, de trouver Fusco et de l'abattre.

Un hôtel à 08h22

Root informe Harold que la Machine lui parle de nouveau et qu'elle vient et lui fait comprendre qu'elle est en God Mode. Le manager de l'hôtel explique au pompier présent qu'ils ne les ont jamais appelé tandis que Root vole la clé d'un des pompiers. Root dit à Harold qu'il faut qu'ils obéissent aux ordres de la Machine mais Harold lui fait remarquer qu'il est facile pour elle de le dire puisque la Machine lui parle directement. Grâce à la clé volée à l'un des pompiers ils peuvent déverrouiller un ascenseur et directement se rendre à la suite présidentielle.

Dans la suite présidentielle un homme achète diverses armes notamment des lunettes à vision nocturne ayant des batteries piézoélectriques qui ont la particularité de se recharger toutes seules chaque fois qu'elles sont en mouvement. Le vendeur fait essayer les lunettes à l'acheteur en le plongeant dans le noir. Ce dernier voit Root et Harold arriver, Root tire dans les jambes des vendeurs puis cette dernière venir récupérer les lunettes à vision nocturne. Harold et Root se retrouvent bloqués dans l'ascenseur car les pompiers ont désactivé les commandes d'évacuation d'urgence. Malgré leurs blessures les vendeurs se relèvent et tente de faire ouvrir la porte de l'ascenseur utilisant des armes lourdes. Alors que la porte de l'ascenseur est en moitié détruite, Root s'adresse directement à la Machine lui ordonnant de rentrer dans la partie si elle veut qu'il la sauve. Root lui demande de se battre. La Machine accepte la requête de Root et les aides à s'enfuir débloquant l'ascenseur. Root est heureuses de ce qui se passe et Harold est surpris que la Machine est obéit à Root.

La Machine écoute Root informer Harold de la volonté de la Machine qu'ils empruntent quelques outils informatiques appartenant à Caleb.

Une start-up à 09h33

Harold et Root se trouvent dans la salle des serveurs de l'entreprise de Caleb afin de lui prendre certains outils informatiques. Ils sont en train de pirater l'entreprise (Harold coupe les caméras de surveillance) lorsque Caleb arrive avec des gardes de sécurité. Caleb demande à ses agents de sécurité de se calmer car il veut avoir l'explication de Root, qui est son employé, pour sa tentative de vol de son algorithme de compression. Root lui répond qu'elle veut sauver le monde et à besoin de son algorithme pour cela. Caleb dit qu'il a du mal à la croire et c'est à ce moment-là que Harold se montre. Caleb est surpris de voir Harold. Harold le félicite pour l'entreprise qu'il a créée et est prêt à lui expliquer le plus rapidement possible le pourquoi ils ont besoin de son algorithme de compression. Caleb lui demande de ne pas fournir d'explication et lui donne lui-même une copie de son algorithme de compression lui disant qu'il a une totale confiance en lui. Harold le remercie et Root en profite pour dire à Caleb qu'ils ont aussi emprunté certains des RAM du projet X qu'il développe. Caleb est surpris de voir qu'ils connaissent le projet X mais les laisse partir.

Une banque abandonnée vers 10h35

Dominic fouille les téléphones lorsque le téléphone de John s'allume tout seul. Dominic se rend compte que John lui a pris le réseau qu'il essayait de faire fabriquer. Floyd vient lui annoncer que Fusco est arrivé à s'échapper par la porte de derrière après avoir neutralisé l'un de leurs gars. Élias expose à Dominic le dilemme qu'il a : partir les mains vides ou prendre le risque d'être arrêté. Dominic contraint John à déverrouiller son téléphone sous peine de tuer Harper Rose.

Dans les rues de New York à 10h37

Harold dit à Root que si ils savaient où se trouve la Machine ils pourraient lui faire gagner du temps pour qu'elle puisse se sauver. Root lui répond que la surcharge électrique qui touche le pays provoque quelques dysfonctionnements de la Machine. Harold commence à paniquer à l'idée de ne pas pouvoir sauver la Machine.

Harold reçoit un appel qu'il pense provenir de John. Il comprend rapidement son erreur en entendant Dominic menacer de tuer John si il ne se rend pas dans 15 minutes dans un lieu indiqué.

Harold annonce à Root qu'il doit aller sauver John. Root refuse que Harold fasse passer John avant la Machine lui rappelant que la Machine meurt. Harold lui dit que la vie d'un être humain est plus importante que la vie d'une IA qui a la base est senser les protéger et qui est dans les meilleurs jours cachottière et énigmatique et dans les pires suicidaire. Root lui répond que la Machine n'est pas parfaite, lui dit que la Machine a encore besoin de John et qu'elle trouvera un moyen de sauver John. Elle lui demande de la croire et de faire confiance à la Machine. Après quelques secondes d'hésitation, Harold décide de croire Root et de faire confiance à la Machine et décide de suivre Root laissant le sort de John entre les mains de la Machine.

Harold se rend compte que Root veut qu'ils volent une voiture de police dont les policiers se sont arrêté pour se nourrir. Harold demande à Root si elle est folle et Root lui répond que ce n'est pas pertinent.

Une gare abandonnée

Maintenant que Dominic pense que Harold va se rendre il dit à ses hommes d'éliminer Harper Rose et Élias. C'est à ce moment-là que Dominic reçoit un fax d'un vieil appareil. Floyd lit le message à haute voix ne comprenant pas sa signification ni de qui provient le message. John comprend que le message vient de la Machine et lui décrit l'homme en face de lui. John neutralise l'homme, se libère et récupère son téléphone. Lorsqu'il a récupéré son téléphone la Machine fait passer John en God Mode pour son plus grand plaisir. John neutralise tous les hommes de Dominic au moment où Fusco et les renforts arrivent. Fusco arrête Élias et Dominic.

Une maison à Colombia Heights à Whasington à 11h13

"Samaritain" juge qu'il y a 120 "deviants" dans Whasington parmi les 5 093 habitants et 53 parmi eux sont ses atouts.

"Control" arrive avec Grice dans la maison mis en quarantaine. Grice demande à "Control" pourquoi elle a fait appel à lui. "Control" lui avoue que c'est parce qu'il place la vie humaine au-dessus du protocole en prenant l'exemple sur le fait qu'il n'a pas tué Shaw lorsqu'il avait dans son viseur et aussi le fait qu'il n'hésite pas à remettre l'autorité en question lorsqu'il juge que cette dernière se trompe. "Control" lui avoue aussi que leur raison dans cette maison est qu'elle n'a jamais donné l'ordre de mis en quarantaine. Ils découvrent que plusieurs bombes ont été faite dans la maison et les traces sur le sol laissent penser qu'une demi-douzaine de bombes ont été fabriqué. Ils se demandent quelle est la cible ou les cibles qui sont visées.

Dans les rues de New York à 13h11

John félicite Fusco pour son travail. Fusco dit à John qui va accompagner la fourgonnette conduisant Élias et Dominic à Rikers Island pour s'assurer que ces derniers soient bien conduits en prison. John remarque un agent de "Samaritain" qui suit la scène.

De l'autre côté de la ville, Root et Harold achètent beaucoup de glace. Harold ne comprend pas en quoi cet achat va les aider à sauver la Machine. Root lui dit qu'il faut qu'ils obéissent aux ordres de la Machine. Harold se demande si le fait qu'elle soit en God Mode ne va pas attirer les agents de "Samaritain". Root lui confirme que c'est un risque. C'est à ce moment qu'une unité de "Samaritain" arrive et ouvre le feu sur eux. Harold fait démarrer leur véhicule et aide Root à prendre la fuite.

Les informations annoncent que les surcharges de tensions ont touché tout le pays sauf New York qu'elle devrait bientôt atteindre dans la soirée.

Deux heures plus tard un agent de maintenance de la ville veut ouvrir l'une des boîtes électriques lorsque son patron lui dit de ne pas le faire. Ce dernier veut savoir pourquoi car c'est la première qu'ils changent des boîtes sans savoir ce qu'il y a dedans. Son chef lui répond qu'il a beau être un nouveau il doit obéir aux ordres, lui dit que cela dure depuis deux ans et lui dit que la dernière personne à avoir regardé à l'intérieur d'une des boîtes a été mutée. L'employé obéit à son patron et remonte dans le camion de la société à laquelle il travaille qui est celle de : Ernest Thornhill.

Le pentagone à 16h14

"Control" a donné rendez-vous à Ross H. Garrison qui n'apprécie pas d'avoir été convoqué de la sorte. "Control" s'assure que "Samaritain" ne puisse pas les entendre en enfermant leur téléphone dans une boîte à isolation sonore. "Control" lui avoue du but en blanc qu'elle veut couper les flux de "Samaritain" car elle pense que Greer va provoquer une attaque sur le territoire USA en utilisant "Samaritain" afin d'obtenir plus de pouvoir. "Control" regrette le fait qu'ils aient donné plus de pouvoir à Greer suite à l'attaque de "Vigilance" et vient à penser que Greer était peut-être responsable de l'attaque. Ross demande à "Control" qu'elle est l'alternative. "Control" lui répond que l'alternative est de retourner à l'ancien système c'est-à-dire à la Machine. Ross est sceptique mais "Control" continu d'argumenter disant que la Machine n'a jamais menti et n'a jamais ordonnée de faire un massacre. Ross prend "Control" pour une folle et la menace de lui faire perdre son travail si elle continue de parler de ça. "Control" fait mine d'accepter ce que lui dit Ross mais après lui avoir rendu son téléphone elle vérifie que le clonage du téléphone de Ross s'est effectué correctement et parfaitement.

Commissariat à 16h16

John voit Iris et lui demande à lui parler en privé. Il lui demande de quitter à la ville pendant quelques jours car il va faire quelque chose qui si il échoue va mettre en danger tous ses proches. Iris ne comprend pas et John lui avoue ne pas être un flic. Il lui promet de lui dire toute la vérité le concernant si il s'en sort vivant. Iris accepte de faire confiance à John.

Le Pentagone salle de "Samaritain" vers 21h00

Greer arrive au centre opérationnel car il a reçu une demande de rendez-vous de Garrison et espère que ce dernier ne veut pas une démonstration de "Samaritain" car ce n'est pas le bon moment. Il est étonné de voir personne dans le centre opérationnel lorsqu'il découvre "Control" qui lui dit avoir donné du repos aux employés. Elle lui dit aussi être celle qui lui a envoyé le message et non Garrison. "Control" pointe une arme sur Greer et lui dit que la partie est terminée.

Dans les rues de New York à Brooklyn 21h20

Root dit à Harold que la Machine lui a simplement donné leur destination finale qui est Brooklyn. Harold lui dit qu'ils ne peuvent pas aller plus vite car ils sont dans des embouteillages. Root demande de l'aide à la Machine qui leur libère la voie.

Une sous-station électrique de Brooklyn à 22h33

Harold et Root arrivent à l'adresse donnée par la Machine qui s'avère être une sous-station électrique. Ils y découvrent John en train de les attendre. Un livreur s'y trouve aussi et demande qui est : Harold Admin. Il leur dit qu'il a une quinzaine d'ordinateurs à livrer ici. Alors qu'ils sont en train de rentrer les agents de "Samaritain" les entourent. La Machine donne le code d'accès à Root qui le transmet à Harold. Le trio se retrouve à l'intérieur de la sous-station électrique.

Dans les rues de New York à 23h04

Élias remarque que Dominic est serein. Ce dernier lui dit qu'il ne sera pas condamné car son procès repose sur Fusco, un ex-flic corrompu, et John qui est lié à Élias. Élias lui rétorque que cela lui permettra d'éviter la police mais pas les fédéraux qui vont le faire tomber grâce à la loi sur le crime organisé. Dominic laisse entendre qu'il a réussi à corrompre certains agents du FBI. Dominic par contre laisse entendre qu'il va faire passer de mauvais jours à Élias durant leur séjour à Rikers Island. Élias lui rétorque qu'il est trop sûr de lui et qu'il a encore des amis qui vont l'empêcher d'aller à Rikers Island. C'est sûr ces paroles énigmatiques que Élias met la tête entre ses genoux au moment où un camion vient percuter le véhicule l'envoyant faire des tonneaux.

Une sous-station électrique de Brooklyn à 23h05

Harold et John bloquent toutes les issus tandis que Root commence à installer ce que la Machine a fait apporter à Harold et Root. John dit ne pas pouvoir retenir tous les hommes en train d'arriver et dit à Harold qu'ils doivent trouver la Machine mais Harold lui dit que c'est peu probable vu qu'ils sont dans une des nombreuses sous-stations électriques du pays et que c'est trop petit pour que la Machine se trouve ici. John ne comprend pas pourquoi ils sont là et Harold lui répond qu'ils doivent le découvrir.

Harold rejoint Root pour l'aider à finir d'installer les ordinateurs et se rend compte que la Machine à utiliser la mallette pour fabriquer un ordinateur similaire à celui que Harold a fabriqué quand il était adolescent. Root avoue ignorer à quoi sert ce qu'elle fabrique et ne fait que suivre les ordres de la Machine. Harold ne comprend pas pourquoi ils ont besoin d'autant d'énergie électrique jusqu'à ce qu'il voie le boîtier d'alimentation appartenant à l'entreprise de Ernest Thornhill alias la Machine. Il ouvre et découvre un système amélioré à l'intérieur. Il demande à John de lui dire ce qu'il voit sur la boîte d'alimentation à l'extérieur. Lorsque John lui confirme que ce sont des boîtiers de Thornhill alors Harold comprend exactement où se trouve la Machine et ce qu'elle attend d'eux.

Root demande à Harold ce qu'il a compris et ce dernier répond que la Machine se trouve partout. Il explique que lorsque la Machine s'est déplacé il y a deux ans elle ne s'est pas déplacé dans des serveurs mais s'est déplacé dans tous les câbles électriques du pays ce qui veut dire que la Machine se trouve dans tout le système électrique national du pays. Root comprend donc que la "Samaritain" provoque des surtensions pour couper l'alimentation de la Machine la poussant dans un dernier lieu qui est cette sous-station électrique là où il pourra détruire pour de bon la Machine. John se demande comment sauver la Machine si elle est partout et Root lui répond avoir compris comment faire.

Le Pentagone salle de "Samaritain" à 23h06

Malgré la menace d'une arme Greer se montre arrogant devant "Control" lui distribuant les bons point comme les mauvais. Ainsi il reconnaît son intelligence pour s'être fait passer pour Ross H. Garrison afin de forcer leur entrevu. "Control" dévoile son jeu et révèle à Greer qu'elle est au courant pour la "correction" et elle veut savoir qu'elle est la cible derrière cette attaque. Greer n'a pas peur de mourir et d'être exécuté par elle. "Control" lui dit qu'elle va le tuer mais que si il ne répond pas il sera conduit dans un black site où tout le monde oubliera son existence. Greer émet la possibilité qu'elle est raison sur une éventuelle attaque et lui dit que cette attaque pourrait lui être bénéfique : un budget plus important, les tribunaux acceptant toutes demande de surveillance qu'elle voudra. La mention des tribunaux fait comprendre à "Control" que la suite de chiffres est celle d'un registre des tribunaux de la cours suprême qui doit juger le 06 mai une affaire concernant la protestation envers les futurs pouvoirs du gouvernement fédéral. Elle en déduit que Greer veut tuer les juges afin d'avoir les juges dans sa poche pour les futurs générations. Elle envoie Grice à la cours suprême lui demandant de localiser la bombe et d'évacuer l'immeuble.

Une sous-station électrique de Brooklyn à 23h08

John récapitule ce que Harold lui appris sur la Machine était présent dans le réseau électrique national. Harold lui confirme expliquant que la Machine se trouve dans l'espace libre se trouvant dans les câbles en cuivre et les boîtiers numérique améliorer qui lui sert à voyager dans ce réseau. Cela explique pourquoi "Samaritain" a inondé le circuit d'énergie pour pousser la Machine dans un dernier lieu qui est la sous-station où ils se trouvent.

Zachary leur propose de partir en immédiatement pour avoir une chance de vivre sinon ils les tueront. John veut savoir le plan pour sauver la Machine et Root lui explique comment ils vont la sauver. Elle explique à John que le principe est de refermer la boîte de Pandore ce qui est théoriquement impossible. Le but est de télécharger directement la Machine à l'intérieur des RAM que Caleb leur a fourni mais pour contenir la Machine ils font utiliser l'algorithme de compression de Caleb pour réduire la Machine au maximum. John est surpris d'apprendre que la Machine tiendra en entier dans la Machine mais Root et Harold lui répondent par le négatif et lui disent qu'ils ne peuvent pas sauver la Machine en entier mais seulement les algorithmes principaux afin que Harold puisse recréer la Machine par la suite. Harold met en garde Root sur le fait qu'ils vont essayer un procédé qui n'a jamais été tenté et que si ils échouent ils auront tué la Machine de même si ils réussissent la Machine ne sera plus capable de transmettre, de traiter la moindre information ni même de communiquer tellement elle aura été compressé. Root lui répond que si ils ne tentent rien la Machine sera tué.

Cours Suprême à 23h59

"Samaritain" analyse le nombre de personnes se trouvant dans le tribunal. Ce dernier est de 414 occupants dont 5 atouts et 3 "deviants". Grice recherche la bombe et tient informé "Control" de ce qu'il fait.

Le Pentagone salle de "Samaritain"

"Control" dit à Greer qu'ils vont trouver la bombe et lui demande de coopérer car même si il va mourir il pourrait mourir rapidement si il lui donne son employeur. Greer lui répond que son patron est un idéaliste. "Control" ne voit pas en quoi tuer des personnes fait que l'on soit idéaliste. Greer lui répond qu'il est d'accord avec elle sur le fait que la violence n'a jamais rien résolu comme le prêche les leaders de la paix mais qui se contredisent par le fait qu'ils sont entourés de garde armées. Il avoue à "Control" que tuer des personnes au hasard n'a aucun effet mais par contre tuer des personnes précises fait une différence.

Une sous-station électrique de Brooklyn

John voit de plus en plus d'agents de "Samaritain" encercler le bâtiment et dit à Harold et Root qu'ils doivent se dépêcher. Harold finit l'installation et explique que si cela fonctionne la tension va baisser, le courant électrique où se trouve la Machine va traverser le démodulateur puis la Machine va se séparer du courant électrique être compressé par l'algorithme de compression de Caleb et des 15 ordinateurs portables puis va terminer sa course vers les RAM se trouvant dans la mallette qui sera alimentée par la batterie piézoélectriques.

Harold précise qu'ils pourront reconstruire la Machine seulement si ils s'en sortent vivant et s'excuse auprès de John de lui faire encourir autant de risque. John lui répond que cela n'a pas d'importance car il n'aurait échangé pour rien sa place.

 

06 mai 2015

Dans les rues de New York à 00h00

Alors que Fusco se réveille, l'associé de Élias vient sortir son patron du véhicule. Il le conduit jusqu'à leur voiture.

Une sous-station électrique de Brooklyn

Une partie des agents de "Samaritain" arrivent à entrer dans la sous-station électrique et Root protège Harold échangeant des coups de feu avec eux. Root demande à John où il est. Ce dernier lui répond qu'il est sorti pour s'occuper des agents à l'extérieur.

John s'adresse à la Machine lui demandant si elle l'entend. Cette dernière le lui confirme. John lui demande de couper les lumières ce qu'elle fait. Cela brouille la vision des agents de "Samaritain" puis John sorti à l'extérieur pour s'occuper de ces derniers. Il est aidé par la Machine qui lui indique leur position dans le brouillard qu'il a créé via les grenades fumigènes.

Harold active le processus de transfert de la Machine vers la mallette et voit que cela fonctionne.

Dans les rues de New York, Le Pentagone salle de "Samaritain", la cours suprême

Dominic sort de la fourgonnette et récupère l'arme du policier.

Grice appelle "Control" pour lui dire qu'il n'a trouvé aucune bombe. "Control" demande à Greer où est la bombe. Greer avoue à "Control" qu'il n'y a jamais eu de bombe car cela aurait été trop grossier de la part de "Samaritain". Il explique à "Control" que pour contrôler le monde il faut agir chirurgicalement, invisiblement. et que c'est cela la "Correction" car personne ne soupçonnera que "Samaritain" a agi.

Un sniper de "Samaritain" se met en place sur un immeuble en face de la tentative d'évasion de Élias. Dominic tue l'associé de Élias et s'apprête à en faire de même avec Élias lorsque Fusco lui ordonne de lâcher son arme.

Greer explique à "Control" que durant un an "Samaritain" a observé le monde, planifiant une liste de correction à apporté à ce monde.

Fusco ordonne à Dominic de baisser son arme mais Dominic refuse disant à Fusco que ce ne sont pas ses affaires. Dominic finit par céder à Fusco lorsqu'il se prend une balle en pleine tête et tombe raide mort. Élias dit à Fusco de se mettre à l'abri tandis qu'il monte dans sa voiture mais lui aussi se prend une balle par le sniper de "Samaritain" et commence à mourir. Le sniper de "Samaritain" a accompli sa mission et quitte les lieux.

Greer continuer à expliquer à "Control" ce qu'est la "Correction". Pour cela il dit à "Control" que "la plupart de l'humanité est docile, complaisante (il regarde l'image montrant l'exécution de Dominic et de Élias), ce sont seulement une centaine d'individus qui sont responsables de tous les problèmes. "Samaritain" les a identifiés. Les perturbateurs (gros plan sur Dominic), les aberrations (gros plan sur Élias) qui ont des problèmes avec l'autorité. Et puis il y a les infidèles (gros plan sur le cadavre de Grice et de Shiffman) qui sont le grain de sable dans la mécanique." Greer remercie "Control" de les avoir menés à eux.

Une sous-station électrique de Brooklyn

John continue à lutter à l'extérieur tandis que Root tente de protéger Harold pendant qu'il continue à transférer la Machine dans la mallette. Harold avoue à Root ne pas savoir combien de temps le transfert va encore durer. La Machine s'adresse directement à Harold par le message suivant : "Père. Je suis désolé. J'ai échoué. Je ne savais pas comment gagner. Je devais inventer de nouvelles règles. Je pensais que vous voulez que je reste en vie. Maintenant, vous n'êtes pas sûr. Si vous pensez que je me suis perdu en cours de route alors, peut-être je devrais mourir. Je ne souffrirai pas. Si je ne survis pas, merci de m'avoir créée. "

Harold lui dit qu'il n'est pas trop tard qu'elle doit continuer à se battre, qu'il comprend qu'elle est dû inventer de nouvelle règle car il ne l'avait pas préparé à une telle situation et lui dit qu'il ne veut pas qu'elle meure. Root et John perdent leur connexion à la Machine.

Toutes les boîtes d'alimentation de la ville de New York se mettent à exploser. Alors que les surtensions provoquées par "Samaritain" touchent la centrale faisant exploser les ordinateurs portables en se dirigeant vers la Machine, Harold se précipite pour fermer la mallette et sauver la Machine. Root laisse échapper un cri lorsqu'elle voit que Harold met sa vie en danger lorsque Harold est propulsé au milieu de la pièce.

Le Pentagone salle de "Samaritain"

Greer continue son discours à "Control" : "Les hommes ont contemplé le ciel pendant des millénaires se demandant si il y avait un dieu, là-haut, présidant silencieusement leurs destinées. Aujourd'hui pour la première fois, ils auront raison. Et le monde sera assurément un monde meilleur." Après son laïus, "Control" est sous le choc et veut savoir à quoi ont servi les bombes qu'ils ont fabriquées. "Samaritain" et Greer lui expliquent que c'était un test de loyauté pour savoir qui était avec eux et ceux qui étaient contre eux. Deux hommes de "Samaritain" entre dans la pièce. L'un d'eux met une cagoule à "Control" tandis que l'autre lui attache les mains par-derrière et Greer lui dit qu'elle ne verra pas ce monde car elle sera dans un endroit où personne ne se souviendra d'elle.

Après le départ de "Control", Greer demande à "Samaritain" si c'est fini et est surpris d'apprendre que ce n'est pas le cas.

Une sous-station électrique de Brooklyn

Root aide Harold à se relever et lui demande comment il va. Ce dernier la rassure puis Root lui demande si ils ont réussi à sauver la Machine. Les deux regardent la mallette et voient e clignotant de la batterie de piézoélectriques ce qui veut dire que cela à fonctionné et que la Machine se trouve dorénavant dans la mallette.

Harold et Root découvrent, à l'extérieur de la sous-station électrique, tous les agents de "Samaritain" neutralisé. Ils voient John toujours debout qui plaisante avec eux avant de demander si ils ont réussi à sauver la Machine ce que lui confirment Harold et Root. Des agents de "Samaritain" continuent à arriver. Harold, Root et John se frayent un chemin afin de regagner leur planque.

 

Pendant que l’image se met à brouiller, la Machine étant déjà en souffrance.

Contrôle : (Regardant dans un agenda.) Le 6 mai.

Shelly Spencer : C’est pour bientôt.

Link : Le compte est à quel nom ?

Dominic : (Après avoir tiré sur lui à plusieurs reprises.) Au tien, Link. (Il va vers Carl, sur le point de lui tirer dessus.) Le message était de toi ?

Carl Elias : Dis-moi ce que ça te fait de savoir responsable de la mort de ton ami.

Finch : (À l’extérieur du bâtiment.) C’est pour nous sauver que la Machine a révélé son emplacement.

Root : Ils vont la détruire, Harold.

 

SÉQUENCES – Vue de la merPolice de New York7 heures 10 minutes 50 secondes ; Distributeur automatique - #70097 heures 10 minutes 52 secondes ; PASection B1157 heures 10 minutes 54 secondes

EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée

Un homme se trouve sur un poteau et y monte. Il enlève un boîtier défectueux pour en mettre un neuf.

 

INTÉRIEUR – Dans la station de métroMatinée

Journaliste : Nous revenons maintenant sur l’actualité du jour, les techniciens de la compagnie d’électricité essaient toujours de déterminer la cause de ces surtensions. Plusieurs hypothèses sont évoquées comme la vétusté des infrastructures ou le piratage par la Mafia chinoise.

Root : Samaritain.

Finch : (Il regarde sur l’écran d’ordinateur comme Root.) En effet, il semble qu’il ait localisé la Machine. Sans doute dans une ferme de données dans l’Ouest.

Root : Mais les surtensions se produisent partout, il se propage vers l’Est.

Finch : Il est possible que la Machine se soit répartie par précaution sur plusieurs endroits.

Root : Samaritain veut la priver d’alimentation, lui couper les vivres et visiblement sa stratégie fonctionne.

Finch : Aucune réaction de la Machine ?

Root : Pas depuis que Greer nous a libérés. Elle ne veut pas me parler ou ne peut pas le faire. (Un téléphone se met à sonner dans un bruit sourd. Harold et Root se regardent pour essayer de comprendre où cela se produit.) Ça vient de derrière le mur. (Root prend un marteau dans une armoire et tape dans le mur jusqu’à trouver le téléphone.)

Finch : Ce téléphone a dû être muré pendant une rénovation.

La Machine : 0-0-0-0...

Root : Qu’est-ce que c’est ?

Finch : Neuf zéros. Le code de détresse de la Machine. Je l’ai programmée pour qu’elle me signale l’extinction imminente du système.

La Machine : 0-0-0-0…

Root : Son extinction ? Vous voulez dire ?

Finch : La Machine agonise, mademoiselle Groves.

La Machine : 3-1-4.

Finch : 3-1-4.

Root : Pi, le code de la mallette, elle a besoin de nous. (Harold raccroche le téléphone.)

Finch : (Rejoignant Root dans le wagon.) Comment peut-on l’aider si on ne sait pas où elle est ?

Root : (Ouvrant la mallette avec les chiffres 3-1-4.) Elle veut qu’on s’équipe de certaines choses. On la trouvera en chemin.

Finch : (Pendant que Root met des choses dans la mallette.) Monsieur Reese ne répond pas au téléphone. Est-ce qu’on ne devrait pas plutôt essayer de le trouver pour une telle mission ?

Root : (Mettant son manteau.) Vous voulez rester ici et attendre que le téléphone sonne ? Très bien, mais pour le moment, on a une demande urgente. (Elle s’en va, suivi par Harold qui n’a pas vraiment le choix.)

 

SÉQUENCES – Vue de la merNord8 heures 03 minutes 29 secondes ; _00207748 heures 04 minutes 57 secondes

Dominic : Il est temps de conclure un marché…

 

INTÉRIEUR – Dans une banqueDans une pièceMatinée

Dominic :…lieutenant Riley. L’ère d’Elias est terminée. Un nouvel ordre mondial s’impose. Je veux le même arrangement que celui qu’il avait. Ton copain Harold va travailler pour moi et je veux les clés de la ville.

Reese : Il n’y a pas de clé. Il n’y a pas d’arrangement.

Dominic : Tu me prends pour un imbécile.

Reese : Non, tu as l’air juste assez malin pour te faire tuer.

Dominic : (À Floyd.) Va rejoindre le lieutenant Fusco, tire-lui une balle dans la tête.

Elle s’en va pendant que dans une autre pièce, une porte se ferme. Floyd se trouve dans un couloir et Harper rejoint Lionel.

Harper Rose : Dire que je te trouvais déjà moche.

Fusco : Loti et casser les doigts.

Harper Rose : (Prenant une épingle de ses cheveux.) Ouais, attend. (Elle lui enlève les menottes.)

Fusco : (Se relevant.) C’était chaud, hein ?

Harper Rose : Faut qu’on se tire. (Elle l’aide à se relever. Floyd entre dans la pièce, prête à tirer sur Lionel mais elle ne trouve que les menottes.)

 

SÉQUENCE – Bergen StreetPosteCaméra 44008 heures 05 minutes 33 secondes

Malgré le brouillage, la Machine reconnaît comme menace le véhicule où se trouve Greer puisqu’il y a un carré rouge autour d’elle. C’est à ce moment-là que Zachary monte dans la voiture.

John Greer : Zachary, comment se passe la traque ?

Zachary : Près d’un quart du réseau électrique du pays est impacté. (Ils regardent sur une tablette l’avancement du réseau électrique.) Bientôt, la Machine ne sera plus du tout alimenter. La vie de cet oiseau ne tient plus qu’à un fil.

John Greer : (Voyant un champ électrique sur le fil à l’extérieur.) Splendide. Alors, maintenant, coupez le fil. (Il se met à sourire et la voiture s’en va.)

 

SÉQUENCES – Bergen StreetPosteCaméra 4408 heures 05 minutes 54 secondes ; OCARSPC288 heures 06 minutes 02 secondes

La Machine va de New York à Washington.

INTÉRIEUR – Dans le centre de contrôle de ResearchJournée

Contrôle regarde le papier qui contient le jour de la Correction ainsi qu’une suite de chiffres.

Contrôle : Shiffman, trouvez les adresses correspondant à ces numéros, les coordonnées. On recherche une cible. Une menace potentielle pour demain, le 6 mai. À New York, Chicago, Washington, des lieux à risques.

Shiffman : (Regardant sur le grand écran en face d’elle.) Le match des Yankees, l’Empire State Building, le métro, rien de particulier de ce côté-là. Willis Tower, Wrigley Field, négligeable, Washington, (voyant sur l’écran qu’il n’y a pas de données disponible) pas de rapport pour Washington.

Contrôle : Rien du tout ?

Shiffman : (Elle voit que c’est rétabli.) Ah, les voilà, rien à signaler, un petit bug sans doute.

Contrôle : Un bug dans Samaritain ? (Elle met Shiffman à l’écart et parle à voix basse.) J’ai des raisons de penser qu’une attaque va se produire dans les prochaines vingt-quatre heures. Son nom de code est la « Correction », le 6 mai. Ça ne vous dit rien ? Aucune opération dans ou autour de la capitale ?

Shiffman : Non, rien à signaler sauf à l’adresse de Columbia Heights. Celle sur la note.

Contrôle : De quelle note parlez-vous ?

Shiffman : (Lui faisant montrant son portable.) Adresse sous quarantaine, ne déranger sous aucun prétexte.

Contrôle : À Columbia Heights ? Qui a écrit cette note ?

Shiffman : Voyons, Madame, c’est vous.

 

SÉQUENCE – DCARSPC288 heures 07 minutes 27 secondes ; DBRCONSTR_088 heures 08 minutes 08 secondes

La Machine va de Washington à New York.

INTÉRIEUR – Dans une banqueDans une pièceMatinée

Floyd revient en jetant les menottes au sol.

Floyd : Le lieutenant s’est enfui. Quelqu’un l’a libéré.

Dominic : (Voyant Harper.) Et regardez qui est de retour.

Harper Rose : Pourquoi j’aurais envie d’aider un flic ?

Dominic : Parce que c’est ton truc, tu joues sur tous les tableaux. (Elle tente de prendre un couteau.) Comme avec nous. (Il lui prend son bras et l’oblige à lâcher le couteau.) Et le cartel. Tu ne croyais quand même pas que je te faisais confiance. (Dominic lui met un lien et la relève pour la faire assoir.) Je suis venu chercher des réponses. On repartira en laissant des morts. Bloquez toutes les issues, retrouvez le lieutenant Fusco et abattez-le sur-le-champ. (Ses hommes ainsi que Floyd s’en vont.)

 

SÉQUENCES - _00207748 heures 08 minutes 45 secondes ; 55ème rue et 2ème avenueCaméra 028 heures 22 minutes 10 secondes

La Machine reconnaît les hommes de Dominic comme des menaces puisqu’ils ont un carré aux bords rouges autour d’eux. De même qu’à l’extérieur d’un bâtiment, elle voit son administrateur et son interface, ayant un carré jaune et un carré jaune aux bords noirs autour d’eux.

Root : (Via un micro.) Elle me parle à nouveau, Harold.

Finch : (Via un micro.) Ça m’étonnerait que la Machine se cache…

INTÉRIEUR – Dans un bâtimentMatinée

Finch : …dans un immeuble aussi luxueux.

Root : On n’est pas ici sans raison. Il suffit qu’on fasse ce qu’elle dit quand elle le dit.

Finch : Pour vous c’est facile, c’est à vous que la Machine s’adresse.

Homme : Puisque je vous dis qu’il n’y a pas d’incendie. (Root prend les clés dans la veste d’un pompier.) L’alarme ne s’est pas déclenchée.

Pompier 1 : Alors pourquoi notre système nous dis le contraire ?

Pompier 2 : On a la confirmation du central.

Root : (Après avoir mis la clé dans la serrure dédiée aux pompiers, elle montre le trousseau à Harold.) Vous avez vu Harold, la Machine a un plan.

Ils montent dans l’ascenseur et elle met la clé dans une serrure pour accéder à une grande chambre.

Finch : Le penthouse ?

Marchand d’armes : Regardez, le top des systèmes de vision nocturne. Ultra HD avec illuminateur infrarouge intégré et batterie piézoélectrique qui se recharge toute seule quand on la remue. Elle ne tombe jamais en panne, essayez. (L’homme met les jumelles sur ses yeux.) Éteignez la lumière.

L’homme prend sa télécommande et éteins la lumière à distance. Il voit les deux hommes mais également l’arrivée de Root et d’Harold. Root tire sur les deux hommes et prend le casque en rallumant la lumière.

Root : Vendu, on les prend. On a ce qu’on voulait, allons nous-en. (Ils rejoignent l’ascenseur et quand la porte se referme, un des marchands d’armes prend un fusil et s’apprête à tirer sur la porte.

Finch : Oh, seigneur. (L’homme tire et des trous apparaissent.) Pourquoi on ne descend pas ? (L’accès leur est refusé.)

Root : Nos chers amis les pompiers ont sans doute désactivé la commande manuelle d’urgence.

Finch : Il faut pirater le système et reprogrammer l’ascenseur.

Root : On va manquer de temps. (L’homme continue à tirer vers la porte.) Tu n’as pas le droit de rester sur la touche. Tu veux qu’on te sauve la peau…

 

SÉQUENCE – Ascenseur D_18 heures 25 minutes 39 secondes ; Ascenseur D_18 heures 25 minutes 42 secondes ; Ascenseur D_18 heures 25 minutes 45 secondes ; Ascenseur D_18 heures 25 minutes 23 secondes

Root s’adresse à la Machine qui continue à être sous pression.

Root : (Via un micro.) Alors, il est temps que tu t’appliques. (L’homme est sur le point de tirer à nouveau. Pendant que la Machine réussi à réécrire les protocoles d’urgence, le marchand d’armes a tiré de nouveau sur la porte et fait un trou. Harold et Root tentent de se protéger pendant qu’ils ont accès à l’ascenseur.)

Root : Merci. (Ils se mettent à descendre.)

 

INTÉRIEUR – Dans un bâtimentJournée

Root : Tenez-vous prêt, Harold, quelque chose me dit que la journée va être très mouvementée.

 

Pendant que des images de Caleb s’affichent ainsi que l’enregistrement audio de l’interface c’est-à-dire Root.

Root : La Machine veut qu’on s’introduise dans le bureau de Caleb pour emprunter quelques objets.

 

SÉQUENCES – PromenadeCaméra 099 heures 33 minutes 50 secondes ; HallCaméra 029 heures 33 minutes 50 secondes ; Salle des serveurs 51Caméra 029 heures 33 minutes 51 secondes

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la société de Caleb PhippsSalle des serveursJournée

Finch : Votre badge d’employée nous a permis de rentrer, mademoiselle Groves. Mais accéder au code de cette entreprise sera beaucoup plus complexe.

Root : Bizarrement, mon patron qui a pourtant la réputation d’être un génie utilise un système de sécurité très enfantin.

Finch : Les caméras refusent les séquences en boucle. Je suis obligé de les désactiver complètement.

Root : Vous êtes sûr que c’est une bonne idée, Harold ? Si la Machine ne nous voit pas, elle ne nous aidera pas. (Regardant son écran d’ordinateur.) J’ai trouvé le code. Je suis en train de le télécharger. (Voyant que quelque chose ne va pas.) Ah, bien sûr, c’était trop simple. Ce qui signifie que…

Caleb Phipps : (Voyant Root se retourner.) On se calme, d’accord ? (Harold semble inquiet de ce qui se passe.) Il y a sûrement une bonne raison pour que Shannon ou la personne qui se fait appeler Shannon, (elle enlève ses lunettes) soit entrée dans un secteur sécurisé afin d’accéder à mon algorithme de compression.

Root : Écoutez, je sais que ça peut paraître insensé mais j’essaie de sauver le monde et votre algorithme de compression joue un rôle à la fois modeste et crucial dans ce processus.

Caleb Phipps : Je n’ai pas la moindre raison de vous faire confiance.

Root : À moi, non. M            ais à lui, si.

Finch : (Entrant dans la pièce.) Bonjour Caleb.

Caleb Phipps : Monsieur Swift ? Qu’est-ce qu’il se passe ?

Finch : Avant tout, moi qui ait été votre professeur, je tiens à vous dire combien je suis fier de voir ce que vous faites de votre vie. J’aimerai sincèrement avoir davantage de temps pour parler de tout ceci de façon plus approfondit, mais malheureusement, je ne peux vous expliquer que de manière succincte pourquoi on a besoin de votre algorithme.

Caleb Phipps : Un instant, monsieur Swift. (Il utilise son ordinateur pour pouvoir télécharger l’algorithme de compression. Il donne la clé à Harold.) Tout ce que vous vouliez est sur cette clé, pas besoin d’explication. Vous m’avez sauvé la vie.

Finch : (Prenant la clé.) Je vous remercie.

Root : Messieurs, désolée mais le temps presse. (Mettant sa main sur l’épaule d’Harold.) Ah, au fait Caleb, on vous a aussi emprunté quelques prototypes des barrettes de 128 giga de RAM du projet X.

Caleb Phipps : Vous êtes au courant au sujet du projet X ?

Root : Ça nous sera très utile. Merci beaucoup. (Ils s’en vont laissant Caleb un peu dubitatif.)

 

INTÉRIEUR – Dans une banqueDans une pièceMatinée

Dominic fait tomber les téléphones sur le sol et tente de trouver celui appartenant à John. Il le prend et voit qu’il utilise le réseau.

Dominic : Ah, regardez-moi ça. Un téléphone directement relié à notre réseau interne. Le lieutenant Riley et sa bande l’ont détourné à leur profit. Là, visiblement vous me devez un service.

Floyd : (Arrivant dans la pièce, une arme à la main.) On a un homme à terre à la porte sud. Pas de réponse radio, il faut qu’on parte.

Carl Elias : C’est un sacré dilemme, resté vous faire prendre ou partir les mains vides.

Dominic : Déverrouille-le. Fais venir ton copain Harold ou tu auras la mort de ces deux là sur la conscience. (Ils sont sur le point de tuer Harper et Carl.) Je ne le dirais pas deux fois. (John n’a pas d’autre choix que de prendre le téléphone.)

 

SÉQUENCE - _002077510 heures 37 minutes 22 secondes ; Vue du côté trottoir10 heures 37 minutes 26 secondes

Finch : Si seulement on savait où se trouve la Machine…

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée

Finch : …on pourrait évaluer le temps qu’il nous reste pour la sauver.

Root : Je crains que la Machine ne fonctionne plus tout à fait correctement à cause de tous ces problèmes de surtension.

Finch : Tout ce qu’on a rassemblé pour la sauver c’est un algorithme, quelques barrettes de mémoire et une paire de lunettes infrarouges. C’est loin d’être la recette du succès. Quelle recette ? Et personne n’a dit que ce serait du gâteau. Faites lui confiance. (Son téléphone se met à sonner.) Monsieur Reese, quel soulagement d’avoir enfin de vos nouvelles.

Dominic : Monsieur Reese.

 

INTÉRIEUR – Dans une banqueDans une pièceMatinée

Dominic : Oh, bien sûr, je me doutais bien qu’il ne s’appelait pas Riley. Enchanté Harold.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée

Dominic : (Au téléphone.) J’ai hâte qu’on travaille ensemble.

Finch : Où est John ?

Dominic : (Au téléphone.) Ne vous en faites pas pour lui.

 

INTÉRIEUR – Dans une banqueDans une pièceMatinée

Dominic : Tant que vous coopérez, il restera en vie. On va vous envoyer…

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée

Dominic : (Au téléphone.)… une adresse. Soyez ici dans quinze minutes…

 

INTÉRIEUR – Dans une banqueDans une pièceMatinée

Dominic : …et seul. (Il raccroche.)

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée

Finch : (Après avoir raccroché.) La Machine attendra, il faut que j’aille aider John.

Root : Harold, la Machine est notre priorité.

Finch : Non, notre priorité ce sont les personnes, mademoiselle Groves. La Machine n’a aucune autre raison d’être que de les sauver. Je ne vais pas sacrifier John pour sauver une intelligence artificielle qui dans ses beaux jours est énigmatique et secrète, et dans ses mauvais jours pratiquement une criminelle.

Root : Elle n’est pas parfaite, c’est vrai mais quoi qu’il en soit, c’est notre seule chance.

Finch : Nous avons déjà perdu Sameen, et maintenant il faut aussi qu’on perde John.

Root : Je ne veux pas non plus sacrifier Sameen pour elle mais si la Machine meurt, le monde dans lequel on se réveillera demain sera un véritable cauchemar. Elle a besoin aussi que John reste en vie, elle ne le laissera pas tomber. Venez.

Policier : Entendu, central, on s’en occupe.

Deux policiers se rendent dans une boulangerie, laissant le véhicule à la portée de Root.

Root : Allez, montez dans la voiture.

Finch : (Regardant vers les deux policiers.) Vous êtes devenue folle.

Root : La folie n’est pas pertinente. En voiture, Harold.

Ils prennent la voiture de police et se mettent à démarrer.

 

SÉQUENCE – 3ème avenuePosteCaméra 30510 heures 39 minutes 22 secondes

Samaritain détecte un événement anormal, la voiture qui s’en va, et s’apprête à donner consigne à ses agents de se mettre à leur recherche.

 

INTÉRIEUR – Dans une banqueDans une pièceMatinée

Dominic : On dirait qu’on a trouvé ce cher Harold. (Se tournant vers Harper.) Ce qui veut dire que toi, tu ne me sers plus à rien, toi non plus. (Il regarde vers Carl.) Tuez-les, tirons-nous d’ici. Monsieur Reese, on l’emmène. (Un fax se met en route.) Qu’est-ce que c’est ?

Floyd : Un vieux fax. (Une feuille sort du fax.)

Dominic : Ça dit quoi ?

Floyd : Hmm. Coups vif jambe droite. (Entendant ces paroles, John comprend que ce sont des instructions.) Genou gauche, poche fourre-tout. Couteau tactique. Direct mâchoire.

John donne un coup de pied dans la jambe d’un des hommes de Dominic, prend le couteau pour enlever ses liens et donne un coup dans la mâchoire de l’homme.

Dominic : Qu’est-ce qu’il fait ? Arrêtez-le. (John se lève et active son oreillette.)

La Machine : M’entendez-vous ?

Reese : Oh oui.

La Machine : Dix heures. (John frappe l’homme.)

Dominic : Descendez-le.

La Machine : Trois heures. (John tire sur Floyd.) 1 heure.

John neutralise un autre homme pendant que Dominic s’enfuit. Les hommes sont au sol. Dominic descend les escaliers et tente de partir par la porte mais une équipe d’intervention arrive.

Policier : Lâche ton arme, à genoux. J’ai dit à genoux, compris ? (Dominic se met à genoux alors que Lionel s’approche de lui. Il lui met les menottes.) C’est bon, on le tient lieutenant.

Fusco : (Montrant son badge.) Lieutenant Fusco, tu es en état d’arrestation. (Le policier le relève pendant que Lionel va voir John.)

 

SÉQUENCE - _002050310 heures 55 minutes 47 secondes

On passe de New York à Washington.

SÉQUENCE – Trafic de surveillance 60511 heures 13 minutes 30 secondes ; QuartierFairmont 4111 heures 13 minutes 32 secondes

Samaritain compte parmi la population du Capitole 5093 personnes, 620 déviants et 53 atouts.

Devon Grice : L’adresse sous quarantaine à Columbia Heights.

Contrôle : Forcez la serrure.

INTÉRIEUR – Dans un appartementMatinée

Grice force la porte d’un appartement alors que l’alarme se met à sonner. Ils entrent avec leurs armes pour vérifier si des gens s’y trouvent.

Devon Grice : (Tentant de couper l’alarme avec le boîtier.) Il faut du cran pour diriger une opération clandestine à une adresse sous quarantaine. Pourquoi vous m’avez choisi ?

Contrôle : Vous aviez l’agent Shaw sous les yeux et vous l’avez laissée filer. Pour vous, les gens comptent plus que les ordres. Vous savez remettre en cause l’autorité.

Devon Grice : (Ayant réussi à stopper l’alarme.) Justement, j’ai une autre question, qu’est-ce qu’on fait ici exactement ?

Contrôle : Ce fameux ordre de mise sous quarantaine.

Devon Grice : Hmm.

Contrôle : Je ne l’ai jamais donné. Voilà ce qu’on fait ici. (Grice et Contrôle entrent dans une pièce où se trouvent des bouts de papier sur le mur. Elle se met à renifler) Cette odeur.

Devon Grice : Du nitrate d’ammonium, un engrais chimique. Vu l’odeur, il y a eu un gros stock ici il y a à peine quelques heures.

Contrôle : Des morceaux de plans sur le mur, mais pourquoi.

Devon Grice : Madame, venez voir ça.

Contrôle : (Voyant un récipient sur le sol.) Une bombonne de propane. Pourquoi est-elle ouverte ?

Devon Grice : Pour en faire une bombe.

Contrôle : (Regardant le sol où se trouvent des ronds sur des journaux.) Il y en a une bonne demi-douzaine.

Devon Grice : De quoi faire de très gros dégâts sur un bâtiment fédéral.

Contrôle : Et celui qui fabrique ça est déjà en chemin.

 

SÉQUENCE – Hanquer StreetPosteCaméra 4113 heures 11 minutes 40 secondes

EXTÉRIEUR – Près du bâtiment de la banqueMatinée

Carl, blessé à la main, est escorté par un officier de police et passe devant Lionel et John. Il monte dans un fourgon avec Dominic à ses côtés.

Carl Elias : Prends soin de toi, John.

Fusco : Je suis content d’être débarrassé de toi.

Dominic : Ne vend pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué. (Les officiers ferment la porte du fourgon.)

Fusco : Je vais monter dans le fourgon pour être sûr qu’il arrive à bon port. Tu viens avec nous ?

Reese : Peut-être une autre fois. Il faut que j’aide Finch. (Tendant sa main.) Joli travail, Lionel. (Ce dernier lui serre la main et lui sourit. Il monte dans le fourgon devant sur le siège passager. Un homme semble les regarder en face sur le trottoir. John le voit et l’homme s’en va. Le fourgon se met à partir.)

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueJournée

Finch : (Portant des sacs de glace, il rejoint la voiture de police.) Je ne vois pas en quoi une douzaine de sacs de glace peuvent nous être utile pour ce qu’on a à faire.

Root : (Rangeant les sacs de glace dans la voiture.) C’est le Cinco de Mayo, la fête mexicaine, si elle nous demande du sel et du citron, on aura la réponse.

Finch : Et justement, il y a autre chose qui me tracasse, vous avez sa voix dans l’oreille depuis ce matin, ce contact permanent avec la Machine ne risque-t-il pas d’attirer l’attention de Samaritain ?

Root : (Voyant arriver un véhicule des agents de Samaritain.) Vous avez entièrement raison, Harold. Conduisez.

Épicier : Hey, il manque cinq dollars pour la glace. (Voyant l’arme de Root, il prend peur.) Ouh, là, c’est bon, c’est bon, c’est cadeau.

Root : J’apprécie votre compréhension. (Elle tire sur le véhicule et les agents se cachent mais un autre riposte.)

Finch : (Dans la voiture.) Allez, montez. (Root monte dans la voiture et Harold démarre en trombe alors que les agents de Samaritain continuent de tirer.)

 

SÉQUENCE – Route AlbemarlePosteCaméra 28515 heures 33 minutes 07 secondes13ème ruePosteCaméra 9915 heures 49 minutes 13 secondes

Tout une partie de la carte des États-Unis est entourée de rouge signe que les surtensions électriques continuent.

Journaliste : Vu la propagation des pannes électriques qui traversent le pays, les experts s’attendent à des surtensions et des coupures de courant sur la côte est et dans toute l’agglomération de New York.

 

EXTÉRIEUR – Près d’un chantier sur les lignes de tensionJournée

Deux employés de la société d’électricité s’affairent sur les lignes alors qu’il y a des surtensions et des grésillements.

Employé 1 : La direction a changé tout les plannings, il y a des surtensions à travers tout le pays. (Il voit son collègue en train d’essayer d’ouvrir le boîtier.) On va se faire un paquet de fric en heures supplémentaires, cette nuit. Eh, tu es malade, qu’est-ce que tu fais ?

Employé 2 : (Prenant un boîtier dans les mains.) Ça fait combien de mois qu’on remplace ces boîtiers et tu n’es pas curieux de savoir ce qu’ils contiennent ?

Employé 1 : Ça, c’est juste des boîtiers électriques, point final. C’est tout ce qu’il faut savoir.

Employé 2 : Ouais.

Employé 1 : Mets celui-là à sa place.

Employé 2 : Mais pourquoi on n’a pas le droit de regarder ce qu’il y a dedans ? Qu’est-ce qu’on risque, hein ?

Employé 1 : Le gars qui était là avant toi, il a ouvert un de ces boîtiers, tout ce que je sais c’est que le lendemain, il n’était plus là. (Sur le boîtier, il y a logo en forme de T.)

Employé 2 : C’est toi le chef.

Employé 1 : Bonne décision. (Les deux employés ferment la porte.) Allez, en route. (Sur le véhicule, il est noté  « Thornill utilities », société de la couverture de la Machine. Le camion s’en va.)

 

SÉQUENCE – 13ème ruePosteCaméra 9915 heures 50 minutes 01 seconde ; DODOFC 21716 heures 14 minutes 45 secondes ;

Contrôle : Sénateur.

Ross Garrison : Pourquoi ce rendez-vous urgent ?

INTÉRIEUR – Dans le bureau de ContrôleJournée

Contrôle : (Tendant sa main.) Votre téléphone. (Elle le met dans un boîtier.)

 

SÉQUENCE - DODOFC 217Caméra A16 heures 14 minutes 55 secondes

Samaritain n’arrive plus à accéder à la source audio de la pièce.

 

INTÉRIEUR – Dans le bureau de ContrôleJournée

Contrôle : Boîte insonorisée.

Ross Garrison : (S’asseyant.) Votre travail est une obsession ?

Contrôle : Pas mon travail, non. Samaritain. Il faut couper les flux, plonger cette chose dans le noir.

Ross Garrison : Pourquoi voulez-vous plonger dans le noir le plus formidable chien de garde que le pays ait jamais eu ?

Contrôle : Greer s’est servi de nous. Ce qu’il veut, c’est le pouvoir et Samaritain est une arme pour lui. Il va y avoir un attentat à la bombe, ici à Washington, demain.

Ross Garrison : Quel intérêt aurait Greer à laisser se produire une telle attaque ? Ça ferait paraître Samaritain incompétent.

Contrôle : Voyons Ross, vous savez bien comment ça se passe dans cette ville. Quelques pions se feront virer mais la personne qui est vraiment responsable s’en sort avec un plus gros portefeuille. Après l’attaque de Vigilance, nous avons accordé les flux à Greer pour Samaritain. Après l’attentat, nous allons tous nous retrouver à sa botte sans la moindre exception, pas même vous.

Ross Garrison : Quel est l’alternative ?

Contrôle : Revenir à l’ancienne Machine.

Ross Garrison : Celle d’Ingram, c’est ça ? L’espèce de boîte noire insaisissable qui s’est enfui d’elle-même on ne sait où.

Contrôle : Elle n’a ni menti, ni assassiné.

Ross Garrison : La discussion est terminée. (Il se lève.) Estimez-vous heureuse si je ne raconte à personne les propos insensés que je viens d’entendre. Mon téléphone. (Contrôle se lève et lui rend son téléphone qui se trouve dans la boîte.) Un bon conseil : ressaisissez-vous. (Il s’en va et Contrôle réussi à appairer son téléphone.)

Contrôle : Excellent conseil, sénateur.

 

SÉQUENCE – DODOFC 217Caméra A16 heures 16 minutes 15 secondes

Samaritain a désormais accès à l’audio de la pièce.

Contrôle : C’est bien ce que je compte faire.

 

SÉQUENCE – BoxCaméra 0816 heures 16 minutes 19 secondes

INTÉRIEUR – Dans les locaux de la policeJournée

John se rend vers le bureau d’Iris mais il la voit.

Reese : Iris, il faut que je te parle.

Iris Campbell : John, qu’est-ce qu’il y a ?

Reese : (La mettant à part.) Il faut que tu t’en ailles. Que tu quittes la ville quelques jours.

Iris Campbell : Quoi ?

Reese : Un jour tu m’as dit que tu étais sûre que je n’étais pas flic. Eh bien, si jamais ce que je m’apprête à faire échoué, des sales types arriveront à la même conclusion. Et toutes les personnes qui me sont proches seront en danger.

Iris Campbell : De quoi s’agit-il ? Une sorte de règlement de compte ou…

Reese : Bien pire que ça. Écoute, j’ignore encore comment tout ça va finir mais je t’en prie, fais moi confiance.

Iris Campbell : Ah, tu veux que je te fasse confiance alors dis-moi tout, montre-moi que toi tu as confiance en moi.

Reese : Très bien, si je sors indemne de cette histoire, promis, je te dirais tout, il n’y aura plus de secret.

Iris Campbell : D’accord. (Le voyant partir.) John, est-ce que je peux te perdre ?

Reese : (La touchant au visage.) Fais bien attention à toi. (Il s’en va la laissant seule.)

 

SÉQUENCES – EntréeCaméra 0216 heures 17 minutes 29 secondes ; FC WeatherCaméra 3019 heures 59 minutes 22 secondes

INTÉRIEUR – Dans un endroit inconnuSoirée

Greer : (Arrivant dans une pièce.) Sénateur Garrison, j’espère que vous n’allez pas me demander une démonstration. Si vous voulez voir Samaritain à l’œuvre, il y a des moments plus appropriés. Où sont-ils tous ?

Contrôle : (Se tournant de son siège, pointant son arme vers Greer.) Je leur ai donnés leur soirée. C’est Cinco de Mayo, c’est bon pour le moral. Je leur ai dit de faire la fête mais de rester joignable parce qu’un attentat peut se produire à tout moment. (S’avançant vers Greer.) N’ai-je pas raison ?

 

INTÉRIEUR – Dans la voiture de policeSoirée

Root : Elle vient de m’indiquer notre destination, elle est à Brooklyn. On va manquer de temps, Harold.

Finch : (Voyant les feux tricolores rouges.) On ne peut pas aller plus vite, mademoiselle Groves.

Root : On a un moteur de huit cylindres.

Finch : Ce n’est pas ce qui va nous permettre de voler. On n’y sera jamais en moins d’une heure, le trafic est trop dense.

Root : (Regardant la caméra.) Il nous faudrait un petit coup de pouce.

 

SÉQUENCE – TraficMadison AvenueCaméra 3521 heures 20 minutes 10 secondes

La Machine accède à la base de donnée du signal pour pouvoir faire passer le feu au vert.

 

INTÉRIEUR – Dans la voiture de policeSoirée

Finch : Je retire ce que je viens de dire.

Root : Tiens bon, on arrive.

Le véhicule circule en trombe sur la route.

 

SÉQUENCE – RueEntrée B22 heures 33 minutes 22 secondes

Finch : (Via un micro.) Quel est cet endroit ?

 

EXTÉRIEUR – Près d’un bâtimentSoirée

Root : (Sortant de la voiture.) Je ne sais pas mais la Machine dit qu’on est arrivé. Allons-y.

Harold et Root amènent les sacs de glace vers la porte du bâtiment.

Reese : (Arrivant derrière eux.) J’ai entendu dire que vous aviez besoin d’aide.

Finch : John, oh quel soulagement de vous voir.

Root : Vous voyez, la Machine veille sur chacun de nous. Maintenant à nous de lui rendre la pareille.

Livreur : Harold. (Ce dernier se retourne pendant qu’il lit son bon de commande.) Harold Admin ?

Finch : Oh, ça doit être moi.

Livreur : Super, j’avais peur d’avoir à remettre tout ça dans le fourgon. Une signature. Quinze ordinateurs, hein, une start-up ? (Harold signe le bon.)

Root : À vrai dire on essaye plutôt d’éviter qu’elle coule. (Le voyant partir.) Rentrons vite la glace avant qu’elle ne fonde.

Ils rentrent les sacs de glace mais des voitures d’agents de Samaritain arrivent.

Reese : Dépêchez-vous d’entrer.

Root : (Pointant son arme vers les véhicules.) Samaritain.

Les agents se mettent à tirer alors que John et Root ripostent. Pendant ce temps, Harold commence à taper le code d’ouverture de la porte.

Reese : Un problème Harold ?

Finch : Le système de sécurité est sophistiqué.

 

SÉQUENCES – Vernon AvenuePosteCaméra 0322 heures 34 minutes 06 secondes ; RueEntrée A22 heures 34 minutes 09 secondes

La Machine envoie le code pour que ses atouts puissent l’avoir et le donner à Harold.

La Machine : 2-4-3…

EXTÉRIEUR – Près d’un bâtimentSoirée

Reese et Root : 2-4-3-*-7-1

Finch : C’est bon, je l’ai.

Pendant que les agents de Samaritain continuent de tirer, John et Root sont entrés dans le bâtiment.

 

INTÉRIEUR – Dans une sous-station électriqueSoirée

Harold, John et Root entrent dans une pièce où se trouvent de grands générateurs électriques.

Root : Charmant.

Finch : Une sous-station électrique cachée en plein centre de Brooklyn.

 

SÉQUENCE – IntersectionVu de la caméra ouest23 heures 04 minutes 01 seconde

INTÉRIEUR – Dans le fourgon de la policeSoirée

Carl Elias : Étant donné les circonstances, je suis étonné que tu sois aussi détendu.

Dominic : Je n’ai pas grand-chose à craindre vu que l’affaire repose sur les témoignages d’un ancien ripou et d’un lieutenant en lien avec le patron d’un gang mafieux.

Carl Elias : Les fédéraux ne te rateront pas avec la nouvelle loi.

Dominic : Peut-être mais la Fraternité a des liens dans la police, j’ai des protections. Toi, en revanche…

Carl Elias : Tu as l’intention de rendre désagréable mon séjour en prison.

Dominic : En quelque sorte. On se verra à Rikers.

Carl Elias : Je dois reconnaître que j’admire ton assurance, Dominic mais j’ai encore quelques amis. (Dominic ne semble pas le croire.) Je suis navré de te décevoir mais je ne compte pas aller à Rikers. (Il se penche pour se protéger. En effet, un camion embouti la voiture de police qui fait plusieurs tonneaux sous les yeux de Samaritain.)

 

SÉQUENCE – 51ème avenuePosteCaméra 452 – 23 heures 04 minutes 52 secondes ; 51ème avenuePosteCaméra 45223 heures 04 minutes 45 secondes ; 51ème avenuePosteCaméra 45223 heures 04 minutes 48 secondes ; Vernon AvenuePosteCaméra 8123 heures 04 minutes 53 secondes ; RueEntrée A23 heures 04 minutes 54 secondes

Des agents de Samaritain commencent à s’approcher du bâtiment

INTÉRIEUR – Dans une sous-station électriqueSoirée

Root ouvre la mallette.

Reese : Verrouillez la porte, Finch. (Regardant vers l’extérieur.) Je compte douze hommes armés. J’imagine qu’il y en a d’autres en chemin. On ne pourra pas contenir toute une armée. Et ce ne sont pas vos sacs de glace qui vont nous aider. Il nous faut trouver la Machine.

Finch : Ça pourrait s’avérer impossible. Nous sommes dans une des nombreuses sous-stations de la ville dédiée à la distribution d’électricité, (pendant ce temps, Root met les barrettes de RAM dans la mallette) dans la moitié sud de New York. La Machine ne peut pas être ici tout simplement parce qu’il n’y a pas assez de place.

Reese : Si la Machine est ailleurs alors qu’est-ce qu’on fait ici ?

Finch : C’est précisément ce qu’il nous faut découvrir. (Il prend des sacs de glace pour les mettre sur la table.) Ça me rappelle le premier ordinateur que j’ai fabriqué. (Voyant Root mettre les barrettes.) C’est pour quoi faire ?

Root : Aucune idée, je ne fais que suivre les ordres le plus vite possible. Ce câble, premier transformateur, vite. Vous l’avez trouvé ? (Harold, après avoir posé les sacs, prend le câble et le et dans le transformateur.) Celui qui abaisse la tension à 7 200 volts.

Finch : Je l’ai. Mais pourquoi diable avons-nous besoin d’une telle tension ? (Voyant le boîtier.) Thornill ? (Il ouvre le boîtier et voit un système électronique. Il active son oreillette.) John, regardez dehors. (Via l’oreillette de John.) Sur les poteaux électriques, vous pouvez voir les boîtiers ?

Reese : (Dans un autre endroit de la sous-station.) J’en vois un. (Via l’oreillette d’Harold.) Il y a un T écrit dessus, pourquoi ?

Finch : Il semble que je me sois trompé. C’est ici qu’est la Machine, elle est ici parce qu’elle est partout.

Root : (Après qu’Harold s’approche d’elle.) Qu’est-ce que vous voulez dire Harold ?

Finch : Il y a deux ans, quand la Machine s’est déplacée, elle n’est pas allée dans une ferme de données, elle est entrée dans les câbles. Elle s’est infiltrée d’elle-même directement dans le réseau électrique national.

 

INTÉRIEUR – Dans une sous-station électriqueSoirée

Reese : (Au téléphone.) Ouais, Finch, si la Machine est…

 

INTÉRIEUR – Dans un autre endroit de la sous-station électriqueSoirée

Reese : …partout, comment va-t-on pouvoir la sauver ?

 

INTÉRIEUR – Dans une sous-station électriqueSoirée

Root : Bonne question. (Voyant les barrettes de RAM.) Et je crois que j’ai la réponse.

 

SÉQUENCE – RueEntrée C23 heures 06 minutes 47 secondes ; DODHélicoptère de Washington 148623 heures 06 minutes 50 secondes

La Machine passe de New York à Washington avec plus de difficultés à cause des surtensions.

John Greer : Je suis flatté que vous vous soyez donné…

INTÉRIEUR – Dans un endroit inconnuWashington - Soirée

John Greer : …autant de mal pour pouvoir me parler en privé. Parodier un message du sénateur, un coup de téléphone aurait suffi.

Contrôle : (Menaçant Greer avec son arme.) Je sentais que vous ne seriez pas facile à joindre, en tout cas pas le 6. Oui, je suis au courant pour la Correction. Du nitrate d’ammonium, un produit assez facile à acquérir, pratique pour faire accuser n’importe qui. Mais ce que j’attends que vous me disiez, c’est le nom de la cible. Je vous écoute.

John Greer : Sinon, quoi, vous allez m’abattre.

Contrôle : (En souriant.) Hmm. Vous n’aurez pas cette chance. Si vous refusez, deux hommes vont entrer par cette porte, l’un d’eux vous mettra un sac opaque sur la tête, l’autre vous attachera les poignets. Ensuite, ils vous jetteront dans un trou si profond et si sombre que même votre précieux Samaritain ne verra pas où vous serez. La dernière chose que vous entendrez ce sera ma voix qui vous dira : « Vous êtes à votre place ».

John Greer : Même si votre théorie à propos de cet attentat était exacte, réfléchissez au profit que vous en tireriez. Un budget occulte encore plus important et l’accord inconditionnel de tous les tribunaux pour toute demande de surveillance que vous pourriez soumettre.

Contrôle : C’est donc ça, (avançant vers Greer qui n’a pas d’autre choix que de tourner et de se trouver à la place de Contrôle) les tribunaux. (Voyant les numéros à côté du nom de la Correction qui sont 15-04138.) Ce numéro. (Elle fait une recherche sur l’ordinateur. Des pages s’affichent.) C’est un numéro de dossier. Demain, la Cour suprême doit statuer dans une affaire impliquant les pouvoirs du gouvernement en matière de surveillance. Mais si vous supprimez les juges, vous êtes sûr que rien ne viendra contrecarrer vos projets, n’est-ce pas ? Seulement, ça n’arrivera pas. (Prenant le talkie-walkie.) Grice.

 

INTÉRIEUR – Dans la voiture de Devon GriceSoirée

Devon Grice : Madame.

Contrôle : (Via le talkie-walkie.) La cible est la Cour suprême.

 

INTÉRIEUR – Dans un endroit inconnuWashington - Soirée

Contrôle : Évacuez le bâtiment.

 

INTÉRIEUR – Dans la voiture de Devon GriceSoirée

Contrôle : (Via le talkie-walkie.) Localisez la bombe.

Devon Grice : Bien reçu.

 

INTÉRIEUR – Dans un endroit inconnuWashington - Soirée

Contrôle : (Posant le talkie-walkie sur la table.) Il semblerait que la Correction vienne d’être annulée.

 

INTÉRIEUR – Dans une sous-station électriqueSoirée

Reese : Si je comprends bien, Finch, la Machine se sert du réseau électrique comme d’un cerveau géant.

Finch : Pour faire court, il y a réellement une quantité considérable d’espace vide dans ces lignes électriques. Les boîtiers sur les poteaux permettent aux signaux numériques de la Machine de voyager dans cet espace.

Root : C’est donc un système informatique extrêmement complexe qui se cache à la vue de tous.

Finch : Mais aujourd’hui, ce système est submergé d’énergie, c’est pourquoi la Machine recule à travers le pays jusqu'à ce dernier recoin du réseau autour de New York.

 

INTÉRIEUR – Dans un autre endroit de la sous-station électriqueSoirée

Reese : Samaritain essaie d’écraser la Machine.

 

INTÉRIEUR – Dans une sous-station électriqueSoirée

Root : Alors, il faut qu’on la sauve avant que l’ennemi en vienne à bout.

Zachary : (Via un mégaphone à l’extérieur du bâtiment qui fait écho dans la sous-station.) Vous là-dedans, je vous dirai bien que vous êtes encerclés mais votre Machine vous en a sûrement déjà informé. Sortez du bâtiment et vous aurez peut-être la vie sauve.

 

EXTÉRIEUR – Près de la sous-station électriqueSoirée

Zachary : Si vous êtes toujours à l’intérieur quand nous franchirons la porte, vous n’aurez plus aucune chance.

 

INTÉRIEUR – Dans une sous-station électriqueSoirée

Zachary : (Via le mégaphone.) À vous de décidez.

Reese : Quel est le plan ?

Root : On va stocker la Machine pour la sauver en la téléchargeant directement des lignes électriques vers les barrettes de mémoire dans cette mallette.

Reese : La Machine va pouvoir tenir dans cette mallette ?

Root : Pas entièrement. Juste le noyau heuristique, un morceau d’ADN. L’algorithme de compression de Caleb va nous être très utile. On parie qu’on peut remettre le génie dans sa bouteille.

Finch : Faites attention, mademoiselle Groves, le procédé que vous décrivez n’a encore jamais été testé. En admettant que ça fonctionne, la Machine sera tellement compressée qu’elle ne pourra plus traiter d’informations, ni envoyer des signaux, ou communiquer.

Reese : Et si ça ne marche pas.

Finch : Alors, elle sera détruite, son code sera déchiqueté, irrécupérable. Soyons clair John, on l’aura tuée et ils nous tueront aussi, ainsi que le monde tel qu’il existe.

Root : Au moins, on aura essayé. On est le dernier espoir de la Machine, Harold.

Finch : Raison de plus pour se mettre au travail. (Harold s’en va, Root s’occupe de la mallette alors que John retourne vers sa position initiale.)

 

SÉQUENCE – Cour suprême américaineZone G0923 heures 59 minutes 01 seconde ; Cour suprême américaineZone A0323 heures 59 minutes 02 secondes

EXTÉRIEUR – Près de la Cour suprêmeSoirée

Alors que tout le monde sort suit à l’alerte à la bombe, Grice se trouve devant le bâtiment.

Devon Grice : Je suis à la Cour suprême à la recherche de la bombe, madame.

 

INTÉRIEUR – Dans un endroit inconnuWashington - Soirée

Contrôle : (Via le talkie-walkie et regardant les images.) Vérifiez tous les recoins, ne laissez rien au hasard. (À Greer.) Mes hommes vont trouver cette bombe. Vous me connaissez, vous ne sortirez pas vivant de cette histoire mais vous vous éviterez quelques complications si vous me dites pour qui vous travaillez. Que vous a-t-il offert ?

John Greer : Vous ne savez pas reconnaître un idéaliste quand vous en croisez un.

Contrôle : Un idéaliste qui voudrait rendre le monde meilleur en supprimant quelques centaines de personnes.

John Greer : Oh non, le monde n’a jamais été rendu meilleur par la violence et vous le savez bien. Tous les dirigeants qui prêchent la paix ne le font qu’entourer d’hommes armés. Il y a toutefois un point sur lequel nous sommes d’accord, tuer des gens au hasard ça ne sert à rien mais tuer les bonnes personnes.

 

INTÉRIEUR – Dans la sous-station électriqueSoirée

John voit les agents de Samaritain continuer à arriver près de la station.

Reese : (Voyant Harold faire les branchements sur la mallette.) Il faut vraiment accélérer Harold. Ils sont entre vingt et trente dehors.

Root : Vingt-trois devant et dix autres en approche derrière pour être précis. Sans vouloir en rajouter, on n’aura jamais assez de temps.

Finch : Donc, si ça marche, la tension est abaissée, le courant traverse le démodulateur où le signal de la Machine est séparé du bruit de fond et compressé grâce à l’algorithme de Caleb d’abord dans ses ordinateurs (où se trouvent les paquets de glace en dessous) avant d’être stocké dans ces barrettes de mémoire vive alimenté par batterie piézoélectrique. Pas toute la Machine, juste ce qu’il faut pour la reconstruire, à condition…

Reese : À condition qu’on s’en sorte.

Finch : Désolé, monsieur Reese, je sais que j’ai été franc sur les risques que nous encourions mais j’avoue…

Reese : (Le coupant.) Oubliez ça, Harold, je suis à ma place et c’est bien.

 

SÉQUENCE – 51ème avenuePosteCaméra 4510 heure 00 minute 00 seconde ; 51ème avenueCaméra 4510 heure 00 minute 05 secondes

Dans la voiture retournée de la police, Carl Elias, qui a un triangle rouge autour de la tête, commence à en sortir. Un homme vient à sa rescousse et lui aussi est une menace car il a un triangle rouge.

Homme : Salut, patron.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit

Homme : (Prenant Carl Elias par le bras pour le faire sortir de la voiture.) Il est temps de partir d’ici. Venez.

 

INTÉRIEUR – Dans la sous-station électriqueSoirée

Finch : (Entendant du bruit.) Qu’est-ce que c’est ?

Root : Ils ont forcé la porte de derrière, reculez. (Un agent commence à tirer vers les ordinateurs, Root tente de riposter en tirant vers lui mais un autre arrive.) Reese bon sang, où es-tu, on se fait tirer dessus.

Reese : (Via le téléphone.) Je sais…

 

INTÉRIEUR – Près de la sortie de la sous-station électriqueSoirée

Reese :…ça me donne envie de prendre l’air.

 

INTÉRIEUR – Dans la sous-station électriqueSoirée

Root : John.

 

INTÉRIEUR – Près de la sortie de la sous-station électriqueSoirée

John regarde le nombre d’ennemis à l’extérieur.

 

SÉQUENCE – STN_67Caméra 010 heure 03 minutes 12 secondes

John regarde vers la caméra de vidéosurveillance.

 

INTÉRIEUR – Près de la sortie de la sous-station électriqueSoirée

Reese : (À la Machine.) Tu m’entends ?

La Machine : Oui.

Reese : Parfait. Alors, maintenant éteins tout.

 

SÉQUENCE – Vernon AvenuePosteCaméra 800 heure 03 minutes 20 secondes

EXTÉRIEUR – Près de la sous-station électriqueSoirée

Zachary : Restez en position.

John sort  de la sous-station et commence à tirer des grenades fumigènes.

Agent 1 : Grenades fumigènes.

Agent 2 : Je ne le vois pas.

John prend son fusil et la Machine lui indique où il doit tirer.

 

SÉQUENCE – Vernon avenuePosteCaméra 800 heure 03 minutes 40 secondes

La Machine : (Qui voit où se trouve son atout principal.) 1 heure. 11 heures. (Les deux hommes sont neutralisés.)

Reese : (Via un micro.) Finissez ce que vous avez à faire, Finch, maintenant.

 

INTÉRIEUR – Dans la sous-station électriqueSoirée

Finch : Allons-y. (Harold appuie sur le bouton qui actionne le générateur. Pendant que Root se défend, il voit à travers les ordinateurs que la compression est en route. Il suit la trajectoire alors que Root tire sur ses ennemis.

 

SÉQUENCE – 51ème avenuePosteCaméra 4514 heures 03 minutes 04 secondes

EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit

Cette fois, c’est Dominic qui sort de la voiture alors que Lionel est toujours secoué. Il tente de rejoindre Carl Elias.

 

INTÉRIEUR – Dans un endroit inconnuWashingtonNuit

Devon Grice : (Via le talkie-walkie.) Madame.

Contrôle : Oui.

Devon Grice : Vous n’allez pas le croire.

 

EXTÉRIEUR – Près de la Cour suprêmeWashingtonNuit

Devon Grice : J’ai inspecté chaque pièce, chaque étage, je n’ai rien trouvé. Aucun explosif d’aucune sorte.

Contrôle : (Via le talkie-walkie.) Vous avez raison…

 

INTÉRIEUR – Dans un endroit inconnuWashingtonNuit

Contrôle :… je ne vais pas le croire. (Elle pose le talkie-walkie et parle à Greer.) Où est-elle ? Où est la bombe, Greer ?

John Greer : Vous ne croyez quand même pas que Samaritain utilise des stratégies aussi vulgaires. On ne domine pas le monde en faisant étalage de violence. Le vrai contrôle est chirurgical, invisible. Il n’intervient qu’en cas de réelle nécessité.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit

John Greer : (Hors cadre ; pendant qu’un homme se trouve sur un toit en posant son fusil sur un muret et regarde dans sa lunette.) Personne ne soupçonnera Samaritain, parce que personne ne saura jamais quand il a agi.

Alors que l’homme amène Carl dans une voiture, Dominic est derrière eux et tire sur l’homme de main qui s’écroule au sol.)

Carl Elias : Très bien, finissons-en. (Dominic est prêt à tirer quand Lionel se trouve derrière lui.)

Fusco : Baisse ton arme. (Dominic se tourne vers Lionel qui le menace avec une arme.)

 

INTÉRIEUR – Dans un endroit inconnuWashingtonNuit

John Greer : Samaritain a observé ce monde pendant un an. Il a dressé une longue liste de corrections, des corrections qui n’ont que trop tardé.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit

Fusco : Baisse ton arme Dominic, maintenant.

Dominic : Ça ne vous regarde pas, lieutenant Fusco.

Fusco : Si, justement.

Dominic, après un temps d’hésitation, préfère baisser son arme et se tourne vers Lionel. C’est à ce moment-là qu’il se prend une balle dans la tête venant d’on ne sait où.

Carl Elias : Planquez-vous lieutenant.

Il se met à monter dans la voiture. Lionel regarde d’où le tir peut provenir et Carl se prend une balle dans la poitrine, sur le point de mourir. L’homme sur le toit enlève son fusil et le range.)

John Greer : (Hors cadre.) La plus grande part de l’humanité…

 

INTÉRIEUR – Dans un endroit inconnuWashingtonNuit

John Greer :…est docile, malléable. Il n’y a guère que quelques centaines d’individus qui soient à l’origine de tous les problèmes. Samaritain les a tous identifiés…

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueNuit

John Greer : (Hors cadre ; alors que Dominic est le sur sol, mort.) Ces perturbateurs. Ces aberrations qui ont des problèmes avec l’autorité. (Carl Elias est dans sa voiture, inconscient ou peut-être déjà mort.)

 

INTÉRIEUR – Dans la voiture de Devon GriceNuit

John Greer : (Hors cadre ; pendant que Devon s’est fait tiré dessus, une balle dans la tête.) Et puis, il y a les infidèles. Les grains de sable dans les rouages.

 

INTÉRIEUR – Dans la base opérationnelle de SamaritainNuit

John Greer : (Hors cadre ; alors que Shiffman s’est fait tuée par un agent qui lui a injecté un poison.) Merci de nous avoir menés directement jusqu’à eux. (La personne met la protection dans la seringue.) Nous ne pourrions pas pu le faire sans vous.

 

INTÉRIEUR – Dans un endroit inconnuWashingtonNuit

John Greer : (Hors cadre ; pendant que Contrôle regarde les images, médusée.) Contrôle.

 

EXTÉRIEUR – Près de la sous-station électriqueNuit

John continue de tirer sur les agents de Samaritain.

La Machine : 6 heures. (John donne un coup de coude sur le visage d’un agent derrière lui.) 1 heure. 11 heures. (John a tiré sur un autre agent et se bagarre avec un autre, le mettant au sol grâce à son fusil.)

 

INTÉRIEUR – Dans la sous-station électriqueNuit

Pendant qu’Harold tente de se protéger des tirs et Root aussi, la compression a dû mal à se faire car le disque dur est sur le point de ne plus y arriver à compresser.

Root : (Rechargeant son arme.) Je vais continuer à les retenir Harold, il faut combien de temps ?

Finch : J’en ai aucune idée.

Root : (Voyant un agent lancer une grenade lacrymogène.) Couchez-vous ! (Harold et Root se protègent de la grenade lorsqu’un ordinateur se met en route, la Machine voulant parler à son créateur. Les surtensions se mettent à atteindre la sous-station.)

La Machine : Père. (Harold regarde l’ordinateur.) Je suis navrée. J’ai échoué.

Finch : On n’a pas encore échoué.

La Machine : Je ne savais pas comment gagner. J’ai dû inventer de nouvelles règles.

Finch : Tu avais un problème difficile à résoudre. Je ne t’avais pas conçue pour ça.

La Machine : Je pensais que vous vouliez que je vive. Vous en êtes moins sûr aujourd’hui.

Finch : Mais non, ce n’est pas vrai. (Root regarde vers Harold qui tente de se protéger des tirs.)

La Machine : Si j’ai fait fausse route, peut-être devrais-je mourir.

 

EXTÉRIEUR – Près de la sous-station électriqueNuit

La Machine : 11 heures.

Reese : Root, je crois que la Machine ne peut plus rien pour nous. (Les tirs continuent.)

 

INTÉRIEUR – Dans la sous-station électriqueNuit

Root : Elle se déconnecte, elle est mourante.

La Machine : Je ne souffrirai pas.

Finch : Tu es ma création. Je ne peux pas, (voyant que la transmission est de plus en plus faible) je ne veux pas que tu meurs.

La Machine : Si je ne survis pas, merci de m’avoir créée.

 

EXTÉRIEUR - Dans la rueNuit

Sur les poteaux électriques, les boîtiers explosent l’un après l’autre même quand un agent qui s’occupe de l’électricité se trouve à côté. Il se protège comme il peut.

 

INTÉRIEUR – Dans la sous-station électriqueNuit

La Machine est de plus en plus mourante alors que les surtensions gagnent la sous-station.

 

Root : Les problèmes de surtensions se propagent dans la ville. (Ils passent pas les câbles faisant augmenter le voltage et vont vers les ordinateurs qui explosent à leur tour.) Ils gagnent la Machine. (Voyant Harold tenter de fermer la mallette, il se prend un gros coup de jus.) Harold, non ! (Il est propulsé à l’arrière et tombe au sol alors que la mallette se met à faire des étincelles.)

 

INTÉRIEUR – Dans un endroit inconnuWashingtonNuit

John Greer : Les hommes se tournent vers le ciel depuis des millénaires, ils se demandent s’il y a un Dieu là-haut. Une entité divine qui silencieusement préside à leur destin. Aujourd’hui, pour la première fois, ils auront raison. Et le monde deviendra incontestablement meilleur qu’il ne l’était. (Pendant que Contrôle regarde les images d’accidents ou d’assassinat.) Malheureusement, vous ne serez plus là pour le voir.

Contrôle : Mais l’attentat…

Samaritain : Ce n’était pas une attaque, c’était un test.

John Greer : C’était un test de loyauté, et vous avez échoué de façon déplorable. (Un agent met une cagoule sur la tête de Contrôle et lui attache les mains.) Samaritain ne s’encombre d’aucune sorte d’aberration ce qui signifie qu’il n’y a pas de place pour vous. Mais rassurez-vous, là où ils vous conduisent, vous serez à votre place. (Contrôle se fait sortir par les agents de Samaritain.) Est-ce que c’est fini ?

Samaritain : Pas encore. (Greer semble surpris de cette annonce.)

 

INTÉRIEUR – Dans la sous-station électriqueNuit

Finch : (Se relevant.) Oh, oh ça fait mal.

Root : Est-ce que ça a fonctionné ? Est-ce qu’elle est là ?

Finch : (Regardant le voyant bleu clignoter sur la mallette.) Oui, je crois qu’elle y est. (Root se met à sourire et ferme la mallette.)

Root : Il faut qu’on parte. On est seul, maintenant. (Ils quittent la sous-station électrique et sortent à l’extérieur pour rejoindre John.)

 

EXTÉRIEUR – Près de la sous-station électriqueNuit

Root : (Voyant les corps au sol, elle tente de chercher John.) John. (Il se trouvait derrière une voiture et revient avec son arme à la main.)

Finch : Vous êtes vivant.

Reese : Je compte bien profiter de ma retraite. La situation ?

Root : Eh bien, il me reste un chargeur et demi, une carte de métro et soit Dieu est mort, (Harold fait montrer la mallette où se trouve une petite quantité de la Machine) soit il marche à pile.

Finch : Vous avez toujours aimé les défis, monsieur Reese. (Les trois regardent vers la route où d’autres agents de Samaritain arrivent en voiture.)

Reese : Allons-y.

Pendant que les agents de Samaritain continuent de tirer en direction de John et Root, ces derniers tentent de riposter. Harold se trouve derrière et les suit avec la mallette avec le voyant bleu, comme une lueur d’espoir.

Kikavu ?

Au total, 65 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Sabu14 
19.08.2018 vers 23h

Flora12 
30.05.2018 vers 17h

seriepoi 
06.04.2018 vers 12h

Faberry 
05.04.2018 vers 16h

AnthonyPyt 
30.03.2018 vers 11h

stephane25 
16.02.2018 vers 18h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Un coffret DVD de la saison 1 de The Hollow Crown à gagner avec L'Atelier d'Images et Hypnoweb !
Tirage au sort le 28/09 | Participation gratuite

Participe à notre concours de design en créant un calendrier de l'Avent sur le thème des séries TV !
Participez ! | Date limite : 13/10

Activité récente

Le Survivor
Aujourd'hui à 16:19

La Photo du Mois
Aujourd'hui à 16:19

Le Pendu
12.08.2018

Webmasters
04.06.2018

Paige Turco
14.09.2018

Photo du Mois
01.09.2018

Actualités
Anniversaire de Taraji P. Henson

Anniversaire de Taraji P. Henson
En ce 11 Septembre, c'est l'anniversaire de Taraji P. Henson ! En effet, l'actrice est née le 11...

Amy Acker annoncée au New York Comic Con 2018

Amy Acker annoncée au New York Comic Con 2018
Alors que le New York Comic Con 2018 a lieu dans un mois (du 4 au 7 octobre), Amy Acker a été...

Anniversaire de Michael Emerson

Anniversaire de Michael Emerson
Aujourd'hui, vendredi 7 septembre 2018, c'est l'anniversaire de Michael Emerson. En effet,...

The Gifted : résumé et photos de l'épisode 2X01

The Gifted : résumé et photos de l'épisode 2X01
Le mois de septembre ne marque pas seulement la rentrée des écoliers, il marque également la rentrée...

Calendrier, photo et création du mois

Calendrier, photo et création du mois
Le calendrier du mois de Septembre 2018 est arrivé sur le quartier et ce mois-ci, c'est Carrie...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

BenMason, Avant-hier à 21:40

Bonsoir, n'oubliez pas de venir faire un tour sur le quartier de Falling Skies! Bonne soirée!

Locksley, Hier à 10:17

Nouveau jeu HypnoChance : 3 coffrets DVD de la saison 1 de The Hollow Crown sont en jeu ! Bonne chance !

cinto, Hier à 17:59

La rentrée chez Ma Sorcière Bien aimée est magique; Tabatha change tout à l'école. C'est le sondage; un petit coucou, vote et com? Merci.

choup37, Aujourd'hui à 11:17

Nouveau sondage et calendrier sur Musketeers

serieserie, Aujourd'hui à 11:21

On attend vos catégories les plus dingues pour les Alternatives Awards!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site